Joseph Marie Pietri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph Marie Pietri
Image dans Infobox.
Caricature de Pietri (1872).
Fonctions
Préfet de police de Paris
-
Préfet du Nord
-
Préfet de l'Hérault
-
Préfet du Cher
-
Préfet de l'Ariège
-
Sénateur de la Troisième République
Conseiller général
Corse (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
SartèneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Autres informations
Idéologie
Distinction
Archives conservées par
Archives nationales (F/1bI/170/15)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Joseph Marie Piétri, dit Joachim Piétri, est un homme politique français du XIXe siècle, né le à Sartène, mort dans la même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de droit à Paris, il devient avocat à Sartène et soutient la révolution de Février 1848. Nommé sous-préfet à Argentan, il se rapproche ensuite de Louis-Napoléon Bonaparte et devient sous-préfet de Brest, puis préfet de l'Ariège, du Cher et de l'Hérault en 1862. Nommé enfin préfet du Nord, il devient préfet de police de Paris le .

À la chute de l'Empire, il quitte la France et se rend auprès de Napoléon III. En 1873, il obtient une pension de retraite et devient ensuite un des membres les plus actifs du comité directeur bonapartiste.

Conseiller général de Corse, il est élu sénateur de ce département le , comme bonapartiste. Il siège à droite, dans le groupe de l'Appel au peuple. Il est cependant battu le .

Grand officier de la Légion d'honneur, il était le frère de Pierre Marie Pietri.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]