Joseph Marello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joseph Marello
Image illustrative de l’article Joseph Marello
saint
Naissance 26 décembre 1844
Turin
Décès 30 mai 1895  (à 51 ans)
Savone
Nationalité Flag of Italy.svg Italienne
Vénéré à Asti, église de saint Joseph
Béatification 26 septembre 1993 Asti
par Jean-Paul II
Canonisation 25 novembre 2001 Rome
par Jean-Paul II
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 30 mai

Joseph Marello (Turin, - Savone, ), est un évêque italien, fondateur des oblats de saint Joseph et reconnu saint par l'Église catholique

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Marello est né à Turin, le . Il passe toute son enfance à San Martino Alfieri, dans le Piémont. Bénéficiant d'une vocation précoce, et ayant une grande dévotion pour la Vierge Marie, il entre au séminaire d'Asti.

Il est ordonné prêtre le et vit son sacerdoce avec enthousiasme et intensité. Nommé secrétaire de l'évêque d'Asti, il l'accompagne au Concile Vatican I, où ses qualités sont particulièrement remarquées du cardinal Pecci, futur Léon XIII.

Joseph Marello devient ensuite chancelier et dirige les activités de la curie diocésaine. Là, il se consacre aux confessions, à la catéchèse et à la direction spirituelle des fidèles.

Par ailleurs, il est sensible à la condition des personnes âgées pour lesquelles il fonde un établissement afin de leur permettre de finir leur vie décemment, tandis que d'un autre côté, il engage fermement les laïcs à soutenir la personne du pape, en cette période où la suppression en cours des États pontificaux sème le trouble au sein des catholiques.

Inspiré par l'œuvre de Don Bosco et de Joseph-Benoît Cottolengo, il ne pense qu'à servir et à vivre une vie intérieure profonde. Un temps, il songea à intégrer un monastère de Chartreux, mais son évêque l'en dissuade, persuadé que l'appel de Dieu a un autre dessein pour lui.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

C'est alors qu'il pensa réaliser son idéal spirituel en rétablissant et en soutenant la vie religieuse masculine. Et c'est le qu'il fondait la Congrégation des Oblats de Saint Joseph auxquels il recommandait :

« Soyez des ermites à l'intérieur et des apôtres à l'extérieur »

et leur donnait saint Joseph comme patron et inspirateur. C'était une communauté de prêtres et de frères dont la charge était d'assister les évêques et le clergé.

Nommé évêque d'Acqui par Léon XIII, le , il mena une action apostolique intense, rendant visite à toutes ses paroisses, promouvant la catéchèse, l'éducation chrétienne des jeunes, les missions paroissiales, se dépensant tout particulièrement pour renforcer l'unité entre le clergé et les fidèles.

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Malgré une santé de plus en plus défaillante, et l'épuisement d'une vie tout entière consacrée aux autres, il se rendit à Savone pour les fêtes du troisième centenaire de la mort de saint Philippe Néri.

C'est là qu'il s'éteignit, le , ayant vécu toute sa vie sous le principe que le Pape Jean-Paul II a rappelé :

« Aimer la Mère du Rédempteur et en imiter le Gardien »

Béatification - canonisation[modifier | modifier le code]

C'est le que le Pape Jean-Paul II le béatifie, à Asti, le présentant comme un modèle d'évêque.

Huit ans après, après l'attestation d'un miracle (la guérison de deux enfants au Pérou[1], le , au lendemain du Synode des Évêques, il fut canonisé par Jean-Paul II qui rappela que la devise de toute la vie du nouveau saint avait été de : « Protéger les intérêts de Jésus ».

Citation[modifier | modifier le code]

Du Pape, lors de la cérémonie de canonisation de Joseph Marello, qui soulignait que la :

« plénitude de grâce reçue de sa grande dévotion envers la Vierge Marie, plénitude du sacerdoce que Dieu lui conféra comme don et mission, plénitude de sainteté qu'il acquit en se conformant au Christ, le Bon Pasteur... Le service caché l'attirait beaucoup dans le personnage de Joseph, le nourrissant d'une intériorité profonde. Il sut transmettre ce style aux Oblats de St.Joseph ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Joseph Marello a été canonisé en même temps que :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Osservatore Romano : 2001 n.48 p.1-3 - n.49 p.2

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. homélie de canonisation de Joseph Marello prononcée par le Pape Jean Paul II)