Joseph Lambroschini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Lambroschini
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadeur de France au Sri Lanka
-
Ambassadeur de France en Bolivie
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
AjaccioVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Distinction
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lambroschini.

Joseph Lambroschini est un diplomate français, né le à Toulon et mort le à Ajaccio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Lambroschini est le fils de Hyacinthe Ignace Napoléon Lambroschini, second maître torpilleur de première classe de la Royale[1].

Il est recruté en mai 1943 dans la Résistance, réseau Gallia, par Henri Gorce-Franklin et Jacques Elmaleh[2],[3].

Le 10 mai 1944, sous le nom de code de « Nizier », il prend le commandement des forces de la Résistance de la Haute-Savoie qui libèrent Annecy le 20 août 1944[4],[5].

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en qualité de lieutenant-colonel de la Résistance par décret du 25 février 1946[6].

En 1947, expulsé de Moscou où il recensait les prisonniers Alsaciens et Lorrains[7], il part comme consul de France au Libéria (Monrovia).

Il est nommé consul de France au Maroc en 1957 (Beni-Mellal puis Khouribga), puis consul de France à Madagascar en 1959 (Tananarive), enfin consul général en Somalie (Mogadiscio).

Le 24 juillet 1959, il est promu au grade d'officier de la Légion d'honneur en qualité de secrétaire des affaires étrangères[8].

Consul de France au Zaïre en 1960 (Léopoldville), puis en république du Congo en 1961 (Élisabethville).

Consul général en Algérie le 24 août 1961 (Sidi Bel-Abbès), de 1962 à 1963 à Constantine, puis en août 1964 il prend le poste de consul général au Vietnam (Saïgon).

Ambassadeur de France en Bolivie (La Paz), depuis mars 1968[9], il participe en 1970 aux négociations pour la libération de Régis Debray, ensuite ambassadeur de France à Ceylan devenu le Sri LankaColombo) en août 1971[10], puis aux Maldives (ambassade également située à Colombo) en novembre 1971[11].

Joseph Lambroschini devient conseiller des Affaires étrangères hors classe et ministre plénipotentiaire.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marine nationale (Marine militaire française).
  2. Le réseau Gallia est un mouvement de Résistance créé en 1943 par le Bureau central de renseignements et d'action (BCRA) et les Mouvements unis de la Résistance (MUR), avec Henri Gorce « Franklin », compagnon de la Libération, Jacques El-Maleh (1909-1943), chef du service des liaisons du réseau Galia (il est abattu en tentant de s'évader de la prison Montluc à Lyon en décembre 1943)
  3. Joseph Lambroschini (daté février 1943 sur la liste des membres des Forces françaises libres (18 juin 1940-31 juillet 1943), Fondation Charles de Gaulle.
  4. [http://www.glieres-resistance.org/Joseph-Lambroschini-Nizier Joseph Lambroschini, dit « Nizier », prend le commandement des forces de la Résistance de Haute-Savoie regroupées sous l'appellation de Forces françaises de l'intérieur (FFI) glieres-resistance.org.
  5. La libération d'Annecy et de la Haute-Savoie, books.google.fr.
  6. Pris sur le rapport du ministre de la Défense du 21 juin 1946 (Journal officiel de la République française).
  7. Dominique Desanti, L'Année où le monde a tremblé, 1947.
  8. Pris sur le rapport du ministre des Affaires étrangères du 31 juillet 1959 (Journal officiel de la République française).
  9. Décret du 27 mars 1968 (légifrance), Journal officiel de la République française du 30 mars 1968.
  10. Décret du 4 août 1971 (légifrance), Journal officiel de la République française du 10 août 1971.
  11. Décret du 17 novembre 1971 (légifrance), Journal officiel de la République française du 20 novembre 1971.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Germain, La Liberté est au bout du chemin, libération de Haute-Savoie, 1944, postface de Joseph Lambroschini-Nizier, 1985.
  • Dominique Desanti, L'année où le monde a tremblé, 1947. L'année terrible selon le général de Gaulle, Albin Michel, 1976.