Joseph Kampé de Fériet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joseph Kampé de Fériet

Description de l'image  Kampé de Fériet.jpg.
Naissance 1893
Paris (France)
Décès 1982
Villeneuve-d'Ascq (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Champs Mathématicien
Institutions Université de Lille
Institut de mécanique des fluides de Lille (ONERA Lille)
Institut industriel du Nord
Renommé pour Théorie de la turbulence aérodynamique

Joseph Kampé de Fériet (Paris, 14 mars 1893 – Villeneuve-d'Ascq, 6 avril 1982) est le fondateur de l'Institut de mécanique des fluides de Lille (ONERA Lille) en 1930. De 1919 à 1969, il est aussi professeur de mécanique à la Faculté des Sciences de Lille, professeur de mécanique, mécanique des fluides, aérodynamique, théorie de l’information et cybernétique à l'Institut industriel du Nord (École centrale de Lille).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une licence es sciences à la Sorbonne en 1913 et une thèse de doctorat sur les fonctions hypersphériques en 1915, Marie-Joseph Kampé de Fériet est nommé maître de conférence à la Faculté des Sciences de Lille en 1919, puis professeur en 1927 et titulaire de la Chaire de Mécanique en 1930 jusqu'en 1969. Il fut professeur de mécanique à l'Institut industriel du Nord (École centrale de Lille)[1].

Il fut le fondateur et premier directeur de l'Institut de mécanique des fluides de Lille (ONERA Lille). « Tout de suite, celui ci s'assure la collaboration de la société Henry Potez pour l'aéronautique et des Etablissements Neu pour la ventilation et le conditionnement d'air : cette idée de rapprochement avec le secteur industriel était alors une innovation d'avant-garde dans les milieux universitaires.

Membre de la Commission de Turbulence Atmosphérique créée en 1935, Kampé de Fériet participe à ce titre aux campagnes de vol à voile du Centre Aérologique de la Banne d'Ordanche, aux environs de La Bourboule. Dans les Alpes, il utilise systématiquement les nuages comme moyen de visualisation pour étudier les mouvements de l'atmosphère. En 1936, sur le pic du Mont Cervin, les observations directes par cinématographie, confrontés avec des résultats d'essais sur une maquette disposée dans la grande soufflerie horizontale de l'IMFL, vérifient de façon tout à fait remarquable les règles de similitude dynamique.

Ses publications sont nombreuses en aérodynamique et hydrodynamique : de 1929 à 1939 on compte une quarantaine de mémoires et articles, ainsi qu'un ouvrage important sur les fonctions hypergéométriques de Gauss (1937) . Parmi les recherches plus théoriques, on peut citer les travaux sur l’équation de Navier-Stokes pour un fluide visqueux en mouvement et sur les possibilités de ramener le problème à celui d'une équation de la chaleur. Mais le plus grand nombre des travaux a pour objet la théorie de la turbulence et ses aspects énergétiques. Il contribue aussi aux activités du Troisième Cycle par ses exposés sur la théorie de l'information et la théorie des fonctions aléatoires.

À partir de 1963, il oriente ses recherches personnelles vers les problèmes de la turbulence en mécanique des fluides, ce qui le conduit à des travaux mathématiques d'aspect parfois assez abstrait ; la mécanique statistique des fluides débouche alors sur une mécanique statistique des milieux continus, l'intention étant d'aboutir à une théorie générale des systèmes évolutifs aléatoires. Le calcul des probabilités et la théorie de l'information forment la base de tous ces travaux. En ces années Kampé de Fériet acquiert une réputation mondiale dans les milieux scientifiques où se manifeste un renouveau des concepts mathématiques. On lui compte alors plus de deux cents publications en France et à l'étranger »[2].

Travaux[modifier | modifier le code]

  • Joseph Kampé de Fériet et Paul Appell, Fonctions hypergéometriques et hypersphériques, Paris, Gauthier-Villars,‎ 1926
    (notice BnF no FRBNF322984257)
  • Jean Demontis et Joseph Kampé de Fériet, Recherches sur l'influence de l'angle d'ouverture d'un ajutage divergent sur l'écoulement à deux dimensions de l'air à travers cet ajutage : Volume 87 de Publications scient. et techn. du Min. de l'air, Blondel La Rougery in Komm,‎ 1936 (notice BnF no FRBNF32014968x)
  • Joseph Kampé de Fériet, La Fonction hypergéometrique, Paris, Gauthier-Villars,‎ 1937
    (notice BnF no FRBNF32298424w)
  • Joseph Kampé de Fériet, André Martinot-Lagarde et Georges Rollin, Étude sur l'utilisation des anémomètres dans un courant d'air turbulent, Paris, Gauthier-Villars, coll. « Publications scientifiques et techniques du Ministère de l'air. Travaux de l'Institut de mécanique des fluides de l'Université de Lille / 156 »,‎ 1939
    (notice BnF no FRBNF325815839/)
  • Joseph Kampé de Fériet et André Fauquet, Influence du souffle d'une hélice sur les caractéristiques aérodynamiques d'une maquette motorisée, coll. « Groupement français pour le développement des recherches aéronautiques. Notes techniques / 2, 4-5 »,‎ 1939
    (notice BnF no FRBNF32298427x)
  • Joseph Kampé de Fériet, Un problème clé de l'aéronautique, l'étude de la couche limite, Créteil, impr. de Crété, coll. « Technique et science aéronautique »,‎ 1944
    (notice BnF no FRBNF32298429m)
  • Joseph Kampé de Fériet, Hasard et probabilité dans la pensée scientifique contemporaine, coll. « Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille »,‎ 1945
    (notice BnF no FRBNF32298426k/)
  • Paul Germain, Joseph Kampé de Fériet et Robert Mazet, L'Enseignement de la mécanique, coll. « Association des professeurs de l'enseignement public »,‎ 1961
    (notice BnF no FRBNF330952201)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Châtelet et Joseph Kampé de Fériet, Calcul vectoriel. Théorie. Applications géométriques et cinématiques, destiné aux élèves des classes de mathématiques spéciales et aux étudiants en sciences mathématiques et physiques : par Albert Châtelet, ancien élève de l'École normale, doyen de la Faculté des sciences de Lille, Joseph Kampé de Fériet, maître de conférences de mécanique, à la Faculté des Sciences de Lille, professeur de mécanique, à l'Institut industriel du Nord (présentation en ligne)
  2. Biographie de Joseph Kampé de Fériet - ONERA

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Joseph Kampé de Fériet Suivi par
Jean Chazy
Chaire de mécanique de la Faculté des sciences de Lille (1930-1969)
-
-
Directeur de l'Institut de mécanique des fluides de Lille (1934-1945)
André Martinot Lagarde