Joseph Hours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Hours
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Enfant
Autres informations
Parti politique

Joseph Hours (né le à Lyon et mort le à Lyon) est un philosophe et résistant français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut successivement professeur agrégé (1920), professeur de lycée à Toulon, à Lyon (1928), de Première supérieure au lycée du Parc de Lyon (1936), puis professeur de préparation aux écoles normales littéraires (Khâgne), au même lycée du Parc, ainsi qu'à l'Institut politique de Lyon.

Quelques années avant la guerre de 1939-1945 s'installe une équipe de professeurs au lycée du Parc. Parmi eux, Joseph Hours qui fut Mestre d'Histoire de 1936 à 1961. Sous l'Occupation, Joseph Hours et un de ses élèves, Gilbert Dru, avec l'aide d'un père du scolasticat jésuite de Lyon, éditent clandestinement de 1940 à 1944 vingt-quatre numéros des Cahiers du Témoignage Chrétien, fondement d'un réseau de Résistance plus qu'actif qui permit la cohésion des divers mouvements de résistance de Zone Sud.

Joseph Hours est un des fondateurs du MRP, directeur du journal La Liberté (1947). Il collabora à la revue Itinéraires, de Jean Madiran, de 1956 à 1963.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Œuvre et pensée du peuple français (Librairie BLOUD & GAY, 1945)
  • Le mouvement ouvrier français (les éditions ouvrières, 1951)
  • La valeur de l'Histoire "initiation philosophique" (Presses universitaires de France, 1953)
  • Le chrétien devant la patrie (Cahiers universitaires catholiques, N° 4 de Janvier 1957 (1957) )
  • Culture et société (Cahiers universitaires catholiques, N° 5 de Février 1953 (02/1953))
  • Encore "culture et expérience" (Cahiers universitaires catholiques, N° 9-10 de juin-juillet 1953 (06/1953))
  • Une histoire de la démocratie chrétienne (Cahiers universitaires catholiques, N° 6 de mars-avril 1956 (03/1956))
  • Petite histoire du mouvement ouvrier
  • Petite histoire du mouvement ouvrier (Masses ouvrières, N° 33 de mai 1948 (05/1948))
  • Petite histoire du mouvement ouvrier (suite) (Masses ouvrières, N° 34 de juin 1948 (06/1948))
  • Un précurseur oublié de l'antisémitisme français : le vicomte de Bonald (Cahiers sioniens, vol. 3, N° 11 de septembre 1950 (09/1950))
  • L'Université dans la Nation (Cahiers universitaires catholiques, N° 1 d'octobre 1959 (10/1959))
  • Valeur de l'histoire

Citation[modifier | modifier le code]

« Faire l’unité européenne, ce n’est pas ébaucher dans je ne sais quelle cité intemporelle et interplanétaire une construction juridique harmonieuse et pure, c’est avant tout faire revivre le Saint-Empire. »

— Joseph Hours, La Vie intellectuelle, octobre 1950

Sources biographiques[modifier | modifier le code]

  • H. Hours, art. Hours (X. de Monclos, dir., Dictionnaire du monde religieux, Lyon, Beauchesne, 1994, p. 239) ;
  • B. Permezel, Résistants à Lyon, Lyon 2003, p. 341
  • Correspondances lyonnaises (1904-1916) de Charles de Foucauld (lettres à Suzanne Perret, à l'abbé Antoine Crozier, à Joseph Hours, à l'abbé Constant Pel)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]