Joseph Heintz l'Ancien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Heintz.
image illustrant un peintre image illustrant suisse
Cet article est une ébauche concernant un peintre suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Joseph Heintz l'Ancien
Joseph Heintz l'Ancien.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
PragueVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Lieux de travail
Mouvement
Enfant
Joseph Heintz der Jüngere (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Joseph Heintz l'Ancien, né le à Bâle et mort le près de Prague, est un peintre maniériste et un architecte suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie avec Hans Bock et copie des œuvres de Hans Holbein le Jeune. Entre 1585 et 1587, il vit à Rome, et devient l'élève de Hans von Aachen. Il s'installe ensuite en Bohême en 1591, et est directement nommé peintre de la cour de Rodolphe II. Il ne reste cependant à Prague que deux ans, car l'empereur lui demande de réaliser des copies d'œuvres antiques, pour lesquelles il doit retourner à Rome, où il reste quatre ans.

Son père et son frère sont également architectes.

Son fils, Joseph Heintz le Jeune (1600-1678), fut également peintre et vécut à Venise à partir de 1625.

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'enlèvement de Perséphone, 1595

Parmi les tableaux de Joseph Heintz le jeune (v. 1600-v. 1678) figurent des représentations festives du milieu du XVIIe siècle dont certaines sont conservées au musée Correr : Le carnaval place Saint-Marc (Carnevale in Piazza San Marco), Fête du Rédempteur (Festa del Redentore), Chasse au taureau sur le campo S. Polo (Caccia al toro in campo S. Polo), La guerre des poings (Lotta dei pugni), Le parloir des moniales (Parlatorio delle monache). Il a aussi peint une vue perspective de Venise (Pianta prospettica di Venezia, musée Correr). Par-delà les représentations de la vie vénitienne auxquelles Heintz se consacra surtout dans les vingt dernières années de sa vie, les caprices d'invention figurent en bonne place dans son œuvre, dont la vue d'un port imaginaire avec ruines (v. 1665, coll. privée). On trouve un de ses tableaux, une Adoration des bergers (datée de 1599) au musée des Augustins de Fribourg[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chefs-d'œuvre du Moyen Âge à l'époque baroque présentés au Augustinermuseum à Freiburg i. Br., städtische museen Freiburg im Breisgau, Deutscher Kunstverlag, p.  176-177.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Lucia Longo, « La 'translatio' lauretana di Joseph Heintz il giovane ritrovata », Arte Veneta, 1983, p. 101-108.
  • (de) Lucia Longo, « Joseph Heintz d. J. und Pietro Vecchia in der Kirche S. Antonino in Venedig », Jahrbuch des Zentralinstituts fur Kunstgeschichte, vol. 2, 1986, p. 317-327.
  • (it) Romina Simonato, Joseph Heintz il giovane (Mémoire de laurea sous la direction de Lionello Puppi), Université de Venise, 1998, conservé mais non consultable sur place à la bibliothèque BAUM de l'Università Ca'Foscari.

Liens externes[modifier | modifier le code]