Joseph Gabel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph Gabel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
Nationalité
Activités

Joseph Gabel () est un psychiatre, sociologue et philosophe français d'origine hongroise. Penseur engagé, il est resté toute sa vie fidèle au marxisme en étant toutefois hostile au stalinisme et à la pensée de Louis Althusser.[réf. nécessaire]

biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Gabel naît à Budapest en 1912[1] immigre en France et prend la citoyenneté française en 1950. Il fait des études de médecine et un internat en psychiatrie en France[1], et une thèse d'État sous la direction d'Eugène Minkowski[1], publiée sous l'intitulé La Fausse Conscience. Essai sur la réification, en 1962. Il enseigne à l’université Mohammed-V de Rabat de 1965 à 1971, puis à l’université d’Amiens de 1971 à 1980[2].

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage La Fausse Conscience : essai sur la réification, Joseph Gabel tente d'intégrer la pensée marxiste, en particulier les concepts de « fausse conscience » et de « réification » — développés notamment par Karl Mannheim et Georg Lukacs — à une analyse psychopathologique des états schizophréniques[3]. Il fait le lien entre des cas de schizophrénie appartenant à la variété "rationalisme morbide" ("planisme morbide, c'est-à-dire une règlementation géométrisante et "surrationalisante" de toutes les activités humaines, utilitarisme, pensée anhistorique, univers concentrationnaire"[4]) et la fausse conscience, la pensée non dialectique, réifiée, aliénée ("une même réalité vue sous des angles différents"). Joseph Gabel poursuit ses analyses dans Sociologie de l’aliénation (1971), Idéologies (2 tomes, 1974 et 1978) et L’Aliénation aujourd’hui (1974). Il est l'auteur de plusieurs articles de l'Encyclopædia Universalis et il s'intéresse à la pensée de Karl Mannheim. Il collabore également à la revue L'Homme et la société.

Publications[modifier | modifier le code]

  • "La Réification : essai d'une psychopathologie de la pensée dialectique", Esprit, n° 10, , p. 459-482. Rééd. Éditions Allia, 2009. (ISBN 978-2-84485-323-3)
  • La Fausse Conscience : essai sur la réification, Paris, Éditions de Minuit, « Arguments », 1962.
  • « Dialectique et sociologie d'après Georges Gurvitch », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 4, 1963. p. 794-797 [lire en ligne].
  • Sociologie de l’aliénation, Paris, PUF, « Bibliothèque de sociologie contemporaine », 1971.
  • L’Aliénation aujourd’hui, Paris, Anthropos, 1974.
  • Idéologies 1 (Recueil de textes partiellement extraits de divers revues et publications, 1948-1972), Paris, Éditions Anthropos, 1974.
  • Idéologies. 2, Althussérisme et stalinisme, (Recueil de textes pour la plupart présentés à divers colloques), Paris, Anthropos, 1978. (ISBN 2-7157-0320-1)
  • (co-dir.) Actualité de la dialectique, Colloque du Centre universitaire de recherche sociologique d'Amiens, Chantilly,  ; Paris, Anthropos, 1980. (ISBN 2-7157-1003-8)
  • « Réflexions sur l'affaire Faurisson », L'Homme et la société, no 71-72, 1984. « Modes de coercition politique », p. 81-97 [lire en ligne]
  • Mannheim et le marxisme hongrois, Paris, Méridiens-Klincksieck, « Sociétés », 1987. (ISBN 2-86563-177-X)
  • Réflexions sur l'avenir des juifs : racisme et aliénation, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1987. (ISBN 2-86563-187-7)
  • Études dialectiques, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1990. (ISBN 2-86563-267-9)
  • Mensonge et maladie mentale, Paris, Éditions Allia, 1995. (ISBN 2-904235-96-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c David Frank Allen et Chantal Tanguy, « Logique psychotique et folie idéologique : de la fausse conscience, en hommage à Joseph Gabel (1912-2004) », L'Information psychiatrique, vol. 91, no 5,‎ , p. 383-390 (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2021).
  2. Fiche biographique
  3. Voir Notice biographique, fonds Joseph Gabel, IMEC
  4. "La Réification", Esprit, octobre 1951, p. 27.

Liens externes[modifier | modifier le code]