Joseph Fabre (homme politique, 1842-1916)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Fabre et Fabre.
Joseph Fabre
Fonctions
Député de l'Aveyron (1881-1885)
Sénateur de l'Aveyron (1894-1903)
Gouvernement Troisième République
Groupe politique Union républicaine ; Gauche radicale
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Rodez (Aveyron)
Date de décès
Lieu de décès Cannes (Alpes-Maritimes)
Nationalité française
Résidence Aveyron

Joseph Fabre, né Amans Joseph Fabre[1], est un écrivain, historien et homme politique français, né le 9 décembre 1841 à Rodez (Aveyron), mort le 1er février 1916 à Cannes (Alpes-Maritimes).

S'étant initialement orienté vers l'enseignement, après l'obtention successive d'une licence ès-lettres et de l'agrégation en philosophie, il ne tarda, après la chute du Second Empire, à s'intéresser à la politique.

Cependant, Joseph Fabre est principalement connu pour son adaptation et sa traduction en français du Procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc, dont les minutes en latin avaient été collationnées puis éditées à la fin des années 1840 par Jules Quicherat.

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Joseph Fabre fut par ailleurs battu aux élections législatives le 14 octobre 1877, aux élections sénatoriales (pendant son mandat de député) le 25 janvier 1885 et enfin en janvier 1903, à l'issue de son mandat de sénateur. Ce dernier échec le conduit à se retirer de la vie politique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Cours de philosophie, suivi de Notions d'histoire de la philosophie, C. Delagrave, Paris, 1870, 340 p.
  • Notions de philosophie, C. Delagrave, Paris, 1874, 455 p.
  • Jeanne d'Arc, libératrice de la France, C. Delagrave, coll. « École de l'homme et du citoyen », Paris, 1882, 171 p.
  • Washington libérateur de l'Amérique, suivi de la Révolution américaine et Washington (documents et éclaircissements), C. Delagrave, Paris, 1882, 335 p.
  • Les Libérateurs, ou l'Héroïsme civique en action, C. Delagrave, coll. « École de l'homme et du citoyen », Paris, 1882, 208 p.
  • Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, d'après les textes authentiques : traduction avec éclaircissements, C. Delagrave, Paris, 1884, 432 p.
  • Procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc, raconté et traduit d'après les textes latins officiels, 1re édition : C. Delagrave, Paris, 1888, 2 volumes [pagination inconnue] – Nouvelle édition : Hachette, Paris, 1913, 2 volumes 360 p. et 415 p.
  • Jeanne d'Arc, drame historique en 5 actes, avec prologue, C. Dentu, Paris, 1890, 192 p.
  • Le Mois de Jeanne d'Arc, Armand Colin, Paris, 1892, 344 p.
  • Jésus, mystère en cinq actes, avec prologue et épilogue, P. Ollendorff, Paris, 1892, 108 p.
  • La Pensée antique (de Moïse à Marc-Aurèle), F. Alcan, Paris, 1902, IV-367 p.
  • Les Neuf ans d'un sénateur (1894-1903) (avec une introduction de Marius Constans), F. Alcan, Paris, 1903, 2 volumes [pagination inconnue]
  • La Pensée chrétienne, des Évangiles à l'Imitation de Jésus-Christ, F. Alcan, Paris, 1905, 656 p.
  • La Pensée moderne (de Luther à Leibniz), F. Alcan, Paris, 1908, 563 p.
  • Les Pères de la Révolution, de Bayle à Condorcet, F. Alcan, Paris, 1910, II-764 p.
  • Jean-Jacques Rousseau, F. Alcan, Paris, 1912, 251 p.
  • La Délivrance d'Orléans, mystère en 3 actes avec prologue et épilogue suivi de la reproduction des meilleures pages de l'Ancien “Mistère du siège d'Orléans” joué au XVe siècle devant les contemporains de Jeanne d'Arc, Hachette, Paris, 1913, 176 p.
  • Les Bourreaux de Jeanne d'Arc et sa fête nationale, notices sur les personnages du procès de condamnation, documents sur la fête du patriotisme, Hachette, Paris, 1915, 221 p.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Etat-civil de la commune de Rodez (acte de naissance n° 460 de l'année 1841). Le catalogue en ligne de la Bibliothèque nationale de France indique comme nom complet : « Joseph-Amant Fabre », tandis que le Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 indique les prénoms dans l'ordre inverse, et que le Dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 indique comme nom complet : « FABRE (Amant-Joseph) »(tome II p.585).