Joseph Erhardy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références.

Joseph Erhardyest un sculpteur américain ayant vécu en France.

Joseph Erhardy
[[Fichier:
Joseph Erhardy.png
|frameless|center|upright=1.2]]

Joseph Erhardy (2012)

Naissance
Décès
(à 83 ans)
Paris
Drapeau de la France France
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Site web


Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Erhardy (originellement Josef Herzbrun) est né à Welch, une bourgade de l’État de Virginie-Occidentale aux États-Unis. Sa famille d’origine juive hongroise faisait partie de la notabilité locale. Il a deux frères: Philip, qui sera professeur d’anglais à l'Université de Georgetown, et Lon, qui deviendra un joueur et un entraineur émérite de football américain, notamment pour le compte de l'équipe de l'Université du Tennessee à Knoxville.

La crise économique de 1929 poussera en 1936 la famille à déménager à Washington DC. Dès son adolescence, Joseph taille avec des outils rudimentaires des figures dans des blocs de pierre ramassés au Rock Creek Park. Bien que n’ayant pas l’âge requis, il dirige en tant que contrebassiste et percussionniste un big band «Jo Heartwell and his band of seventeen» de 17 musiciens professionnels qui jouent dans des soirées dansantes et dont les enregistrements sur cire ont disparu. En 1947, il accomplit son service militaire dans l’U.S. Air Force en tant que musicien. Parallèlement, il joue au sein du National Symphony Orchestra. En 1948 et 1949, il étudie la sculpture au Corcoran College of Art and Design, tout en suivant des cours d’art, de civilisation, de littérature anglaise et italienne à l'Université George Washington.

En 1950, grâce au G.I. Bill, qui est une bourse allouée aux militaires ayant servi pendant la durée de la guerre, il part à Florence en Italie où il est admis à l'Académie des beaux-arts de Florence. Par la suite, il déménage à Rome, fréquente l’Istituto Erminio Meschini et devient l’assistant de Mirko Basaldella, sculpteur abstrait qu’il assiste dans l'édification du monument dédié à la mémoire d'innocents fusillés par les nazis dans les Fosses ardéatines. C'est cependant la sculpture du maître de Mirko, Arturo Martini, qui sera la principale source d’inspiration de l’œuvre de Joseph Erhardy. Mirko l’introduit dans le milieu du cinéma italien. Il se lie d’amitié avec le réalisateur Roberto Rossellini et réalise des bijoux en or et argent pour des actrices, notamment Ingrid Bergman.

Désirant approfondir ses connaissances artistiques, Joseph Erhardy quitte Rome pour Paris en 1952 où il suit les cours à l’Académie de la Grande Chaumière. Il rencontre le sculpteur anglais Raymond Mason qui est son voisin d'atelier de la rue des Suisses. Il en naîtra une amitié de toute une vie. Joseph Erhardy réalise alors des œuvres semi-abstraites, perfectionnant la technique de la taille directe et du polissage, un travail qui l’amène à forger lui-même ses outils. Il développe un procédé original en incrustant la couleur dans le marbre.

En 1957, il épouse Mélanie Van Muyden, qui sera son égérie et qui accompagnera toute sa vie d’artiste. Le couple s’installe en 1958 à Paris dans des ateliers de la rue du Théâtre. Ils auront 7 enfants : Claudius, Katherine, Thomas, Elisabeth, Peter, Anne et Mary.

Au début des années 1960, Joseph Erhardy prend part au mouvement du passage de l’abstraction à la figuration avec d’autres artistes tels que Marcel Pouget, Bengt Lindström, Roger-Edgar Gillet et François Jousselin. Ce mouvement est baptisé Nouvelle figuration par Jean-Louis Ferrier, professeur à l'École Nationale des Arts Décoratifs, critique d'art et journaliste à L'Express et au Point. C’est le temps des trente glorieuses de l' École de Paris, l’époque où les artistes se rencontraient dans les cafés de Saint-Germain-des-Prés ou de Montparnasse pour discuter âprement voire violemment des nouvelles tendances artistiques.

En 1968, il réalise une première exposition à la Galerie Ariel de Jean Pollack qui défend les artistes de la Nouvelle Figuration. En 1989, une demi-douzaine de grands marbres de cette exposition disparaîtra dans un incendie criminel de son atelier de la rue du Commerce. Le photographe et ami de l’artiste Henri Cartier-Bresson réalisera une série de photos témoignant de ce désastre[1].

Afin de pouvoir réaliser des œuvres en bronze, Joseph Erhardy se tourne vers le modelage. Il cherche avant tout l’aboutissement des formes, selon les lois de la sculpture classique. « La forme est fuyante, absolument fuyante… Tout est plein, le creux, c’est la mort. La véritable sculpture trouve son expression dans l’aboutissement de la forme et non dans la gestuelle comme chez Auguste Rodin, dont l’œuvre se confond avec la peinture », dira l’artiste. Le sujet des œuvres de Joseph Erhardy reste rigoureusement contemporain « sans désir d’étonner, ni d’agresser ». Joseph Erhardy veut témoigner de la beauté de son époque. Ses modèles préférés sont les femmes, des femmes mûres dans leurs activités quotidiennes et heureuses : étalant le linge, se coiffant, se mettant des bigoudis, faisant des courses à vélo...

À partir des années 1970, Joseph Erhardy expose en France et à l’étranger, notamment à Vienne où une fructueuse entente se développera avec la Galerie EuroArt. Après de grandes expositions à la galerie Beaubourg de Marianne et Pierre Nahon, à la Bouquinerie de l’Institut et une première rétrospective en 1997 sur le toit de La Grande Arche de la Défense, il collaborera avec la galerie Vallois dans une relation de 25 ans basée sur la confiance.

Au cours de ces années, Joseph Erhardy côtoiera de nombreuses personnalités dont certaines deviendront ses amis comme Fernand Braudel, Clemens Heller, Ruth Fischer et Louis Dumont. D’autres serviront de modèles comme Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, John Kenneth Galbraith, Daniel J. Boorstin et Simone Veil.

Au-delà des collectionneurs comme Izaline et Frank Davidson et Immacolata Rossi di Montelera ainsi que du galeriste Jacques Elbaz, Joseph Erhardy se trouve entouré et soutenu par un grand nombre d’amis artistes comme Sam Szafran, Georg Eisler, Henri Cartier-Bresson, Roger-Edgar Gillet, Raymond Mason, Bengt Lindström, Roseline Granet et Philippe Roman. En 1996, l’artiste réalise l’image de la carte de vœux officielle du Ministre français de la Culture.

Demeurant un artiste à l’esprit libre, éloigné des modes et tendances changeantes, toujours inquiet et insatisfait, Joseph Erhardy s’est évertué à réaliser une œuvre respirant bonheur et joie de vivre. Sa sculpture rappelle les grandes époques de la statuaire et s’inscrit dans un art qui, depuis toujours, renvoie l’homme à son image. C’est une sculpture généreuse et charnelle, sans autre message que celui d’ouvrir notre regard sur notre temps et notre société, œuvre d’un artiste qui laisse parler son art pour traduire le visage particulier du monde présent, comme sa part d’intemporel. « Je me suis efforcé de rechercher une iconographie contemporaine de par laquelle l’homme de la rue, l’intellectuel aussi bien que l’ouvrier, peut s’identifier », déclarait l’artiste en 1999.

Joseph Erhardy est décédé chez lui à Paris le 1er mai 2012[2].

« J'imagine que dans trois ou quatre cents ans et peut-être en un lieu lointain, comme ces bronzes de Mahdia sortis de la mer si loin de l'atelier qui les fit, on retrouvera un jour par hasard un bronze d'Erhardy. Ceux qui le découvriront s'étonneront de ses formes pleines, de la rondeur parfaite de son volume, de cette plastique pleine comme un œuf qu'on ne trouve qu'aux grandes époques de la statuaire. La fille juchée sur une étrange machine leur semblera l'officiante d'un culte bizarre. Ils la compareront à toutes ces figures qui, des chars solaires des Scythes à la Femme au chariot de Giacometti, ont célébré la roue. Et même si un historien des techniques est là pour rappeler que la machine en question s'appelait une bicyclette, inventée vers la fin du XIXe siècle et qui, vers la fin du siècle suivant, devait connaître un regain de popularité, ces données les intéresseront moins que la forme usée par le sculpteur, inventée ou plutôt redécouverte, et témoignant ainsi de la parfaite unité d'un art qui, durant des millénaires, aura à peine varié ses canons et, si peu, il est vrai aussi, varié ses thèmes. »

— Jean Clair (conservateur général du patrimoine - écrivain - historien de l'art français - membre de l'Académie française)

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1968, galerie Ariel, Paris, France
  • 1975, galerie Euroart, Vienne, Autriche
  • 1976, galerie Nova Spectra, exposition faite sous le haut patronage de l'ambassadeur des États-Unis à la Haye, Pays-Bas
  • 1977, galerie Euroart, Vienne, Autriche
  • 1981, galerie Beaubourg, Paris, France
  • 1990, galerie Vallois, préface de Jean Clair directeur du musée Picasso, Paris, France
  • 1991, galerie Vallois, Paris, France
  • 1996, sculpture Le Calvaire - Église Saint-Sulpice, Paris, France
  • 1997, Rétrospective - Le toit de la Grande Arche de la Défense (63 dessins - 73 sculptures en bronze, marbre et terre cuite dont 11 monumentales), Paris, France
  • 1997, galerie Vallois (avec Chana Orloff), Paris, France
  • 1997, sculpture Roue libre - Salon Le Mondial des Deux Roues, Porte de Versailles, Paris, France
  • 2001, galerie La Bouquinerie de l'Institut[3], préface Jacques Pimpaneau, Paris, France
  • 2003, galerie Vallois
  • 2006, galerie Vallois, préface de Jean Clair, Paris, France
  • 2015-2016, Hommage à Joseph Erhardy , exposition rétrospective, galerie Vallois, Paris, France

Expositions de groupe[modifier | modifier le code]

  • 1962, Forces nouvelles, American Artists' Center, Paris, France
  • 1963, Troisième Biennale de Paris, France
  • 1963, sculpture Champêtre, Centre International d'Art Visuel, Paris, France
  • 1963, Exposition Internationale de Sculpture de Petit Format, La Haye, Pays-Bas
  • 1964, Exposition Internationale de Dessins de Sculpteurs, Vienne, Autriche
  • 1964/1968, Salon de la Jeune Sculpture, Paris, France
  • 1965, La Main-Sculptures, Galerie Claude Bernard, Paris, France
  • 1966, The Contempory Spirit, The Corcoran Gallery of Art, Washington
  • 1967/1974, Le Salon de Mai, Paris, France
  • 1967, BATIMAT, Le Mur vivant, La Défense, Paris
  • 1969, Exposition internationale d'art contemporain, L'Œil Écoute, Festival d'Avignon, palais des Papes, France
  • 1969, Beispiele Europäischer Plastik Heute, Wiener Secession (représentant la France avec Raymond Mason et Ipoustéguy), Vienne, Autriche
  • 1971, Sculpture Contemporaine, Maison de la Culture, Amiens, France
  • 1973, Huit Sculpteurs, Maison de la Culture, Argenteuil, France
  • 1973, Château de Tremblay, Fontenoy-en-Puisaye, France
  • 1973, Galerie Ariel, Paris, France
  • 1975, Institut Culturel Italien, Tel Aviv, Israël
  • 1975, Fiera, Bologne, Italie
  • 1976, Arte Fiera, Bologne, Italie
  • 1976, Art 7/76, Bâle, Suisse
  • 1976, Galleria Giulia, Rome, Italie
  • 1976, Galleria La Lanterna, Trieste, Italie
  • 1976, Galleria Stevens, Padoue, Italie
  • 1976, Foire internationale d'art contemporain (FIAC), Paris, France
  • 1977, International Art Fair, Washington
  • 1978, Galerie Ariel, Paris, France
  • 1979, Nature Morte, Galerie Jean-Pierre Mouton, Paris, France
  • 1980/1981, Les Métiers d'Art, Musée des Arts décoratifs, Paris, France
  • 1981, Sculpture de Petit Format, Centre Municipal d'Arts Plastiques, Sarcelles, France
  • 1981, Anthropos, Europäische Bildhauer-Ausstellung Wiener Festwochen, Vienne, Autriche
  • 1981 Sculptura Marmo Lavoro, Triennale Internazionale, Carrara, Pietra Santa, Italie
  • 1981, Trois Sculpteurs : Arman, Barelier, Erhardy et Roubaix, France
  • 1981, Rencontre Internationale de Sculpture, Galerie Rocque, Cannes, France
  • 1982, Rencontre Internationale de Sculpture, Sainte-Geneviève-des-Bois, France
  • 1983, Sculptures : Arman, Barelier, César, Erhardy, Jouy-en-Josas, France
  • 1984, Art Forum - Reflets Surréalistes et Arts Contemporains : Arman, Clément, Erhardy, Pignon, Taulé à Genève, Suisse
  • 1992, Foire Internationale Art Asie, Hong Kong, Chine
  • 1993, Fruits et Légumes, Galerie Vallois, Paris, France
  • 1993, Tendances de la sculpture contemporaine et figurative, musée de Cambrai, France
  • 1993, Inauguration de la galerie Jacques Elbaz, Paris, France
  • 1995, XXIXème Prix International d'Art Contemporain, Monte Carlo Biennale Internationale de Monaco
  • 1995, Progetto Scultura, Mostra Internationale di Scultura des XX Secolo, Galleria de Leone, Venise, Italie
  • 1995, galerie Beaubourg - Château Notre-Dame des Fleurs, Saint-Paul-de-Vence, France
  • 2004, galerie Vallois
  • 2005, galerie Vallois
  • 2006, galerie Vallois

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Autres œuvres dans le domaine public[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • 2005 Dunbier, Lonnie Pierson (Ed) The Artists Bluebook: 34,000 North American Artists to March 2005
  • 2005 Davenport, Ray Davenport's Art Reference: The Gold Edition

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Magnum Photos », sur www.magnumphotos.com (consulté le 24 décembre 2015)
  2. « Disparition du sculpteur Joseph Erhardy », sur le site Connaissance des arts.fr
  3. Site de la galerie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]