Joseph Dessaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dessaix.
Joseph Dessaix
Fonction
Président
Société savoisienne d'histoire et d'archéologie
François Rabut (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Duché de Savoie ( - ), Français (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Lithographe, journaliste d'opinion, poète, dramaturgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Joseph Dessaix, né à La Chavanne sur la commune d'Allinges, le et mort à Évian en 1870 d'une angine de poitrine, est un écrivain savoyard. Il était le neveu du célèbre général Joseph Marie Dessaix de l'armée de Napoléon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Dessaix est né le au lieu-dit La Chavanne, situé sur la commune d'Allinges, alors dans le duché de Savoie.

En 1834, il est arrêté pour un libelle contre le roi.

Il arrête ses études de droit et en 1840 fonde à Chambéry, un journal pour la jeunesse, et en 1848, et a participé à un certain nombre de revues : « Le Chat », « La Commune », « Le Patriote savoisien », etc. Il commence une carrière politique en tant que républicain, fédéraliste et ardent défenseur de l'unité italienne. Il est emprisonné durant deux ans, sans jugement, pour avoir écrit une satire contre le roi Charles-Albert. À sa sortie, il tue en duel un adversaire politique et doit s'exiler.

De retour en Savoie, il est emprisonné, mais une vaste campagne de pétitions pousse le roi Victor-Emmanuel à le gracier. Dorénavant calmé, il va se consacrer à des travaux littéraires, et en particulier à son encyclopédie consacrée au duché de Savoie « La Savoie historique pittoresque » en deux volumes (1854).

En 1855, il fonde à Chambéry, la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, dont il devient le premier président, puis devient historiographe officiel du percement du tunnel ferroviaire du Fréjus au côté de Germain Sommeiller.

En 1856, lors de la fête donnée en l'honneur du statut constitutionnel de 1848, il présente un chant nommé « La Liberté » qui évoque la Liberté en tant qu'allégorie vivante qui chassée de France se réfugie dans les montagnes de Savoie où elle trouve le soutien du peuple des Allobroges qui va aider moralement tous les peuples du monde qui aspirent à la liberté. Très vite ce chant va connaître en très grand succès à travers tout le duché de Savoie et même à Genève et à Lausanne, et va être plus connu sous le nom de Chant des Allobroges, devenu l'hymne de tous les Savoyards.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Entre autres :

  • La Savoie historique, pittoresque, statistique et biographique, 1854
  • Histoire de la réunion de la Savoie à la France en 1792: documents inédits recueillis et publiés, 463 pages, 1857
  • Nice et Savoie : sites pittoresques, monuments, description et histoire des départements de la Savoie, Haute-Savoie et des Alpes-Maritimes réunis à la France en 1860, 1864
  • Evian-les-Bains et Thonon : guide du baigneur et du touriste, 212 pages, 1864
  • Étude historique sur la Révolution et l'Empire en Savoie : le général Dessaix, sa vie politique & militaire, 544 pages, 1879 (posthume)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Avant-propos » de la réédition de Joseph Dessaix, La Savoie historique, pittoresque, statistique et biographique, Stalakine, Genève, 1980.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]