Joseph Coosemans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph Coosemans
Bussche-Coosemans.jpg
Jean-Emmanuel Van den Bussche, Portrait de de Joseph Coosemans, localisation inconnue.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Joseph Théodore Coosemans
Nationalité
Belge Drapeau de la Belgique
Activité
Lieu de travail
Influencé par

Joseph Théodore Coosemans est un peintre belge né à Bruxelles le et mort à Schaerbeek le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Vers 1846, Joseph Coosemans s'installe à Tervuren et occupe le poste de secrétaire communal. Il s'intéresse à la peinture et peint des portraits en autodidacte. Sous l'influence de Théodore Fourmois (1814-1871) il se tourne vers le paysage. À partir de 1860, la peinture devient sa grande passion. Il expose pour la première fois en 1863.

Il s'y consacre entièrement à partir de 1872. Joseph Coosemans fait partie de la première génération de peintres de l'École de Tervueren, créée par son ami Hippolyte Boulenger.

En 1868, il rejoint la Société libre des beaux-arts créée sur les bases de l'Atelier Saint-Luc de Schaerbeek. C'était à l'origine un petit atelier de peintres. Ce lieu dont l'ambiance était fort joyeuse constituait une sorte d'académie libre.

Il se rend en Normandie avec Alfred Verwée (1838-1895) et Louis Dubois (1830-1880). Il voyage ensuite en Italie et en France où il séjourne à Barbizon. De sa visite à Barbizon témoignent ses tableaux Le Chemin des artistes à Barbizon (Bruxelles, musées royaux des beaux-arts de Belgique) et Rochers de Francart à Fontainebleau.

Au fil du temps, Joseph Coosemans s'est forgé en autodidacte et son œuvre évolue d’une peinture méticuleuse et détaillée, sous l'influence de Fourmois, à une peinture plus libre et simplifiée sous l’influence de Boulenger.

Il séjourne à Louvain en 1886. En 1887, il est nommé professeur de paysage à l'Institut supérieur de l’Académie des beaux-arts d’Anvers (NHISKA). Une hémorragie cérébrale paralyse son côté droit en 1893. Il parvient avec succès à apprendre à peindre de la main gauche mais ses toiles perdent de la précision. À la suite de sa maladie, il meurt le .

Franz Courtens le remplace comme professeur et inscrit son enseignement dans la continuité de son prédécesseur.

Peu après sa mort, la commune de Schaerbeek, en plein essor immobilier, baptise une de ses nouvelles artères au nom deJoseph Coosemans. Il a été domicilié 81, rue Dupont à Schaerbeek.

En 2004, à l'occasion du centenaire de sa mort, la commune de Schaerbeek lui a rendu hommage en exposant 49 de ses œuvres ainsi que deux toiles de son fils, Frits Coosemans, L’intérieur de Coosemans, un Buste de Joseph Coosemans par Léon Mignon (1847-1898) et le Portrait de Joseph Coosemans par Jean-Emmanuel Van den Bussche (1837-1903).

Quelques-unes de ses œuvres sont conservées aux musées de Bruges, Bruxelles, Courtrai, Gand et Liège.

Liens externes[modifier | modifier le code]