Joseph Chinard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chinard.
Joseph Chinard
Joseph Chinard, by Jean Francois Soiron (1756-1813).jpg
Jean-François Soiron, Joseph Chinard (1801),
localisation inconnue.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activité
Conjoints
Antoinette Perret (d) (à partir de )
Marie Berthaud (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement
Œuvres principales
Buste de Juliette Récamier, Madame de Verninac en Diane chasseresse (d), fontaine de la PyramideVoir et modifier les données sur Wikidata
signature de Joseph Chinard
signature

Joseph Chinard, né le à Lyon où il est mort le , est un sculpteur néoclassique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Madame de Verninac en Diane chasseresse (1808), Paris, musée du Louvre.

Joseph Chinard se destine d’abord à une carrière ecclésiastique mais son goût pour l’art l’entraîne dans une autre direction : celle de l'art. Il ne termine pas son instruction et commence son travail de sculpteur en produisant des figurines pour des confiseurs et des pâtissiers[1].

En 1770, Chinard intègre l'école de dessin de la ville de Lyon, dirigée par Donat Nonnotte, puis l’atelier de sculpture de Blaise Barthélémy (Lyon, 1738 - Paris, 1819) à qui on doit les statues de Saint Étienne et de Saint Jean-Baptiste de la primatiale Saint-Jean (1776).

Entre 1780 et 1781 il réalise, suite à la commande par le chapitre de l’église Saint-Paul, les pendentifs du dôme et les figures des quatre Évangélistes, ouvrages remarquables détruits en 1793 sous la Terreur. En 1782, il réalise pour la chartreuse de Sélignac les statues de Saint Bruno et Saint Jean. Ces diverses réalisations le font connaître dans le monde de l'art et lui permettent de financer le premier de ses trois voyages à Rome[2]. En effet, il est remarqué par Jean Marie Lafont de Juys, le procureur du roi, l’un des seuls collectionneurs de sculpture lyonnaise.

Premier voyage en Italie[modifier | modifier le code]

De 1784 à décembre 1787, il réside à Rome pour améliorer sa technique et former son goût artistique. Il fait durant son séjour un grand nombre de copies d’œuvres antiques en marbre, dont un grand nombre a été acheté par son mécène pour les mettre dans son hôtel de Lyon[3].

Le , il obtient le premier prix du concours Balestra de l’Académie Saint-Luc de Rome avec Persée délivrant Andromède. Il s'agit du seul sculpteur à être resté en compétition alors que les autres artistes français se retiraient. De plus, n’ayant pas étudié à l’Académie royale de Paris, il ne disposait pas du soutien et de l’influence de cette dernière. Ce premier prix n’avait alors pas été reçu par un Français depuis Camille Pachetti, 15 ans auparavant. Les artistes du roi (Allegrain, Mouchy, Boucher[Lequel ?], Houdon…) se contentaient du second[4].

Premier mariage[modifier | modifier le code]

Il se marie avec Antoinette Perret (1752-1794), brodeuse lyonnaise, le . Il la connaît depuis de nombreuses années et selon les sources il la considérait déjà comme sa femme[5]. Joseph Chinard est le fils d'Étienne Chinard, un marchand, et Antoinette est fille de charpentier : ils sont donc issus de la classe moyenne[6].

Période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

En 1789, acquis aux idées nouvelles, il a conscience que les artistes ont un rôle à jouer dans la Révolution française. Beaucoup d’artistes vont avoir tendance à se réfugier dans le « laconisme des idoles jacobines » alors que Chinard lui préfère la composition allégorique. Grâce à l'éloignement de Paris, des pression politiques et des actualités, il peut développer un style différent des artistes de son époque en renouvelant l'iconographie.[7].

Deuxième voyage en Italie[modifier | modifier le code]

En 1791 il entreprend un deuxième voyage en Italie. Il a été chargé de créer deux groupes d’inspiration révolutionnaire, commandés avant son départ par M. Van Risambourg (ou Risamburgh) pour un trépied de candélabre : Jupiter foudroyant l’Aristocratie et le Génie de la Raison foulant aux pieds la Superstition (c'est-à-dire la Religion). Il est dénoncé et arrêté dans la nuit du 22 au au château Saint-Ange sur ordre du pape pour ouvrages subversifs avec Rater, un jeune élève d'architecture lyonnais[8].

On constate une forte mobilisation de l'élite française autour de sa libération, la nouvelle de son incarcération parvient à l'Assemblée. Les membres du Conseil exécutif provisoire (MM. Lebrun, Roland, Monge, Clavière, PracheGarat) signent une lettre pour faire libérer les deux hommes et ipso-facto pour défendre les valeurs et les symboles révolutionnaires en Europe[9]. La lettre aurait même été « tracée secrètement par une femme »[10], en l’occurrence Manon Roland, la femme du ministre de l'Intérieur. En pleine période révolutionnaire aucun représentant de la cour de France n'était présent à Rome, ce qui ralentit encore leur libération. L'épouse de Joseph Chinard joue un rôle important dans la mobilisation autour de son mari en entretenant une correspondance soutenue avec différents personnages influents, notamment avec Manon Roland qui militera pour que son mari se saisisse de la question.

Le pape accepte finalement de les libérer le 13 novembre sous condition qu’il quitte l’État ecclésiastique en laissant l’ensemble de ses biens et de ses œuvres, sans aucune ressource[11]. À leur retour, ils deviennent des symboles de la lutte révolutionnaire face à la tyrannie monarchique et religieuse. La liberté révolutionnaire est opposée aux despotismes monarchiques dans de nombreux écrits comme dans les Mémoires de Madame Roland. Ils sont accueillis en héros comme on le voit dans l’exposé Les faits patriotique du citoyen Chinard, rédigé par Joseph Antoine Boisset[12].

Un sculpteur révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Soutient de la municipalité et méfiance du peuple[modifier | modifier le code]

En 1792, Chinard souhaite s'engager dans l'armée de François Christophe Kellermann mais son entourage l'encourage plutôt à utiliser son art pour diffuser les valeurs de la Révolution française. Il propose de réaliser le portrait des commissaires de la Convention, envoyés à Lyon pour maintenir l’ordre. Il réalise à ses frais un groupe composé d'une statue colossale La Liberté et l’Égalité pour remplacer la statue de Louis XIV (Chabry) du fronton de l'hôtel de ville. Il porte ainsi sur le devant de la scène les droits de l’homme et les lois républicaines conformes aux idéaux révolutionnaires. Cette œuvre sera détruite en 1810 sous l'Empire par le préfet Bondy qui dira « détruire enfin les derniers vestiges d’anarchie, de terreur et de vandalisme ». Cette réalisation lui vaut les faveurs de la municipalité mais les soupçons de certains patriotes, comme le comédien Antoine Dorfeuille, qui critiquèrent ses œuvres et l’accusèrent à tort d’y glisser des symboles royalistes[13].

À une heure ou l'iconographie révolutionnaire en est a ses balbutiement, le risque pour l'artiste était d’offrir une forme trop conventionnelle ou au contraire trop originale, ne correspondant pas aux attentes des citoyens. Joseph Chinard fait les frais de ce tâtonnement artistique. Il recourt fréquemment à l'allégorie et recherche une symbolique qui créerai chez le spectateur un sentiment d’empathie aux idéaux révolutionnaires, souhaitant ainsi établir une légitimité à la Révolution à travers l'art. L'iconographie qu'il crée fait usage de mots tels que « patrie » qu'il inscrit dans ses œuvres pour en éclairer la symbolique[7].

L'emprisonnement : d'octobre 1793 à février 1794[modifier | modifier le code]

Après une série d’œuvres, notamment la Statue de la Renommée et de la Victoire où une couronne de laurier que tient une figure allégorique éveille la susceptibilité du club des Jacobins, il est accusé de soutenir la Montagne et est incarcéré comme contre-révolutionnaire en octobre 1793 à la prison de la Ville Affranchie (Lyon). Ces accusations jugées comme étant des inepties par les « républicains éclairés » engendre un grand débat qui divise la société civile de l’époque. De nombreux écrits tracent les réquisitoires en faveur ou contre l’artiste.  

On rapporte[14] que c’est une autre figurine modelée en terre, L’Innocence, sous les traits d’une colombe se réfugiant dans le sein de la Justice, envoyée à un des juges, un nommé Cochard, qui lui vaut sa libération. Il est acquitté le . Suite à sa libération, le Conseil général de la Ville Affranchie lui commande de nombreuses œuvres, notamment une statue de L’Égalité. Il reçoit aussi la commande d'un buste en marbre de Marie Joseph Chalier et Hidens, d’une allégorie de la République et de l’Égalité par la convention nationale. Il est aussi chargé d’organiser des œuvres pour des fêtes nationales (fête de Jean Jacques Rousseau, fête des Victoires…).

Son épouse meurt le

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Une célébrité sous l'aire napoléonienne[modifier | modifier le code]

En 1800, de retour de son troisième et dernier voyage romain, il est accueilli à l’Académie de Lyon — réorganisée sous le nom d’Athénée — et nommé correspondant de l’Institut. Il ne quittera désormais plus guère sa ville natale. Le , il avait été nommé, par décret impérial, professeur de sculpture à l’École spéciale de dessin de Lyon[15], en 1808, il reçoit la grande médaille d’or du Salon de Paris et en juillet 1809 il est nommé membre de la Société littéraire de Lyon.

Il s’installe en 1804 à Carrare en Italie pour profiter des carrières de marbre, mais suite à un différend financier avec la princesse Elisa Baccioni il doit quitter la toscane en 1808. Il est proche du couple Récamier qui l’invite à Paris régulièrement et pour lequel il réalise le buste de Juliette Récamier. Devenu célèbre, il vit confortablement ses dernières années et reçoit des sollicitations de riches commanditaires. Il réalise en 1809 les médaillons du médecin Stanislas Gilibert (ancien maire de Lyon) et de sa femme, ainsi que le buste du général baron Joseph Piston en 1810. Il exposeà Paris le Buste colossal du général Desaix, on y trouve le beau idéal à travers l’image du héros, un des meilleurs ouvrages de l’artiste selon les critiques de l’époque ; il fut conservé au palais du Louvre puis au château de Versailles.

La période du Consulat s’avère très propice pour ses commandes et l’avènement du Directoire lui ouvre une période de stabilité. Il expose aux Salons parisiens de 1798 à 1812. Les faveurs de Napoléon entraîne une hausse des commandes : portraits de la famille Bonaparte[16], participation aux décors de l’arc de triomphe du Carrousel à Paris (1812), sollicitation pour celui de Bordeaux ou encore création d’une statue pour la fontaine de la place de la Douane à Marseille (1809).

En 1811, sous la pression de son entourage (Bredin[Qui ?]…), il épouse Marie Berthaud qu'il avait rencontrée en 1794 lors de son séjour en prison. Elle rendait visite à un des détenus qui était son amant, ils devinrent rapidement bons amis. Avant de passer devant la commission révolutionnaire, ce détenu demanda à Chinard de prendre soin d’elle, ce qu'il fit[17].

Mort et legs[modifier | modifier le code]

L'Enlèvement de Déjanire (1884-1887), musée des beaux-arts de Lyon.

Sa mort survient en 1813 des suites d’une rupture d’anévrisme cardiaque. Il fut d'abord inhumé dans le jardin de sa maison de l’Observance, quai Pierre-Scize à Lyon[18]. Il a légué sa terre cuite de Persée et Andromède, L’Enlèvement de Déjanire et la statuette de son Autoportrait en pied au musée des beaux-arts de Lyon.

Ayant vécu durant une période troublée et agitée, il n'a pu mener à bien tous ses travaux. Quelques œuvres importantes sont restées inachevées. Elles furent parfois vandalisées et majoritairement dispersées, soit par la variété des commanditaires, soit par l'imprévoyance des héritiers. L’exécution fidèle, délicate et gracieuse de ses bustes, qui rendait magnifiquement les chairs et faisait transparaître le sentiment des personnages, l’imagination, le goût et l’adresse de ses groupes allégoriques en font un des plus grands sculpteurs de son temps, et l'un des meilleurs artistes français du portrait sculpté.

À Lyon, ses ateliers étaient situés 36, quai du Rhône, maison de l’hôpital, de 1785 à décembre 1794, puis à l'ancienne chapelle des Pénitents de Lorette, place Croix-Paquet, de 1794 à sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Persée et Andromède (1791), musée des beaux-arts de Lyon.
Buste de Mme Chinard (1803), Baltimore, Walters Art Museum.
Centaure dompté par l'Amour, musée des beaux-arts de Lyon.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En Italie[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • Salon des arts de Lyon de 1786 : Buste de Laocoon, d’après l’antique (n° 41) ; La vestale d’après l’antique (n° 42) ; Tête d’amour, d’après l’antique du Vatican (n° 43) ; quatre petites figures en terre cuite représentant les quatre Saisons (n° 44)[23].  
  • Salon de 1800 : Andromède, plâtre ; La Justice, terre cuite ; Diane préparant ses traits.
  • Salon de 1802 : La Paix, terre cuite ; L’Amour sur les flots[24] ; Hébé versant le nectar[25].
  • Salon de 1806 : Le Prince Eugène, buste.
  • Salon de 1808 : Honneur et Patrie, bas-relief[26] ; L’impératrice Joséphine, buste ; La Princesse Piombino, buste ; La Princesse A. de Bavière, buste ; Le Général Desaix, buste[27] ; Le Général Leclerc, buste ; Mme de Verninac en Diane, buste[28].
  • Salon de 1812 : La Paix, buste en plâtre[29] ; Le Général Cervoni, statue en plâtre ; La Victoire donnant une couronne ; Otriade mourant sur son bouclier ; L’Amour réveillé par Psyché ; Niobé frappée par Apollon ; L’Illusion du bonheur ; Phryné sortant du bain ; Persée et Andromède, copie (prix de Rome).

Expositions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Premier prix du concours Balestra de l’Académie Saint-Luc de Rome, .
  • Médaille d'or au Salon de 1808.

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue du Lyonnais, recueil historique et littéraire, Tome XXII, Cinquième série, p. 79.
  2. Revue du Lyonnais, recueil historique et littéraire, op. cit., p. 80
  3. « Hôtel de Juys, puis Bottu de la Barmondière, actuellement Université catholique de Lyon », sur patrimoine.rhonealpes.fr.
  4. Journal de Lyon, 1786, p. 213.
  5. Il existerait la trace de deux statues données comme étrennes en 1782[réf. nécessaire].
  6. Contrat de mariage de Chinard, sculpteur, et Antoinette Perret ; Morel notaire à Lyon[réf. incomplète].
  7. a et b Philippe Bordes, L’invention d’une iconographie révolutionnaire : Joseph Chinard (1756-1813).
  8. Intervention de David devant la Convention en la faveur de l'artiste Joseph Chinard[réf. nécessaire].
  9. Séance de la Convention nationale, 21 novembre 1792[réf. incomplète].
  10. Mémoires de Madame Roland.
  11. Hugou de Bassevile, Bernadote, Les diplomates de la révolution, Paris, Charavay, .
  12. Revue du Lyonnais, recueil historique et littéraire, op. cit., pp. 274 à 278.
  13. Revue du Lyonnais, recueil historique et littéraire, op. cit., pp. 213-215.
  14. Revue du Lyonnais, recueil historique et littéraire, op. cit., p. 280.
  15. Rétablie par un décret du et située au rez-de-chaussée du palais Saint-Pierre.
  16. Buste de Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie, vers 1810, château de Malmaison (Notice no 50160000510, base Joconde, ministère français de la Culture), et Buste d'Élisa Bonaparte, princesse Baciocchi, duchesse de Toscane, vers 1810, château de Malmaison (Notice no 50160000511, base Joconde, ministère français de la Culture).
  17. Revue du Lyonnais, recueil historique et littéraire, op. cit., p. 279.
  18. On situe la propriété entre la montée de l'Observance (probablement côté de l'ancienne entrée) et la montée du Greillon (au niveau du no 12 aujourd'hui). Sa sépulture est désormais au cimetière de Loyasse à Lyon, allée no 1 (quartier de Fourvière).
  19. « Jean-Antoine Morand », notice no 09940004989, base Joconde, ministère français de la Culture.
  20. Augustin Fabre, Les rues de Marseille, 5 volumes, tome 3, Marseille, Chez E. Camoin, 1867-1869, p.  168.
  21. Théodore Lebreton, Biographie normande, tome 3, 1861, p. 246.
  22. Voir Jean-Antoine Houdon, Diane chasseresse.
  23. Catalogue des ouvrages de peintures, sculptures, dessins et gravure exposé à Lyon au Salon des Art le 25 aout 1786.
  24. Allégorie citée dans les Annales de M. Landon.
  25. La statue fut retrouvée en 1918 par M. Pillet, bouquiniste lyonnais dans la collection du château de Saint-Savin près de Bourgoin et mise en vente à Lyon en 1921[réf. nécessaire].
  26. Destiné à l’arc de triomphe prévu à la porte de Bourgogne à Bordeaux, il ne fut jamais livré car le projet fut abandonné.
  27. Sur commande du général Bonaparte, après Marengo.
  28. Elle est la sœur du peintre Eugène Delacroix et l'épouse du préfet.
  29. Commande marseillaise.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. S. P., « Biographies lyonnaises : Joseph Chinard », Revue du Lyonnais, 1re série, vol. 1,‎ 1835, p. 471-474 (lire en ligne).
  • Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer, Nouvelle Biographie générale, t.10, 1854.
  • Dictionnaire biographique et d’histoire, Jal, 1867.
  • Mémoires de La Société littéraire de Lyon, 1891.
  • Michaud, Bibliographie universelle, 1844.
  • Mme Chinard (veuve), Notice sur la vie et les ouvrage de Joseph Chinard.
  • Lyon-Revue littéraire, historique et archéologique, 1880.
  • Revue du lyonnais, juin 1835, [Biographie par Passeron].
  • Claire Barbillon, Catherine Chevillot, Stéphane Paccoud, Ludmila Virassamynaïken, Sculptures du XVIIe au XXe siècle. Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Liens externes[modifier | modifier le code]