Joseph Charbonneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joseph Charbonneau
Image illustrative de l’article Joseph Charbonneau
Biographie
Naissance
Lefaivre (Ontario)
Ordination sacerdotale
Décès (à 67 ans)
Victoria (Colombie-Britannique)
Évêque de l'Église catholique
Ordination épiscopale par
Mgr Joseph-Guillaume-Laurent Forbes
Dernier titre ou fonction Archevêque émérite de Montréal
Archevêque de Montréal
Évêque de Hearst

Ornements extérieurs Archevêques.svg
Blason qc cardinal Joseph Charbonneau.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Joseph Charbonneau, né le à Lefaivre et décédé le à Victoria, est un ecclésiastique québécois d'origine franco-ontarienne. Il est archevêque de Montréal de 1940 à 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Lefaivre, dans le canton d'Alfred et Plantagenet, dans l'est ontarien, Joseph Charbonneau est le troisième des dix enfants de Daniel Charbonneau, cultivateur, et de Caroline Yelle. Il est un descendant d'Olivier Charbonneau et Marie Marguerite Garnier, pionniers de l'Île Jésus (Laval).

Prêtrise et études[modifier | modifier le code]

Ayant étudié au juniorat montfortain d'Huberdeau, au séminaire de Sainte-Thérèse et au Grand Séminaire de Montréal, il est ordonné prêtre à Ottawa le par Charles H. Gauthier. Plusieurs fois vicaire dans la région de l'Outaouais, il étudie la sociologie à l'Université catholique d'Amérique à Washington. Il reçoit un doctorat en philosophie et un doctorat en droit canonique après des études à Rome (1923-1925). Le , il devient le premier supérieur du nouveau séminaire diocésain sur la rue Rideau à Ottawa.

Évêque[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé deuxième évêque du diocèse de Hearst. Il reçoit son ordination épiscopale le 15 août et il est installé évêque le 4 septembre. Son consécrateur principal est Mgr Joseph-Guillaume-Laurent Forbes, archevêque d'Ottawa, et ses coconsécrateurs Mgr Émile Yelle (son cousin maternel), archevêque coadjuteur de Saint-Boniface, et Mgr Louis Rhéaume, évêque du diocèse de Timmins. Son séjour à Hearst est bref, mais le sensibilise aux problèmes de l'éducation et de l'agriculture.

À Montréal[modifier | modifier le code]

Le , il succède à Mgr Georges Gauthier au titre d'archevêque de Montréal. Ayant créé vingt-cinq paroisses, il est à la tête de l'Église montréalaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Il met sur pied une école normale à la formation classique en 1941. En 1943, il établit l'Œuvre des vocations sacerdotales. En 1944-1945, Charbonneau travaille à l'éducation au mariage et à la famille, faisant le bilan de l'action sociale auprès des jocistes.

Joseph Charbonneau est le principal consécrateur d'Albini Leblanc (en), évêque de Gaspé. Il a aussi consacré Lawrence Patrick Whelan, évêque auxiliaire de Montréal.

Engagement social[modifier | modifier le code]

Avec beaucoup d'autres, dont Pierre Elliott Trudeau et Georges-Henri Lévesque, il était intervenu en faveur des grévistes d'Asbestos en 1949, ce qui lui a valu la méfiance du premier ministre Maurice Duplessis. Son expérience dans les communautés appauvries de l'Ontario, qui elles, restaient dominés par les compagnies américaines, avait fait de lui un homme décidément pro-syndical. Il avait ordonné lui-même que soit exécutée une levée de fonds par des quêtes paroissiales auprès de chaque église catholique du Québec pour appuyer le syndicat d'Asbestos[1]. Plus de 167 000 $ fut récolté pour leur venir en aide, selon l'étude de Maurice Sauvé. Une certaine partie du clergé ultramontain, dirigé par Mgr Courchesne de Rimouski, craignait aussi la violence révolutionnaire de cette grève.

Disgrâce[modifier | modifier le code]

En janvier 1950, à cause de pressions provenant des éléments plus conservateurs de la société québécoise, l'Église force Charbonneau à démissionner de l'archevêché montréalais et l'envoie en Colombie Britannique. Son successeur à Montréal est Mgr Paul-Émile Léger.

Nommé immédiatement à l'évêché du Bosphore, un titre honorifique, Joseph Charbonneau mène une existence paisible à Victoria, en Colombie-Britannique, comme aumônier chez les Sœurs de Sainte-Anne, lisant et priant jusqu'à sa mort d'une crise cardiaque le à l'âge de 67 ans. Ayant eu droit à des funérailles importantes, il fut inhumé dans la crypte de la cathédrale de Montréal.

Controverses[modifier | modifier le code]

Les raisons réelles de la déposition de Mgr Charbonneau – soit son parti pris pour certaines valeurs de gauche – n'ont pas été précisées par l'Église. Toutefois, « les motifs officiels de sa soudaine démission n'ont leurré personne[2]. » Il existait déjà à l'époque une élite catholique, notamment dans la mouvance du père Georges-Henri Lévesque, qui était consciente des effets démobilisateurs qu'avait de plus en plus le radicalisme de l'Église et, dans le cas de l'affaire Charbonneau, de sa proximité avec le pouvoir politique. « Cette élite a été consternée et apeurée par la déposition de Mgr Charbonneau[2]. » Dans une lettre du 9 avril 1950, le père provincial des dominicains, Gérard Paré, évoque « le malaise et même l'affolement dans lesquels se trouvent actuellement bon nombre de catholiques au Canada par suite du départ de Mgr Charbonneau [...][2]. »

Plusieurs auteurs se sont intéressés à cette affaire dans les années qui ont suivi :

Hommages[modifier | modifier le code]

  • La ville de Montréal lui a dédié la place Monseigneur-Charbonneau, entre la Boulevard Robert-Bourassa et le boulevard René-Lévesque.
  • L'école spécialisée Joseph-Charbonneau se trouve sur la rue Rousselot à Montréal.
  • Un prix Monseigneur-Charbonneau est décerné par la Table de concertation Justice et Foi de Montréal.

Citation[modifier | modifier le code]

  • « La classe ouvrière est victime d'une conspiration qui veut son écrasement et quand il y a conspiration pour écraser la classe ouvrière, c'est le désir de l'Église d'intervenir. Nous voulons la paix sociale, mais nous ne voulons pas l'écrasement de la classe ouvrière. »

Archives[modifier | modifier le code]

Le fonds d'archives de Joseph Charbonneau est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiona A. E. McQuarrie, Industrial Relations in Canada, Mississauga, Ontario, John Wiley & Sons Canada Ltd., , 645 p. (ISBN 978-0-470-67887-9), p.98
  2. a b et c Jules Racine St-Jacques, Georges-Henri Lévesque – Un clerc dans la modernité, éditions Boréal, Montréal, 2020, p. 378; 381 (ISBN 978-2-7646-3601-5).
  3. http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,811994,00.html
  4. Fonds Joseph Charbonneau (P763) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).