Joseph Bouvier des Éclaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joseph Bouvier des Éclaz
Naissance
Belley, Ain
Décès (à 62 ans)
Belley, Ain
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Arme Cavalerie
Grade Lieutenant général honoraire
Années de service 17781815
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Faits d'armes Fleurus (1794)
Friedberg
Hohenlinden
Austerlitz
Gebora
Moskova
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Chevalier de l'Ordre de la Couronne de fer
Baron de l'Empire
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 9e colonne

Joseph Bouvier des Éclaz, né le à Belley dans l'Ain et mort le dans cette même ville, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Du simple dragon au major[modifier | modifier le code]

Il entre comme dragon au 11e régiment le . Il fait la campagne de 1779 en Hanovre, puis sert la même année à l'armée des côtes au Havre, sous les ordres du comte de Vaux. Fait brigadier le puis maréchal des logis le , il devient maréchal des logis-chef le et adjudant sous-officier le . Il accède ensuite au grade de lieutenant le et fait en cette qualité la campagne de cette année et celle de 1793 à l'armée du Rhin. Il est alors sous les ordres des généraux en chef Custine et Beauharnais. Capitaine le de cette dernière année, il est employé à l'armée de Sambre-et-Meuse.

Il se trouve d'abord à la bataille de Fleurus le , où il a un cheval tué sous lui et un autre blessé. En 1795, il se signale particulièrement en avant de Bamberg par une charge contre l'ennemi, auquel il fait plusieurs prisonniers. Sa bonne conduite sur le champ de bataille de Friedberg, le 12 janvier 1797, le fait nommer le même jour chef d'escadron à la suite par le général en chef Hoche[réf. nécessaire].

Pendant les campagnes des ans V et VI, il remplit les fonctions de chef d'état-major de la division du général Klein à l'armée d'Angleterre et à celle d'Helvétie. Un arrêté du le confirme dans son grade. Il est employé en l'an VIII à l'armée du Rhin. Il se trouve à la bataille de Hohenlinden, le , et est chargé par le général Lecourbe, dans le fort de l'action, de se porter avec 1 200 hommes sur les derrières de l'ennemi. Il exécute ce mouvement avec promptitude et énergie, ce qui contribue beaucoup au gain de la bataille. Nommé major du 17e régiment de dragons le , il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 4 germinal an XII.

Général de l'Empire[modifier | modifier le code]

Bouvier des Éclaz donne de nouvelles preuves de bravoure à la bataille d'Austerlitz le . Il reçoit son brevet de colonel du 14e régiment de dragons le avant d'être élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur le . C'est à cette époque qu'il fait la campagne de Prusse et de Pologne dans la division de dragons du général Klein, appartenant à la réserve de cavalerie du maréchal Murat.

Envoyé à l'armée d'Espagne en 1808, il est promu général de brigade le . Il se distingue à la bataille de Gebora le et est mentionné honorablement dans le rapport du maréchal Mortier, duc de Trévise. Il se couvre également de gloire à Santa-Martha et Villalba le suivant, actions à la suite desquelles il obtient la décoration de commandant de la Légion d'honneur le de la même année. Napoléon le crée baron de l'Empire en 1808. Appelé en Russie en 1812, à la tête de la brigade de carabiniers, il déploie la plus intrépide valeur à la bataille de la Moskova, ce qui lui mérite les éloges du prince Eugène sous les ordres duquel il est placé. Rentré en France en vertu d'un ordre du , il commande successivement le département de la Frise du au , et celui des Bouches-de-la-Meuse du jusqu'à l'évacuation de la Hollande par les troupes françaises.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Après la Première Restauration le , il est fait chevalier de Saint-Louis par ordonnance royale du . Il reste en non-activité jusqu'au retour de Napoléon qui lui confie, le , le commandement et l'organisation des gardes nationales de la 6e division militaire dans le département de l'Ain. Admis à la retraite le suivant, il est fait lieutenant général honoraire le 19. Il meurt le . Son nom est inscrit sur de l’arc de triomphe de l’Étoile, côté Nord.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Hommage, honneurs, mentions, …[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Ornements extérieurs Barons de l'Empire français.svg
Blason famille fr Joseph Bouvier des Eclatz (baron).svg
Armes du baron Bouvier des Éclaz et de l'Empire (décret du , lettres patentes du (Paris)),

Écartelé : au 1, de sinople, au dragon ailé d'argent, armé et lampassé de gueules, la queue nouée ; aux 2 du quartier des barons sortis de l'armée ; au 3, d'azur, au buffle passant d'or ; au 4, d'or, à trois chevrons d'azur, acc. en chef de deux grenades d'argent, allumées de gueules, et en pointe d'une molette aussi d'argent.[1],[2],[3]

Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (Buffle/Bouvier (métier)).


Livrées : les couleurs de l'écu[3].

Il y a une erreur de représentation dans le blason ci-contre. Au 3, il est représenté un ovin passant d'argent au lieu d'un buffle passant or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]