Joseph Boulnois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un compositeur image illustrant français
image illustrant un musicien image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un compositeur français et un musicien français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Joseph Élie Louis Eugène Boulnois
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 34 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Instrument
Distinction

Joseph Boulnois, né à Verneuil-en-Halatte le , mort à l'hôpital militaire de Chalaines, le , est un organiste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Boulnois a fait ses études musicales au Conservatoire de Paris, où il étudie le contrepoint avec Georges Caussade et l'orgue avec Louis Vierne. En 1906, il épouse la pianiste Jane Chevalier qui lui donne un fils l'année suivante, Michel Boulnois, qui sera aussi compositeur et organiste. En 1908, il est nommé à l'orgue de l'église Sainte-Élisabeth-du-Temple, dans le 3e arrondissement de Paris. Il y reste peu de temps et est nommé à l'orgue de l'église Saint-Louis-d'Antin dans le 9e arrondissement de Paris. En 1909, il est chef de chant à l'Opéra-Comique. Il demeure très actif dans le domaine des concerts, notamment en étant le cofondateur avec Marc de Ranse, des Concerts spirituels de Saint-Louis d'Antin.[réf. souhaitée]

Après le début de la guerre, Joseph Boulnois est mobilisé à l'hôpital Février de Châlons-sur-Marne, où il est infirmier[1] à partir du 1er janvier 1915[2]. Nommé caporal le 26 mars 1915, il devient sergent le 19 octobre 1916[1]. Durant cette période, Joseph Boulnois produit ses œuvres les plus importantes : la Sonate pour piano, la Suite en 5 parties pour piano et violoncelle, le Trio pour piano, violon et violoncelle). Ayant contracté la grippe espagnole, Joseph Boulnois est hospitalisé le 15 octobre 1918[1], il meurt cinq jours plus tard, à trois semaines de l'Armistice.

Prix[3][modifier | modifier le code]

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Orchestre :

  • Sonate pour piano et petit orchestre
  • Rhapsodie
  • Marine
  • Symphonie funèbre (inachevée)

Piano :

  • Menuet pastoral
  • Choral en fa dièse mineur
  • La Toussaint (1903)
  • Madrigal
  • Scherzino
  • Gigue
  • Sonate pour piano (1918)
  • Sainte Cécile au milieu d'un grand concert des anges (1918)

Musique de chambre :

  • Quatuor à cordes (1916)
  • Sonate pour violon et piano
  • Sonate pour violoncelle piano (1917), dédiée à Gérard Hekking
  • Trio pour piano, violon et violoncelle (1918)
  • Noël, pour violon et piano
  • Hiver, Neige, Noël, suite pour violoncelle et piano
  • Jeux, pour violoncelle et piano

Mélodies :

  • La Biche, La Mort des Amants (1908), La Cornemuse (1910)

Musique théâtrale :

  • L'anneau d'Isis, drame lyrique en 5 actes (1912)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Partitions gratuites[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Archinoë - Archives départementales de l'Oise », sur ressources.archives.oise.fr (consulté le 19 décembre 2015)
  2. Joseph Boulnois, « Lettre à la Gazette des classes de composition du Conservatoire », Gazette des classes de composition du Conservatoire, no 1,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  3. Anne Bongrain, Le Conservatoire national de musique et de déclamation 1900-1930. Documents historiques et administratifs, Paris, Vrin,‎ , 750 p. p. (ISBN 978-2-7116-2398-3), p. 482