Joseph Blanc (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Blanc.

Joseph Blanc
Fonctions
Maire d'Annecy
Prédécesseur Marius Ferrero
Successeur Georges Cartier
Conseiller général du canton d'Annecy-Sud
Prédécesseur Albert Crolard
Successeur Jean Clerc
Président du conseiller général de la Haute-Savoie
Prédécesseur Fernand David
Successeur Paul Jacquier
Sénateur de la Haute-Savoie
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Jorioz, Haute-Savoie (France)
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Lyon, Rhône (France)
Nationalité française
Profession Instituteur
Résidence Haute-Savoie

Joseph Blanc, né le à Saint-Jorioz et mort le à Lyon, est un instituteur et homme politique français, sénateur de 1936 à 1941 et maire d'Annecy de 1909 à 1941.

Famille[modifier | modifier le code]

Joseph Blanc nait le à Saint-Jorioz[1]. Issu d'une famille paysanne, il devient instituteur dans les communes d'Évian-les-Bains, d'Annecy, de Manigod, d'Arenthon et d'Aviernoz[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Joseph Blanc embrasse la carrière politique en devenant conseiller municipal d’Annecy en 1904. Il est ensuite élu maire de la commune en 1909, fonction qu'il conserve pendant 31 ans jusqu'à son décès[2].

Il est à l'origine de l'association des maires de Haute-Savoie, dont il devient président[1]. En 1913, il est élu conseiller général du canton d’Annecy-Sud, puis en 1935, il est désigné par ses pairs président du conseil général, fonction qu'il exerce jusqu'en 1938 où il est remplacé par Paul Jacquier. en 1936, il est en outre élu sénateur, radical, en 1936[3]. Il est inscrit au groupe de la gauche démocratique[1].

Il est fait chevalier, puis promu officier, enfin commandeur de la Légion d'honneur[1]. Il est aussi un haut-dignitaire de la franc-maçonnerie[3],[2].

Lors de la réforme constitutionnelle du 10 juillet 1940, il fait partie des parlementaires qui votent les pleins pouvoirs à Philippe Pétain[1].

Il décède le à Lyon, des suites d'une opération et est inhumé dans son village de naissance. Son adjoint, M. André, assure l'intérim à la tête de la ville d'Annecy jusqu’à la décision du gouvernement de Vichy du 26 mars de le remplacer par le général Cartier[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Jean Jolly, Adolphe Robert, Dictionnaire des parlementaires français: notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Volume 2, Presses universitaires de France, .
  2. a et b Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie. Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, (ISBN 2842063740 et 9782842063740), p. 28.
  3. a et b Justinien Raymond, La Haute-Savoie sous la IIIe République : histoire économique, sociale et politique, 1875-1940, volume 2, Éd. du Champ vallon, (ISBN 290352825X et 9782903528256), p. 1076.
  4. Michel Germain, Chronique de la Haute-Savoie pendant la seconde guerre mondiale. Tome 1 - La nuit sera longue, La Fontaine de Siloée, Collection « Savoisiennes », (ISBN 2842064127 et 978-2842064129), p. 223.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Joseph Blanc (homme politique) », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]