Joseph Achron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Achron
Joseph Achron.jpg

Joseph Achron.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
HollywoodVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument

Joseph Achron, en russe : Иосиф Юльевич Ахрон[1](né de parents russes le à Lozdzieje, dans l’Empire russe, aujourd’hui Lazdijai, en Lituanie – décédé le à Hollywood, aux États-Unis), est un compositeur et violonisterusse, d’origine juive, qui a émigré aux États-Unis en 1925. Achron a tenté de développer une véritable musique juive. Il a été un ami d'Arnold Schönberg. Isidore Achron était son frère.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, un violoniste amateur, lui enseigne le violon alors qu'il n'a que 5 ans. Il donne son premier concert à Varsovie à l'âge de 7 ans. Ce triomphe marque la naissance d'une carrière d'enfant prodige qui le conduit à entreprendre des tournées de concert jusqu'en Russie. De 1899 à 1904, il étudie le violon sous la tutelle de Leopold Auer et la composition au Conservatoire Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg. Membre d'un cercle de musique folklorique juive, il s'intéresse et joue fréquemment de la musique hébraïque. Il publie en 1911 sa première composition influencée par cette musique folklorique, la Hebrew Melody, op. 33, pour violin et orchestre que le grand violoniste Jascha Heifetz ajoute immédiatement à son répertoire.

Directeur des départements de violon et de musique de chambre du Conservatoire Kharkiv d'Ukraine. Pendant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé et sert dans l'Armée impériale russe de 1916 à 1918. Pendant la guerre, il continue de publier des œuvres, notamment la Suite bizarre, op. 41, et la Sonate no 2, op. 45, deux compositions pour violon et piano. Après la guerre, il donne plus de mille concerts à travers l'Europe.

En 1922, il déménage à Berlin avec son ami Mikhaïl Gnessine qui devient son partenaire dans une maison d'édition dévolue à la musique juive. En 1924, il séjourne en Palestine et, l'année suivante, devient professeur de violon au Westchester Conservatory de New York. Plusieurs de ses compositions pour orchestre seront créées sur le sol américain, dont le Concerto pour violin no 1, op. 60 (publié en 1925) à l'Orchestre symphonique de Boston en 1927 et le Concerto pour violin no 2, op. 68 (publié en 1933) à l'Orchestre philharmonique de Los Angeles en 1936. Ses dernières œuvres sont marquées par l'atonalité et la polytonalité.

Il meurt à Hollywood en 1943, à l'âge de 56 ans.

Il est le frère aîné du pianiste Isidore Achron qui fut pendant de nombreuses années l'accompagnateur attitré de Jascha Heifetz.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Musique concertante[modifier | modifier le code]

  • Hazan, op. 34, pour violoncelle et orchestre (1912), également une version pour violoncelle et piano
  • Sher, op. 42, danse pour clarinette et orchestre (1917), également une version pour violon et piano (voir infra)
  • Fragment mystique, op. 43, pour violoncelle et orchestre (1917), également une version pour violoncelle et piano
  • Concerto pour violin no 1, op. 60 (1925)
  • Konzertanten-Kapelle, op. 64, pour violon et orchestre (1928)
  • Concerto pour violin no 2, op. 68 (1933)
  • Concerto pour violin no 3, op. 72 (1937)

Musique pour orchestre[modifier | modifier le code]

  • Der Letzte (D. Shimonovich) – Poem for Voice and Orchestra, op. 54 (1923)
  • Mohne (S. Schneur), pour soprano et orchestre, op. 55 (1923)
  • Belshazzar, op. 58, deux tableaux pour grand orchestre (1931)
  • The Golem, suite pour orchestre de chambre (1932) - version orchestrée de l'œuvre de chambre éponyme (voir infra.)
  • A Dance Ouverture for Orchestra (1932)
  • Dance of the Tzadikim for Orchestra (1933)

Musique chorale[modifier | modifier le code]

  • Epitaph (à la mémoire de Scriabine), op. 38, pour quatre voix et grand orchestre (1915)
  • Salome's Dance, op. 61, pour voix mixtes, piano et percussion (1925), version révisée en 1966
  • Evening Service of the Sabbath, op. 67, pour baryton, quatre voix et orgue (1932)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Prélude, op. 13, pour violon et piano (1904)
  • Souvenir de Varsovie, op. 14, pour violon et piano (1905)
  • Coquetterie, op. 15, pour violon et piano (1905)
  • Sérénade, op. 17, pour violon et piano (1906)
  • Les Sylphides, op. 18, pour violon et piano (1905)
  • Berceuse no 2, op. 20, pour violon (ou violoncelle) et piano (1906)
  • Suite no 1 « en style ancien », op. 21, pour violon et piano (vers 1914), version révisée en 1923
  • Suite no 2 « en style moderne », op. 22, pour violon et piano (1906)
  • Suite no 3 « Quatre tableaux fantastiques », op. 23, pour violon et piano (1906-1907)
  • Hör ich das Liedchen klingen (Heinrich Heine), op. 24, pour voix et piano (1907)
  • 3 Poems, op.25, pour voix et piano (1907)
  • Chromatic String Quartet, op. 26 (1907)
  • 4 Poems, op. 26, pour voix et piano (1907)
  • Sonate no 1, op. 29, pour violon et piano (1910)
  • 2 Poems, op. 31, pour voix et piano (1910-1911)
  • 2 Stimmungen, op. 32 - Deux pièces pour violon et piano (1910)
  • Hebrew Melody, pour violon et piano (1911), version orchestrée ultérieure
  • 2 Hebrew Pieces, op. 35, pour violon et piano (1912), version orchestrée ultérieure
  • 2 Stimmungen, op. 36 - Deux nouvelles pièces pour violon et piano (1913)
  • Dance Improvisation on a Hebrew Folksong, op. 37, pour violon et piano (1914), version orchestrée ultérieure
  • Suite bizarre, op. 41, pour violon et piano (1916)
  • Scher, op. 42, pour violon et piano (1917)
  • 2 Pastels, op. 44, pour violon et piano (1917), version orchestrée ultérieure
  • Sonate no 2, op. 45, pour violon et piano (1918)
  • Agada, op. 46, pour violon et piano (1920)
  • Liebeswidmung, op. 51, pour violon et piano (1921)
  • 2 Lieder, op. 52, pour voix et piano (1922), le second lied publié dans une version pour violon et piano en 1923 sous le titre Canzonetta
  • 3 Lieder, op. 53, pour voix et piano (1923)
  • Children's Suite, op. 57, pour clarinette, quatuor à cordes et piano (1925), version pour piano seul publié en 1923
  • Pensée de Leopold Auer, pour violon et piano (publié sans numéro d'opus en 1925)
  • Elegy, op. 62, pour quatuor à cordes (1927)
  • 4 Improvisations, op. 63, pour quatuor à cordes (1927)
  • The Golem, pour violoncelle, trompette, cor et piano (1931)
  • A Kapelle Konzertisten (A. Lutzki), op. 64, pour voix et piano (1928)
  • 2 pièces, op. 65, pour alto et piano (1932)
  • Sinfonietta, op. 71, pour quatuor à cordes (1935)
  • Sextuor à vents, pour flûte, hautbois, clarinette, basson, cor français et trompette (1938)

Musique pour piano seul[modifier | modifier le code]

  • In der Gewalt des Schönen - 5 pièces pour piano, op. 28 (1908)
  • Symphonic Variations and Sonata on a Palestinian Theme of the folk song ‘El Yivneh Hagalil’, op. 39 (vers 1916)
  • 2 Piano Pieces, op. 56 (1923)
  • Kindersuite, op. 57 (1923), également une version ultérieure pour clarinette, quatuor à cordes et piano
  • Statuettes, op. 66 (1931)
  • Little Dance Fantasy (1932)
  • Children's World, op. 70 (1934)
  • Concerto pour piano seul, op. 74 (1941)

Musique pour violon seul[modifier | modifier le code]

  • Dans l'intimité, op. 19 (I. Improvisation ; II. Plaisanterie musicale sur l'air populaire 'Oh, du lieber Augustin') (1909)

Musique de scène[modifier | modifier le code]

  • Les Aveugles, op. 47, pour orchestre de chambre (musique de scène pour la pièce éponyme de Maurice Maeterlinck) (1919)
  • L'intruse, op. 48, pour orchestre (musique de scène pour la pièce éponyme de Maurice Maeterlinck) (1919)
  • The Fiddler's Soul, op. 50, pour orchestre (musique de scène pour la pièce éponyme de Isaac Leib Peretz (1920)
  • Spring Night, musique de ballet pour un court métrage (1935)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom était parfois écrit Akhron.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]