Joseph-Philibert Girault de Prangey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un photographe image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un photographe français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet associé.

Joseph-Philibert Girault de Prangey
Prangey portrait.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Activité
Autportrait.
Daguerréotype de 1840.

Joseph-Philibert Girault de Prangey, né à Langres dans la Haute-Marne le et mort le dans sa villa à Courcelles-Val-d'Esnoms, est un photographe et dessinateur français, actif en France (Paris, Chaumont, Langres, Marseille), en Suisse, en Italie, en Espagne, en Tunisie, en Grèce, en Asie Mineure (actuelle Turquie), en Egypte, en Syrie, au Liban, en Palestine (actuel Israël).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie la peinture à l'École des beaux-arts de Paris et apprend la technique du daguerréotype en 1841, probablement de Louis Daguerre en personne, ou bien d'Hippolyte Bayard. Jouissant d’une grande fortune personnelle, il entreprend un voyage photographique autour de la Méditerranée sur les traces de Chateaubriand. Il est très intéressé par l'architecture du Proche-Orient et visite l'Italie et les pays de l'est de la Méditerranée entre 1841 et 1844, produisant plus de 900 daguerréotypes de scènes d'architecture.

De retour en France, il fait des gouaches et des études à l'encre et au crayon sur ses photographies et les rassemble dans une petite édition de lithographies. Il produit également des stéréographes de ses propriétés et des plantes exotiques qu'il avait recueillies.

Girault de Prangey ne fit aucune exposition de son vivant. Il ne fit pas non plus connaître ses images.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses daguerréotypes constituent les photos les plus anciennes connues de la Grèce, la Palestine, l'Égypte, la Syrie et la Turquie. De façon très surprenante, ses travaux furent découverts seulement dans les années 1920 dans un entrepôt de sa propriété et ne sortirent de l'anonymat que 80 ans plus tard.

Un daguerréotype de Girault de Prangey est vendu 565 250 £ chez Christie's à Londres le 20 mai 2003[1],[2],[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Important Daguerreotypes by Joseph-Philibert Girault de Prangey from the Archive of the Artist, Londres, Christie's, , 136 p. (notice BnF no FRBNF38998828).
  • Important Daguerreotypes by Joseph-Philibert Girault de Prangey from the Archive of the Artist, Part II, Londres, Christie's, , 125 p. (notice BnF no FRBNF39149941).
  • A Historic Photographic Grand Tour, Important Daguerreotypes by Joseph-Philibert Girault de Prangey, New York, Christies, , 120 p. (notice BnF no FRBNF42358541).
  • Sylvie Aubenas, « La redécouverte d'un précurseur : Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892) », dans Mercedes Volait (dir.), Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard , , p. 183-194.
  • Henry Brocard, « M. Girault de Prangey », Bulletin de la Société historique et archéologique de Langres, Langres,‎ , p. 15-21 (lire en ligne).
  • (en) « De Prangey, Joseph-Philibert Girault », dans John Hannavy, Encyclopedia of Nineteenth-Century Photography, New York, Routledge, (lire en ligne), p. 397-398.
  • Frédéric Hitzel et Sophie Makariou, « Girault de Prangey », dans François Pouillon, Dictionnaire des orientalistes de langue française, Karthala, (lire en ligne), p. 471-473.
  • Christophe Mauron (dir.), Miroirs d'argent : daguerréotypes de Girault de Prangey, Genève, Slatkine, , 191 p., 30 × 24 cm (ISBN 9782832103326).
  • Philippe Quettier, Jacques-Rémi Dahan et Pierre-Marc Richard, Sur les traces de Girault de Prangey, 1804-1892 : dessins, peintures, photographies, études historiques, Guéniot, , 111 p. (ISBN 2-87825-161-X).
  • Charles de Simony, « Une curieuse figure d'artiste : Girault de Prangey (1804-1782) », Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon,‎ , p. 55-62 (lire en ligne).
  • (en) Lindsey S. Stewart, « In Perfect Order: Antiquity in the Daguerreotypes of Joseph-Philibert Girault de Prancey », dans Claire L. Lyons (dir.), Antiquity & Photography: Early Views of Ancient Mediterranean Sites, Los Angeles, Getty Publications, (lire en ligne), p. 66-91.
  • (en) Sarah Symmons, « Impressions of Granada and the Alhambra [réédition en 1996 par Garnet Publishing] », The Art Book, vol. 4, no 4,‎ , p. 41.
  • Joseph Toussaint Reinaud, « Monuments arabes et mauresques de Cordoue, Séville et Grenade, par M. Girault de Prangey — Essai sur l'architecture des Arabes et des Maures en Espagne, en Sicile et en Barbarie , par le même. », Journal asiatique, no 6,‎ , p. 336-366 (lire en ligne).
  • Élodie Vigouroux, « Girault de Prangey à Damas (1843-1844). À la lumière des clichés conservés à la Bibliothèque nationale de France », Histoire urbaine, no 46,‎ , p. 87-114 (DOI 10.3917/rhu.046.0087).

Référence[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Deborah Brewster, « Big Contrast in Photographs », Financial Times,‎ .
    « Last month Christie's in London sold an 1842 daguerrotype by Joseph- Philibert Girault de Prangey for Pounds 565,250 - almost five times its estimate, and a world record for any photograph sold at auction. Of the 86 de Prangey photos on offer, 84 were sold. »
  2. (en) Richard Pinsent, « The World's Most Expensive Photograph », Forbes,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « The collector », The Scotsman,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]