Joseph-Mathieu d’Agoult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joseph-Mathieu d’Agoult
Biographie
Naissance
Grenoble
Décès (à 75 ans)
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque de Pamiers
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Joseph-Mathieu d’Agoult (1749-1824), de son nom complet : Charles Constance César Loup Joseph Mathieu d'Agoult, dit aussi Charles d'Agoult de Bonneval, est un évêque catholique français et écrivain politique.

Il est l'évêque de Pamiers et le président des états de Foix lors de la Révolution française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Constance César Loup Joseph Mathieu d'Agoult est né le à Grenoble[1].

Joseph Mathieu d'Agoult fait ses études au séminaire de Saint-Sulpice à Paris.

Il est nommé prévôt de la collégiale Saint-André de Grenoble. Puis il devient évêque de Pamiers en 1787.

Royaliste convaincu, l'évêque de Pamiers se met en rapport en septembre 1790 avec le marquis de Bouillé, commandant les troupes de l'Est, afin de mettre au point l'évasion du roi Louis XVI du château des Tuileries vers Montmédy[2]. Ce projet aboutit en juin 1791 à la fuite de la famille royale et à son arrestation à Varennes.

Son évêché est supprimé par la constitution civile du clergé. Monseigneur d'Agoult rejoint alors l'Émigration durant la Révolution française et ne revient en France qu'en 1801 après avoir renoncé à son évêché à la suite du Concordat. Durant son émigration, il écrit plusieurs pamphlets et ouvrages politiques contre la Constitution civile du clergé et les idées révolutionnaires. Il meurt le 21 juillet 1824 évêque émérite de Pamiers.

Joseph Mathieu d'Agoult meurt le à Paris[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Conversation avec E. Burke, sur l'intérêt des puissances de l'Europe (Paris, 1814)
  • Projet d'une banque nationale (Paris, 1815)
  • Lettre à un Jacobin, ou réflexions politiques sur la constitution d'Angleterre et la charte royale (Paris, 1815)
  • Éclaircissement sur le projet d'une banque nationale (Paris, 1816)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Béchu 2004, p. 221.
  2. André Castelot, Le rendez-vous manqué de Varennes, Librairie académique Perrin, 1971, p.47

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Nécrologie », Tablettes du clergé et des amis de la religion, vol. 6,‎ , p. 48 (lire en ligne).
  • Ph. Béchu, « T//316/1-T//316/3, Papiers d'Agoult et Viriot, présentation du contenu : Notice biographique », dans Archives des particuliers émigrés ou condamnés pendant la Révolution : première partie T//1 à 345 : Guide (T//1-T//345) (Instrument de recherche), Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (France), , 237 p. (lire en ligne), p. 220-221.
  • B. L., « 1789 : un évêque de Pamiers entêté », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).

Webographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]