Joseph-Marie-Prudent Lucas de Bourgerel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-Marie-Prudent Lucas de Bourgerel
Fonctions
Député du Morbihan à la Chambre des représentants
12 mai 181513 juillet 1815
Élection 12 mai 1815
Député du Morbihan au Conseil des Cinq-Cents
11 avril 17974 septembre 1797
Élection 11 avril 1797
Biographie
Date de naissance 4 août 1762
Lieu de naissance Pluherlin (Bretagne, France)
Date de décès 7 mars 1847 (à 84 ans)
Lieu de décès La Rochelle (Charente-Inférieure, France)
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique Droite
Profession Avocat

Joseph-Marie-Prudent, chevalier Lucas de Bourgerel (4 août 1762, Pluherlin - 7 mars 1847, La Rochelle), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-Joseph Lucas de Bourgerel et avocat à Vannes, il devint, en 1788, membre de la communauté de la ville de Vannes, et, de novembre 1791 à octobre 1793, administrateur du département. 

Destitué et incarcéré d'octobre 1793 à novembre 1794, par ordre de Prieur de la Marne, comme fédéraliste, il fut appelé, le 30 décembre 1795, aux fonctions d'accusateur public près le tribunal criminel du Morbihan, et resta à ce poste jusqu'en avril 1796

Élu député du Morbihan au Conseil des Cinq-Cents, le 24 germinal an V (11 avril 1797), il n'y prit la parole que pour combattre le projet de Delbreil relatif à l'annulation des congés et des exemptions militaires.

Éliminé au 18 fructidor (4 septembre), il adhéra au coup d'État du 18 brumaire, et fut nommé commissaire près le tribunal civil de Vannes le 12 floréal an VIII (2 mai 1800), puis, en l'an XI, commissaire du gouvernement près le tribunal criminel du Morbihan. 

Membre de la Légion d'honneur le 25 prairial an XII (14 juin 1804), procureur impérial à Vannes, il fut créé chevalier de l'Empire le 23 juin 1810, et nommé, à la réorganisation des cours et des tribunaux, substitut près la cour et le parquet de Rennes, le 14 avril 1811

Le collège de département du Morbihan l'élut représentant à la Chambre des Cent-Jours, le 12 mai 1815

À la seconde Restauration, il rentra dans la vie privée.

Beau-frère de Louis-Hyacinthe Levesque, il est le beau-père de Vincent-Jean-Marie Caradec.

Liens externes[modifier | modifier le code]