Joseph-Jean Merlot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph-Jean Merlot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Suppléant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe
Belgique
-
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Nationalité
Activité

Joseph-Jean Merlot (Seraing, - ) est un homme politique belge de langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en droit et licencié en sciences politiques et sociales de l'ULg (1935), il est d'abord avocat. C'est en cette qualité qu'il défend les résistants devant les tribunaux allemands. Il est bourgmestre de Seraing en 1946. C'est un socialiste et un européen convaincu. Il est aussi un fédéraliste wallon comme son père Joseph Merlot qui présida le Congrès national wallon. Il soutient André Renard lors de la Grève générale de l'hiver 1960-1961

Il est Ministre des Travaux publics en 1961, inaugure la nouvelle écluse de Lanaye, faisant sauter le Bouchon de Lanaye, vieille revendication du mouvement wallon de même que l'autoroute de Wallonie dont il inaugure les premiers tronçons. Il est seul ministre à démissionner du Gouvernement lors de la fixation de la Frontière linguistique et de la réunion des Fourons à la province de Limbourg en 1962. Il est aussi un des "artisans" de ce qu'on appelle la BRUXELLISATION. Ayant autorisé sous sa législature la descruction de nombreux témoins du patrimoine de l'architecure bruxelloise.

Sur la base des accords conclus à l'intérieur du PSB, il copréside le Gouvernement de Gaston Eyskens (1968-1971) qui amorcera le chantier du fédéralisme belge. Mais sa carrière est brutalement interrompue par un accident de voiture où il trouve la mort.

En 2012, le Gouvernement wallon lui décerne le titre d'Officier du Mérite wallon, à titre posthume[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]