Joseph-François Tochon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tochon.

Joseph-François Tochon, dit Tochon d'Annecy (ou Tôchon d'Anneci), né le près d'Annecy et mort le , à Paris, est un numismate, spécialiste de l'Antiquité[Note 1], collectionneur et homme politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Joseph-François Tochon naît le au château de Metz, que possède sa famille[1], près d'Annecy[2]. Il est le fils d'un magistrat.

Carrières[modifier | modifier le code]

Il fut reçu docteur en droit à l'Université de Turin en 1792. Lors de la réunion de la Savoie à la France, il dut prendre du service, fut employé à l'état-major de l'armée des Alpes, se distingua à Saorge et à Loano, obtint le grade de capitaine ; il rentra dans ses foyers en 1797. L'année suivante, comme il était aux eaux d'Aix, la découverte de quelques vieilles médailles lui révéla sa véritable vocation. Il voyagea alors en Italie, réunit une belle collection de bronzes, de médailles, de poteries anciennes, et rentra en France en 1800.

Élu, le 22 août 1815, député du grand collège du Mont-Blanc, il siégea silencieusement dans la majorité de la Chambre introuvable, jusqu'à la fin de novembre, quand la Savoie fut rendu au royaume de Sardaigne[3].

Membre, en 1816, de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, en remplacement de Pierre-Louis Ginguené, Tochon d'Anneci vendit l'année suivante ses collections à l'État, qui les fit entrer au Musée du Louvre[Note 2]. Il était membre non résidant de l'Académie des sciences de Turin, et membre de l'Académie celtique, devenue depuis la Société des antiquaires de France[2].

Il épousa Eugénie Homberg, fille d'Édouard Homberg, banquier et armateur.

Joseph-François Tochon meurt le , à Paris[Note 3]. On trouve également parfois le 19, comme dans la base Sycomore[3].

Hommage[modifier | modifier le code]

Une place de la ville d'Annecy porte son nom.

Publications[modifier | modifier le code]

étude sur des cachets d'oculistes, 1815, bibliothèque Carnegie (Reims).

Il a également fait paraître divers autres mémoires de numismatique et des articles dans la Biographie universelle de Louis-Gabriel Michaud (Denys de Syracuse, Dioclétien, Gélon…).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On disait au XIXe siècle « antiquaire ».
  2. On peut utiliser sur le site du musée, louvre.fr, les mots clés « Collection Tochon ».
  3. Saint-Martin, Notice, p. XV. L'historien Jules Philippe donne la date erronée du 9 août[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. Rouget, A. Vachez, Monuments historiques de France publiés par départements : Haute-Savoie, Lyon, 1895, 61 planches, 24,5 × 31,5 cm, Archives départementales de la Savoie.
  2. a b et c Jules Philippe, Manuel biographique de la Haute-Savoie et de la Savoie, Annecy, J. Dépollier, , 123 p. (lire en ligne), p. 17.
  3. a et b Base Sycomore (voir ci-dessus).