Joseph-Frédéric-Benoît Charrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph-Frédéric-Benoît Charrière
Joseph-Frédéric-Benoît Charrière.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 73 ans)
Paris, France
Sépulture
Nationalité
Activité
Constructeur d'instruments chirurgicaux
Autres informations
Distinction

Joseph-Frédéric-Benoît Charrière, né le à Cerniat, canton de Fribourg (Suisse), et mort le à Paris, est un constructeur d'instruments chirurgicaux d'origine suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charrière habite à Paris dès ses 13 ans, quand il entre en apprentissage chez un fabricant de couteaux. En 1820 il établit une société de fabrication d'instruments chirurgicaux qui comptait environ 400 employés autour de 1840. Il devient le fournisseur personnel de Guillaume Dupuytren[1]. Charrière obtient en 1843 la nationalité française. Il était marié à Madeleine Elisa Berrurier, fille d'un boucher parisien.

Parmi ses disciples on trouve Georges-Guillaume-Amatus Lüer, Louis-Joseph Mathieu et Adolphe Collin à Paris, Josef Leiter à Vienne ou encore Camillus Nyrop à Copenhague. En 1851 Charrière est promu comme Officier de la Légion d'honneur.

Terminologie médicale[modifier | modifier le code]

Le système de calibrage des endoscopes et cathéters porte le nom de charrière (1 Charrière = 1/3 mm). Dans la terminologie chirurgicale anglophone, du fait de la nationalité de Charrière, on parle simplement de French gauge ou de French catheter scale, et l'unité est nommée le French. 1 French = 1 Ch. = 1/3 mm. De nos jours, cette dernière terminologie est la plus usitée, dans sa forme abrégée. On parle par exemple d'un « introducteur 9F » pour designer un dispositif de 3 mm de diamètre extérieur ou d'un CH 9.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Urs Boschung, « Joseph-Frédéric-Benoît Charrière », dans Les Fribourgeois sur la Planète - Die Freiburger in aller Welt, Fribourg, Bibliothèque cantonale et universitaire, , p. 47-55
  • Achille Chéreau, Charrière, notice biographique, Lausanne, G. Bridel, (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Neal K. Osborn et Todd H. Baron, « The history of the "French" gauge », Gastrointestinal endoscopy, vol. 63, no 3,‎ , p. 461-462 (PMID 16500397, lire en ligne, consulté le ) modifier