Joseph-Adolphe Thiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-Adolphe Thiac
Présentation
Naissance
Bordeaux, France
Décès
Le Bouscat, France
Nationalité Drapeau de la France France
Entourage familial
Père Pierre-Jean-Baptiste Thiac

Joseph-Adolphe Thiac est un architecte français, né le 4 juillet 1800 à Bordeaux et mort au Bouscat le 24 décembre 1865.

Il est le fils de Pierre-Jean-Baptiste Thiac, architecte à Bordeaux, et de Rose Désirée Fanny Lalanne. Il s'est marié en 1828 avec Marie Angélique Souffront.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a d'abord suivi les leçons de son père, mais ce dernier meurt alors qu'il n'a que quinze ans.

Il fut élève de l'école des Beaux-Arts de Paris de 1817 à 1824 où il a été l'élève de Lebas et de Auguste Guenepin. Entre 1824 et 1828, il a fait le voyage d'Italie.

Il est nommé en 1830 architecte du département de la Gironde. À ce titre, il fut chargé des édifices diocésains de Bordeaux.

Il a été membre de la commission départementale des monuments historiques et du conseil municipal.

Il a été chargé des travaux de restauration de la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

Entre 1839-1846, il construit le Palais de justice de Bordeaux.

L'institution des sourds-muets de Bordeaux était installée dans l'ancien couvent des Catherinettes. Devenu insalubre et trop petit, on demande à l'architecte de faire un projet en 1834. En 1860, le quatrième projet est approuvé. Les travaux peuvent commencer en 1861 sur le site de l'ancien couvent. Ils sont terminée en 1870. L'architecte a adopté une architecture sévère d'inspiration classique où il a appliqué des principes hygiénistes en faisant pénétrer la lumière, l'aération et une organisation rationnelle des activités et des déplacements.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Du Bois, Les architectes par les œuvres, tome III, Classiques et romantiques.L'éclectisme prend la place du style absent. L'architecturede fer, p. 84, H. Laurens éditeur, réimpression 2006 Texte

Liens externes[modifier | modifier le code]