Josef Pieper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Josef Pieper
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Elte (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
MünsterVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Commandeur de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (d)
Prix d'État de Rhénanie du Nord-Westphalie (d)
Commandeur de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand (d)
Prix Balzan
Anneau d'honneur de l'association Görres (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Josef Pieper, né le à Elte (en), en Allemagne et mort le à Münster, est un philosophe catholique allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il découvre l'œuvre de saint Thomas d'Aquin au Gymnasium Paulinum où il poursuit ses études secondaires, et ne cesse ensuite de l'approfondir. En 1924, dans son premier ouvrage, Die Wirklichkeit und das Gute (La Réalité et le Bien), il tente de montrer que le bien n'est au fond que ce qui est conforme avec la réalité des choses. Dans les années 1920, il s'intéresse au droit et à la sociologie, mais l'arrivée au pouvoir du national-socialisme le dissuade de poursuivre ses travaux dans ce domaine, car il est devenu trop dangereux d'y exprimer son point de vue. Pieper retourne donc à la philosophie, et écrit au sujet de deux vertus cardinales, la prudence dans Traktat über die Klugheit et la tempérance dans Zucht und Mass.

Après la Seconde Guerre mondiale, il écrit de nombreux essais sur les trois vertus théologales, dont plusieurs ont été réunis dans l'ouvrage Faith Hope Love (Foi, espérance et charité). En novembre 1951 paraît une de ses principales œuvres, Leisure:The Basis of Culture (Le loisir comme fondement de la culture). En 1981 il reçoit le Prix Balzan pour la philosophie.

Liens externes[modifier | modifier le code]