Josef Mysliveček

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Josef Mysliveček
Description de cette image, également commentée ci-après

Josef Mysliveček

Naissance
Prague
Drapeau de la Bohême Royaume de Bohême
Décès (à 43 ans)
Rome
Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Activité principale compositeur, maître de chapelle, violoniste
Maîtres Giovanni Battista Pescetti

Josef Mysliveček est un compositeur tchèque, né le [1] à Prague et mort le [1] à Rome.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec son frère jumeau Jáchym, il est issu d'une famille riche (leur père est meunier) grâce à laquelle il étudie au lycée jésuite Saint-Gilles, appartenant à l'ordre des dominicains. Les deux garçons apprennent la lecture, le calcul, le chant et la musique, en particulier le violon. Josef se révèle être un violoniste et musicien remarquable.

Josef et Jachym font un apprentissage de meunier d'une durée de trois ans et sont membres de la corporation des meuniers. Mais Josef sent qu'il ne va certainement pas suivre la trace de ses ancêtres. Son destin, c'est la musique. Le père des deux jumeaux contracte malheureusement la fièvre typhoïde et meurt à l'âge de cinquante-deux ans. Sa veuve se remarie deux ans après le décès de son mari. Jachym reste dans le métier et Josef étudie la musique chez Franz Johann Wenzel Habermann[2] et plus tard chez le célèbre compositeur Josef Seger[2].

Il pense reprendre les affaires de son père jusqu'en 1761, puis les laisse à son jumeau et se tourne définitivement vers la musique avec l'accueil enthousiaste de ses six premières symphonies à Prague.

Il obtient une bourse du comte Vincent von Waldstein à Venise et étudie la composition avec Giovanni Battista Pescetti. Il reste en Italie où sa renommée grandit au point qu'il est surnommé Il divino Boemo ("le divin Tchèque"), notamment grâce au succès de son premier opéra Semiramide en 1766.

Son opéra Il Bellerofonte est un grand succès à la cour de Naples en 1767, puis à travers l'Italie. En 1770, il rencontre le jeune Wolfgang Amadeus Mozart à Bologne où Mysliveček est membre de l'Accademia Filarmonica. L'influence de Mysliveček sur Mozart semble avoir été importante à cette époque, et la ressemblance de leur style explique l'attribution erronée de l'oratorio Abramo ed Isacco à Mozart par Ludwig von Köchel.

Ce succès dure pendant près de douze ans, et le Tchèque est acclamé à travers toute l'Europe (Munich, Vienne et Prague notamment) avec ses trente opéras composés.

Atteint de la syphilis (d'autres sources[3] affirment de la gangrène contractée lors d'un accident en route vers Munich pour répondre à l'invitation du Prince-électeur comte palatin Maximilien Ier), avec une situation financière déclinante, Mysliveček termine péniblement sa vie à Rome.

Il est inhumé à la basilique San Lorenzo in Lucina à Rome.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Souvent décrit comme le père de l'opéra tchèque, il a aussi écrit des oratorios (10), des symphonies (85), des concertos (pour violon surtout) et de la musique de chambre.

Opéras[modifier | modifier le code]

Source : *musicologie.org

  • Semiramide (Livret: Pietro Metastasio, 1766, Bergame)
  • Il Bellerofonte (Livret: Giovanni Bonecchi, 20 janvier 1767, Naples, Teatro San Carlo)
  • Farnace (Livret: Antonio Maria Lucchini, 4 novembre 1767, Naples, Teatro San Carlo)
  • Il trionfo di Clelia (Livret: Pietro Metastasio, 26 décembre 1767, Turin, Teatro Regio)
  • Il Demofoonte (Livret: Pietro Metastasio, 1769, Venise, Teatro San Benedetto)
  • L'Ipermestra (Livret: Pietro Metastasio, 1769, Florence)
  • La Nitteti (Livret; Pietro Metastasio, 1770, Bologne)
  • Motezuma (Livret: Vittorio Amedeo Cigna-Santi, 23 janvier 1771, Florence, Teatro della Pergola)
  • Il gran Tamerlano (Livret: Agostino Piovene, 26 décembre 1771, Milan, Teatro Regio Duc)
  • II Demetrio (Livret: Pietro Metastasio, 1773, Pavie, Teatro Nuovo)
  • Romolo ed Ersilia (Livret: Pietro Metastasio, 13 août 1773, Naples, Teatro San Carlo)
  • Antigona (Livret: Gaetano Roccaforte, 26 décembre 1773, Turin, Teatro Regio)
  • La clemenza di Tito (Livret: Pietro Metastasio, 26 décembre 1773, Venise, Teatro San Benedetto)
  • Atide (Livret: Tomasso Stanzani, 1774, Padoue)
  • Artaserse (Livret: Pietro Metastasio, 13 août 1774, Naples, Teatro San Carlo)
  • Il Demofoonte (Livret: Pietro Metastasio, 20 janvier 1775, Naples, Teatro San Carlo)
  • Ezio (Livret: Pietro Metastasio, 5 juin 1775, Naples, Teatro San Carlo)
  • Adriano in Siria (Livret: Pietro Metastasio, 1776, Florence, Teatro Cocomero)
  • Ezio (Livret: Pietro Metastasio, 1777, Munich)
  • La Calliroe (Livret: Matteo Verazi, 30 mai 1778, Naples, Teatro San Carlo)
  • L'Olimpiade (Livret: Pietro Metastasio, 4 novembre 1778, Naples, Teatro San Carlo)
  • La Circe (Livret: Domenico Perrelli, 1779, Venise, Teatro San Benedetto)
  • Il Demetrio (Livret: Pietro Metastasio, 13 août 1779, Naples, Teatro San Carlo)
  • Armida (Livret: Giovanni Ambrogio Migliavacca, 26 décembre 1779, Milan, Teatro della Scala)
  • Medonte (Livret: Giovanni de Gamerra, carnaval 1780, Rome, Teatro Argentina)
  • Antigono (Livret: Pietro Metastasio, printemps 1780, Rome, Teatro delle Dame)

Oratorios[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Certaines de ses symphonies ont notamment été redécouvertes par deux ensembles spécialistes des contemporains de Mozart et Haydn, les London Mozart Players et le Concerto Köln.

Le label Tchécoslovaque Supraphon avait publié un double album (33 tours) de ses concertos pour violon interprétés par Shizuka Ischikawa, accompagnée par le Dvorak Chamber Orchestra dirigé par Libor Pesek. (Stéréo 1110 4031-32 G: Collection "Musica Antiqua Bohemica")

L'opéra Medonte est enregistré et publié en 2013 en CD par DHM, sous la direction de Werner Erhardt avec l'ensemble L'arte del Mondo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Freeman, Daniel E. Josef Mysliveček, "Il Boemo": the Man and His Music. Sterling Heights, Mich.: Harmonie Park Press, 2009.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 780
  2. a et b Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse, , 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 956
  3. Josef Myslivecek - 08-02-2007 - Radio Prague

Liens externes[modifier | modifier le code]