Josef Masopust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Josef Masopust
Josef Masopust official photo.jpg
Josef Masopust en 1962
Biographie
Nationalité Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaque (anciennement)
Drapeau : République tchèque Tchèque (auj.)
Naissance
Lieu Střimice (Tchécoslovaquie)
Décès (à 84 ans)
Lieu Prague (République tchèque)
Période pro. 1950 - 1970
Poste Milieu de terrain
Parcours junior
Saisons Club
1945-1950 Drapeau : Tchécoslovaquie Banik Most
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1950-1952 Drapeau : Tchécoslovaquie Vodotechna Teplice 51 (11)
1952-1968 Drapeau : Tchécoslovaquie Dukla Prague 593 (189)
1968-1970 Drapeau : Belgique Crossing Molenbeek 68 (29)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1954-1966 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 63 (10)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1973-1976 Drapeau : Tchécoslovaquie Dukla Prague
1976-1980 Drapeau : Tchécoslovaquie FC Brno
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Josef Masopust, né le à Střimice et mort le à Prague, est un joueur et un entraîneur de football tchèque.

Finaliste de la Coupe du monde en 1962 avec la sélection tchécoslovaque, il remporte à la fin de l'année le Ballon d'or récompensant alors le meilleur joueur européen.

Carrière[modifier | modifier le code]

Josef nait à Strimice (et non à Most), village de Bohême qui sera rasé au début des années 1960 pour développer l'exploitation de la mine de charbon. Josef Masopust est l'ainé de six enfants. Son père est mineur et sa mère au foyer. En 1945, il intègre le Banik Most, le club de la mine, ou il s'impose rapidement dans l'équipe cadets puis gravit tous les échelons jusqu'en 1950.

Le joueur[modifier | modifier le code]

Vodotechna Teplice[modifier | modifier le code]

Puis en 1950, il passe sous les couleurs de Teplice. Pour son premier match avec sa nouvelle équipe, il marque un but contre Zilina (7-1). Mais au bout de deux ans, il est déclaré « bon pour le service ». Il est donc enrôlé par le Dukla, le club de l'armée, alors baptisé ATK Prague. Il y effectuera le reste de sa carrière de joueur en Tchécoslovaquie, jusqu'en 1968.

Dukla Prague[modifier | modifier le code]

Pour sa première saison avec son nouveau club, il obtient son premier titre de champion de Tchécoslovaquie (1953).

L'année suivante, il obtient sa première sélection en équipe de Tchécoslovaquie, lors d'un match contre la Hongrie, qui se solde par une cinglante défaite (4-1). Josef Masopust, devra attendre dix-huit mois avant de réintégrer la sélection pour un match contre le Brésil à Prague. Le , il se marie avec Viera. De leur union naîtront deux enfants : un garçon, Antonin, en 1955, et une fille, Ivana, l'année suivante.

Le , quelques jours après avoir humilié la Suisse (6-1) à Genève, la Tchécoslovaquie obtient un succès historique sur la Hongrie (4-2) à Budapest, à l'occasion de la 4e sélection de Masopust. En août, la sélection domine le Brésil (1-0), à Rio.

Le , malgré un carton (6-1) contre l'Argentine lors du dernier match du groupe un, Masopust et la Tchécoslovaquie, devancés par l'Allemagne fédérale et l'Irlande du Nord, ne passent pas le premier tour de la Coupe du monde en Suède.

En , après un mois au Costa Rica, le Dukla Prague participe à un tournoi au Mexique au cours duquel il bat (4-3) le Santos FC de Pelé et Zito.

Le , il contribue à la victoire (2-0) de la Tchécoslovaquie sur la France, à Marseille, en match pour la troisième place du premier Euro. En demi-finales, Masopust et les Tchèques ont subi la loi (3-0) des Soviétiques, futurs vainqueurs.

En , il obtient son premier doublé avec le Dukla Prague. L'année suivante, le club militaire de Prague conserve son titre de champion mais s'incline en finale de la coupe. Il réussira un autre doublé en 1965-1966.

Le , en finale de la Mondial 62, un remarquable appel en profondeur suivi d'un tir parfaitement ajusté lui permet d'ouvrir le score face au Brésil. Mais les Tchécoslovaques s'inclinent finalement 3-1. Le , il obtient le Ballon d'or.

En 1962, 1963, 1964, il remporte le championnat de Tchécoslovaquie avec le Dukla Prague.

Le , sa 63e et dernière apparition pour la équipe de Tchécoslovaquie est sa première à se conclure par un revers, 1-2, devant l'URSS, à Prague. En 63 sélection il aura inscrit 10 buts.

En , en récompense des nombreux services rendus au Dukla Prague, il est autorisé à monnayer son départ à l'étranger. À 37 ans, il trouve preneur en Belgique, au Crossing Molenbeek, ou il restera deux saisons.

L'entraîneur[modifier | modifier le code]

En 1973, il devient entraîneur du Dukla Prague, pour trois saisons. Mais en , il est évincé de la direction technique du club. Il accepte alors le poste d'entraîneur du Zbrojovka de Brno, qu'il conduira en à son premier titre de champion de Tchécoslovaquie.

En , il revient en Belgique pour entraîner Hasselt, un club de Division 2 qui aspire à l'élite. Il y restera quatre ans.

Le , il effectue son premier match en tant que sélectionneur. Il connaît le succès, 1-0, sur la Grèce, en amical à Athènes. Mais la sélection nationale ne se qualifie pas pour le Mondial 86, au Mexique.

Le , malgré une victoire sur le Pays de Galles, la Tchécoslovaquie ne se qualifie pas pour l'Euro 88. Josef Masopust est débarqué du poste de sélectionneur.

Après trois ans à Djakarta, où il était responsable de l'équipe olympique d'Indonésie, il rentre à Prague. Sollicité de toute part, il donne d'abord un coup de main à Brno.

Puis il accepte le poste de conseiller technique de Diecin, en Division 3, mais il se retrouve rapidement aux commandes après l'éviction de l'entraîneur.

En , après deux saisons et demie à la tête de l'équipe de Diecin, il arrête définitivement d'entraîner.

Josef Maspust est élu « meilleur joueur tchèque du XXe siècle » et possède depuis 2012, une statue de lui-même devant le stade du Dukla Prague[1]. Josef Masopust meurt le à Prague, des suites d'une longue maladie[2],[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Joueur
Entraîneur

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur
Entraîneur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Josef Masopust est décédé », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 29 juin 2015)
  2. Belga, « Décès du "Chevalier du football" Josef Masopust », sur dhnet.be,‎ (consulté le 29 juin 2015)
  3. (cs) Liste des matchs joués en sélection sur fotbal.cz

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :