Josef Blösche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Josef Blösche
Josef Blösche
Josef Blösche au ghetto de Varsovie en 1943.

Naissance
Friedland in Böhmen (Autriche-Hongrie)
Décès (à 57 ans)
Leipzig (République démocratique allemande)
Allégeance Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme Flag of the Schutzstaffel.svg Schutzstaffel (SS)
Grade Rottenführer
Années de service 1938-1945
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix du Mérite de guerre avec épées
Josef Blösche fut identifié comme étant l'homme portant l'arme à feu. La photo fait partie du Rapport Stroop à Himmler en mai 1943. La légende originelle en allemand est « Sortis d'un abri par la force ».
Le garçon devant Blösche ne fut jamais formellement identifié, mais il peut s'agir d'Artur Dab Siemiatek, de Levi Zelinwarger (à côté de sa mère Chana Zelinwarger), ou de Tsvi Nussbaum
La petite fille à gauche est Hanka Lamet, et la femme à côté d'elle sa mère, Matylda Lamet Goldfinger
L'homme en arrière-plan avec le sac blanc au-dessus de l'épaule est Leo Kartuziński
La première femme à partir de la droite, en arrière-plan, avec une main en l'air, est Golda Stavazowski

Josef Blösche, né le à Friedland in Böhmen (Autriche-Hongrie) et mort exécuté le à Leipzig, est un membre du parti nazi ayant servi dans la Schutzstaffel (SS) à Varsovie (Pologne) pendant la Seconde Guerre mondiale avec le grade de rottenführer (équivalent du grade de caporal-chef s'il avait été militaire). Il est devenu un symbole de la cruauté de la SS dans le ghetto de Varsovie, à cause d’une célèbre photographie montrant (entre autres personnes) à l'avant-plan un petit garçon se rendant les mains en l'air aux membres de la SS ; Blösche est le SS qui fait quasiment face au photographe, portant un MG ou pistolet-mitrailleur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Josef Blösche, Allemand des Sudètes, fut d'abord ouvrier agricole, puis serveur dans l'hôtel de son père avant d'adhérer au parti nazi des Sudètes et de devenir SS en 1938 à la suite de l'annexion des Sudètes par Hitler. Il débute ses années de Waffen SS à compter de la constitution des troupes armées en 1940, et sera notamment un petit gradé de la SS à Varsovie avec des responsabilités de chef de groupe. En mars 1940, il est volontaire pour servir au sein du Sicherheitsdienst (SD, Service de sécurité) de la SS. En juillet 1941, il fait partie d'un Einsatzgruppen (commandos de SS et de policiers militarisés au sein de la Wehrmacht), responsable de dizaines de milliers d'exécutions sommaires parmi les Juifs et les prisonniers russes, dans la zone conquise par les Allemands en Ukraine et Biélorussie, faisant suite à l'invasion par les Allemands de l'Union soviétique (opération Barbarossa menée à partir du ). En 1942, il quitte cette unité et est affecté ensuite à la surveillance du ghetto de Varsovie à compter de quand commencent les déportations au camp d'extermination de Treblinka.

En tant que petit gradé de la SS, il dispose du droit de vie et de mort sur les Juifs enfermés dans le ghetto, où il est particulièrement craint par les jeunes femmes, qu'il viole puis tue en grand nombre. À cette époque, il avait le triste surnom de « Frankenstein ». Les autorités nazies lui attribuèrent la croix du Mérite de guerre avec épées pour son « action » pendant la répression du soulèvement du ghetto de Varsovie, en avril et mai 1943.

En mai 1945, il est fait prisonnier par les Soviétiques et envoyé au Goulag. Début 1946, il est rapatrié en Allemagne de l'Est, cette fois en tant que prisonnier politique, pour avoir été nazi. En août de la même année, il est victime d'un grave accident de travail, qui lui déforme sévèrement le visage. Son camp de travail est dissous en 1947, et il est libéré. Il retourne alors vivre chez ses parents. Ses blessures au visage empêcheront longtemps qu'on le reconnaisse comme le SS sur la célèbre photo de la répression du ghetto de Varsovie. Il se marie et a deux enfants.

En 1961, un de ses anciens camarades de la SS, qui est jugé à Hambourg, cite son nom en relation avec les crimes qu'il avait commis à Varsovie, ce qui déclenche des recherches et sa découverte menant à son identification puis à son arrestation en janvier 1967.

Blösche est jugé à Erfurt en . Il est reconnu coupable d'une part d'avoir pris part collectivement à la déportation de 300 000 Juifs et, d'autre part, d'avoir tué lui-même entre 1 000 et 2 000, notamment des enfants, des femmes enceintes, des personnes handicapées et des personnes âgées, dans une cour d'immeubles à Varsovie.

Le Rottenführer SS à droite est probablement Blösche, avec le général SS Jürgen Stroop au centre en train de regarder des bâtiments qui brûlent au cours du soulèvement du ghetto de Varsovie (mars-avril 1943).

Il est condamné à mort et exécuté à Leipzig d'une balle dans la nuque le . Il est ensuite enterré par les autorités dans un lieu anonyme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Heribert Schwan ; Der SS-Mann Josef Blösche - Leben und Sterben eines Mörders (« Le SS Josef Blösche - La vie et mort d'un meurtrier ») ; livre et documentaire à la télévision allemande ; Knaur ; 2003 ; (ISBN 3-426-77827-0)

Article connexe[modifier | modifier le code]