Jos Montferrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Favre (homonymie).
Jos Montferrand
Jos Montferrand.jpg

Jos Montferrand, draveur

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
Nationalité

Jos Montferrand, de son vrai nom Joseph Favre ( - ), est un homme fort qui a vécu au XIXe siècle au Québec. À cette époque, les Anglophones et Francophones de la classe ouvrière étaient souvent en compétition pour les emplois, et de multiples bagarres en résultaient. Jos Montferrand, un colosse, acquiert sa réputation de redresseur de torts grâce à son adresse et à ses muscles, mais aussi parce qu'il ne pouvait supporter des insultes contres les siens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jos Montferrand, né à Montréal, grandit dans le quartier St-Laurent. Son père décède lorsqu'il est encore garçon[1]. Il part pour la région de l'Outaouais, une région de l'ouest du Québec à la frontière de la province de l'Ontario, où il devient draveur vers 1827. À l'époque, le Canada accueillait un fort contingent d'immigrants en provenance d'Irlande, ceux que l'on appelait les Shiners [2]. Les ouvriers canadiens-français devaient manœuvrer doublement pour trouver du travail face à cette immigration travailleuse et bagarreuse.

Légende[modifier | modifier le code]

Comme à quantité d'autres personnages mythiques, on attribue à Jos Montferrand un certain nombre d'exploits dont la véracité apparaît douteuse. On raconte qu'en 1829, sur le pont de la Chaudière à Hull, au Québec, il dut faire face à plusieurs immigrants Irlandais. Montferrand saisit l'un de ses adversaires par les pieds et s'en servit comme massue, avec laquelle il projeta 150 Irlandais dans les bouillons de la rivière des Outaouais. S'il est tout à fait plausible qu'une telle altercation soit survenue, le nombre de 150 Irlandais est probablement très exagéré par la légende.

On raconte que Jos Montferrand avait l'habitude de marquer son entrée dans une taverne en donnant un coup de talon au plafond. Nombreux furent les tenanciers de la région qui prétendirent posséder la « marque » de Jos Montferrand dans leur établissement.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Big Joe Mufferaw, Mattawa
  • Le palais de Justice de Gatineau est nommé « Édifice Jos-Montferrand » en son honneur[3]. Malgré l'importance du personnage, ce nom ne fit pas le bonheur de tous, certains juristes estimant grossier que l'on nomme un endroit aussi prestigieux d'après un individu connu pour fréquenter assidûment les tavernes. Il s'agit du seul édifice public portant le nom de Jos Montferrand.
  • Gilles Vigneault, La Bolduc, Stompin' Tom Connors et Les Casses-Noisettes [4] ont composé des chansons en l'honneur de Jos Montferrand.
  • Un parc de Montréal porte le nom de « Parc Jos-Montferrand ». Il est situé dans l'arrondissement Ville-Marie, au coin des rues Sainte-Catherine Est et Frontenac[5]. 45° 31′ 50″ N, 73° 32′ 46″ O
  • La Fiducie du patrimoine ontarien [1] a dévoilé une plaque provinciale (ontarienne), en 2009 à Ottawa, commémorant le héros folklorique francophone, Joseph Montferrand. Pour voir une image du dévoilement à l'Église St. Brigid's à Ottawa, visitez: [2]. Cette plaque [3] sera installée près de l'entrée du pont des Chaudières sur la rive ontarienne.
  • Une statue en bois dénommée Big Joe Mufferaw se dresse dans la ville de Mattawa dans l'Est de l'Ontario en sa mémoire.
  • De même il y a quelques années, le sculpteur de renom Roger Langevin a fait une sculpture en son honneur, la sculpture pré-nommée par l'artiste Le Défricheur, dit Jos Montferrand. Elle est érigée à St-Aimé-du-Lac-des-Îles à Mont-Laurier.
  • Il existe aussi une bière qui porte le nom de Jos Montferrand[6].
  • Grand Jos, la mascotte du Rouge et Noir d'Ottawa (Ligue canadienne de football) est inspirée de l'homme et de sa légende bien connue dans la région de l'Outaouais.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Jos. Montferrand, l’athlète canadien, Benjamin Sulte, Montréal, 1883.
  • Jos Montferrand, Jean Côté, Quebecor, 1994.
  • Jos Montferrand : le géant des rivières, Mathieu-Robert Sauvé, XYZ, 2007.
  • Montferrand: v.1 Le prix de l'honneur; v.2. Un géant sur le pont, Paul Ohl, Libre Expression, 2009.
  • Jos, P. J. Poirier, Marchand de feuilles, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Jos Montferrand who wasn’t a mascot », Ottawa Citizen,‎ (lire en ligne)
  2. Le mot "Shiners" est une déformation de "Chêneux" que les Canadiens-français utilisaient pour identifier les bucherons Irlandais qui coupaient des chênes près des berges le long de la Rivière des Outaouais. Ces Irlandais ne pouvaient trouver du travail auprès des compagnies forestières puisque ces dernières employaient des Canadiens-français depuis fort longtemps, avant même que les Irlandais viennent initialement pour aider à construire le Canal Rideau. Lire : Michel Prévost, Jos. Montferrand, de la légende à la réalité
  3. Québec, « Édifice Jos-Montferrand », sur Commission de toponymie du Québec, (consulté le 29 mars 2014)
  4. Les Casses-Noisettes chantent Jos Montferrand
  5. Québec, « Parc Jos-Montferrand », sur Commission de toponymie du Québec, (consulté le 29 mars 2014)
  6. Bière Jos Montferrand