José-Maria de Heredia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis José María de Heredia)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heredia.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec son cousin germain le poète cubain José María Heredia y Campuzano (1803-1839).
José-Maria de Heredia
Description de cette image, également commentée ci-après

José-Maria de Heredia photographié en 1896 par Paul Nadar.

Naissance
La Fortuna, près de Santiago de Cuba (Cuba)
Décès (à 62 ans)
Château de Bourdonné, près de Houdan (Yvelines)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Parnasse
Genres

Œuvres principales

Compléments

Académie française :

Signature de José-Maria de Heredia

José-Maria de Heredia, né le et mort le , est un homme de lettres d'origine espagnole naturalisé français en 1893. Son œuvre poétique a fait de lui l'un des maîtres du mouvement parnassien. Il est l'auteur d'un seul recueil, Les Trophées, publié en 1893 et comprenant cent-dix-huit sonnets qui retracent l'histoire du monde, comme Les Conquérants, ou dépeignent des moments privilégiés, comme Le Récif de corail.

Biographie[modifier | modifier le code]

José María de Heredia Girard est le fils de Domingo de Heredia et de sa seconde épouse Luisa (appelée Louise dans de nombreux textes) Girard, issue d'une famille française qui avait dû quitter l'ancienne colonie de Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti). Ses parents étaient tous deux sujets espagnols. Le poète naît le à La Fortuna, la plantation de café familiale, près de Santiago de Cuba. Il est envoyé en France à l'âge de neuf ans pour poursuivre ses études au collège Saint-Vincent de Senlis, où il reste jusqu’au baccalauréat, en 1859. C'est un élève brillant et très apprécié. La découverte de l’œuvre de Leconte de Lisle fait sur lui une impression profonde.

Adolphe Lalauze, José-Maria de Heredia, gravure.

De retour à Cuba en juin 1859, il passe un an à La Havane, approfondissant sa connaissance de la langue et de la littérature espagnoles avec le projet d'y effectuer des études de droit. C'est là qu'il compose les premiers poèmes français qui nous sont parvenus. Mais il n'y retrouve pas l'ambiance de travail qu'il avait connue en France, et l'équivalence du baccalauréat français lui est refusée pour des raisons administratives. Il retourne donc en France en 1861 en compagnie de sa mère, qui, veuve et ayant marié ses trois filles aînées, tient à veiller elle-même à l'éducation de son fils. Celui-ci s'inscrit en octobre de la même année à la Faculté de droit de Paris.

De 1862 à 1865, il suit également, en qualité d'étudiant étranger, les cours de l'École des chartes, où il se fait remarquer par son sérieux et sa culture. Beaucoup plus attiré par la littérature que le droit, il continue à composer des poèmes, en particulier des sonnets, la fortune familiale, gérée avec rigueur par sa mère[1], lui épargnant pendant un certain temps les difficultés matérielles. Il fait partie de groupes littéraires tels que la conférence La Bruyère et devient un membre influent de l'école parnassienne. En 1863, il rencontre Leconte de Lisle et collabore au Parnasse contemporain, tout en se liant d'amitié à des auteurs comme Sully Prudhomme, Catulle Mendès ou encore Anatole France.

En 1884, Guy de Maupassant lui dédie la nouvelle Garçon, un bock !...

Sa production poétique lui permet d'acquérir la notoriété dans le milieu littéraire parisien, même s'il publie peu, confiant ses poésies à des revues de faible diffusion avant de les réunir sur le tard (en 1893) en un volume de cent-dix-huit sonnets, Les Trophées, édité par Alphonse Lemerre. Il fait appel à son ami de toujours, le peintre montmartrois Ernest Jean-Marie Millard de Bois Durand, pour illustrer d'aquarelles originales son recueil, qu'il dédie à Leconte de Lisle[2], et qui est couronné par l'Académie française. Par la suite, une édition d'art du même ouvrage sera publée, en 1907, par le bibliophile René Descamps-Scrive. L'auteur avait été déjà distingué par l'Académie pour sa traduction de l'Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle Espagne du capitaine Bernal Díaz del Castillo. Il traduit aussi l'Historia de la monja Alférez de Catalina de Erauso et collabore à la Revue des Deux Mondes, au Temps et au Journal des débats.

Victor Ségoffin, Monument à José-Maria de Heredia (1925), Paris, jardin du Luxembourg.
Tombe de José-Maria de Heredia au cimetière de Bonsecours (Seine-Maritime).

En 1893, Lemerre commande au peintre Paul Chabas une vaste composition, Chez Alphonse Lemerre à Ville-d'Avray, où figurent tous les poètes du Parnasse qu'il éditait. Autour de José-Maria de Heredia sont notamment représentés Paul Bourget, Sully-Prudhomme et Leconte de Lisle. Ce tableau a pour cadre la propriété de l'éditeur.

Élu à l'Académie française le au fauteuil de Charles de Mazade, Heredia est reçu en séance publique le par François Coppée. Lors du voyage des souverains russes à Paris, en 1896, il compose le Salut à l'Empereur[3]. Membre de la Commission du dictionnaire, il devient en 1901 conservateur de la bibliothèque de l'Arsenal.

Comme Edgar Degas, Auguste Renoir, Pierre Louÿs et d'autres, il appartint à la Ligue de la patrie française, ligue antidreyfusarde modérée[4],[5].

En 1902, il fonde avec Sully Prudhomme et Léon Dierx la Société des poètes français.

Heredia et sa femme, qui, en 1901 et 1902, avaient passé leurs vacances d'été à Montfort-l'Amaury, décident en 1903 de changer de villégiature et choisissent le château de Bourdonné, près de Houdan. Le 1er septembre de la même année, Heredia est victime d'une grave hémorragie digestive, que le médecin local a beaucoup de difficultés à arrêter. Dès lors, il suit un régime recommandé par Samuel Pozzi. Malgré cela, une seconde hémorragie survient en août 1904. Dès lors, le poète envisage une fin prochaine avec sérénité. Il meurt au château de Bourdonné dans la nuit du des suites d'une troisième et dernière hémorragie. Il est inhumé le 7 octobre au cimetière de Bonsecours (Seine-Maritime).

Généalogie[modifier | modifier le code]

José-Maria de Heredia est le dernier fils de Domingo de Heredia (1783-1849), issu d'une vieille famille espagnole et de sa deuxième épouse, Louise Françoise Girard (1806-1877)[6],[7], d'une famille française émigrée de Saint-Domingue.

En 1867, il épouse Louise Despaigne, qui met au monde trois filles :

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Véridique histoire de la conquête de la Nouvelle-Espagne, traduction de Díaz del Castillo, 4 volumes, Paris, Lemerre, 1877-1887.
  • Les Trophées, achevé d'imprimer daté du 29 décembre 1892. - D'après Vicaire (IV, 72) : édition originale publiée à 10 fr. Tiré, en outre, à 100 exemplaires sur papier de Hollande (20 fr.), 25 ex. sur papier de Chine (30 fr.), 25 ex. sur papier Whatman (25 fr.) et 50 ex. sur papier du Japon (50 fr.). Édition : Paris, Lemerre, 1893 ; illustrateurs : Ricardo de Los Ríos (1846-1929), Eugène Narbonne (1885-1966) ; relieurs : Georges Canape (1864-1940), Charles Meunier (1865-1948).
  • La nonne Alferez, Paris, Lemerre, 1894.
  • Discours de réception à l'Académie française, Paris, Lemerre, 1895 lire en ligne sur le site de l'Académie française].
  • Salut à l'Empereur, Paris, Lemerre, 1896.
  • Inauguration du monument élevé à la mémoire de Leconte de Lisle à Paris le 10 juillet 1898, 1898.
  • Les Trophées, Paris, 1907, édition de luxe posthume [les épreuves avaient été corrigées par le poète, qui a écrit aussi la préface].
  • Les Trophées avec des planches de G. Rochegrosse gravées par E. Decisy, Paris, F. Ferroud, 1914 lire en ligne sur Gallica].
  • Poésies complètes, avec notes et variantes, Paris, Lemerre, 1924.
  • Les Trophées, choix et présentation par Pierre Feuga, collection « Orphée », Paris, La Différence, 1991 (ISBN 2-7291-0481-X).
  • Œuvres poétiques complètes, édition critique par Simone Delaty, Paris, Société d'édition Les Belles Lettres, 1984 [tome 1 : Les Trophées (ISBN 2-251-36103-0) ; tome 2 : Autres sonnets et poésies diverses (ISBN 2-251-36104-9)].
  • José Maria de Heredia, Correspondance, édition établie, présentée et annotée par Yann Mortelette, collection « Bibliothèque des correspondances », Paris, Champion, 2011- [sur les cinq volumes prévus ont paru : tome 1 : Les années de formation, 1846-1865, 2011 ; tome 2 : Les années parnassiennes, 1866-1876, 2013].

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À l'époque, la majorité est en Espagne à vingt-cinq ans.
  2. Sur les relations entre les deux poètes, voir Charles-Marie Leconte de Lisle, Lettres à José-Maria de Heredia, édition établie et annotée par Charles Desprats, Paris, Champion, 2004, et Christophe Carrère, Leconte de Lisle ou La passion du beau, Fayard, 2009.
  3. Ces stances ont été lues par Paul Mounet, de la Comédie-Française, le mercredi , lors la pose de la première pierre du Pont Alexandre III, en présence de l'empereur et de l'impératrice de Russie.
  4. Jean-Pierre Rioux, Nationalisme et conservatisme : la Ligue de la patrie française, 1899-1904, Beauchesne, 1977.
  5. Ariane Chebel d'Appollonia, L'Extrême-droite en France : de Maurras à Le Pen, nouvelle éd. mise à jour, Bruxelles, Éd. Complexe, 1996, p. 137.
  6. Louise Gérard était supposée, d'après une vieille légende familiale, être la petite fille de Gérard d'Houville, président à mortier au parlement de Normandie sous Louis XV.
  7. Voir l'article de François de Vaux de Foletier intitulé Les ancêtres normands de Heredia dans la Revue des Deux Mondes, 1er janvier 1964, p. 96-108.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Verlaine, José-Maria de Heredia, monographie publiée dans la revue Les Hommes d'aujourd'huino 405 ; texte sur wikisource.
  • Miodrag Ibrovac, Les sources des « Trophées », Paris, Les Presses Françaises, 1923.
  • Miodrag Ibrovac, José Maria de Heredia : sa vie, son œuvre, Paris, Les Presses Françaises, 1923.
  • Claude Barjac, José Maria de Heredia, Larousse mensuel illustré no 202, Paris, décembre 1923.
  • André Fontaine, Heredia et ses amis, La Muse française, 15 avril 1932, p. 168-182.
  • Lettres inédites de José Maria de Heredia à Alfred Morel-Fatio, publiées et annotées par Jean Lemartinel, Villeneuve d'Ascq, Publications de l'Université de Lille III, 1975.
  • Simone Szertics, L'héritage espagnol de José-Maria de Heredia, collection « Témoins de l'Espagne. Série historique », Paris, Klincksieck, 1975 (ISBN 2-252-01757-0).
  • Simone Delaty, L'œuvre fragmentaire de José-Maria de Heredia, Bulletin des études parnassiennes, n° 8, (p. 71-86), juin 1986.
  • Simone Delaty, Gustave Moreau et José-Maria de Heredia : affinités esthétiques, Patterns of Evolution in Nineteenth-century French Poetry, The Tallents Press Ltd, England, 1990
  • Yann Mortelette, José-Maria de Heredia, collection « Bibliographica. Bibliographie des écrivains français », Paris, Memini, 1999.
  • Leconte de Lisle, Lettres à José-Maria de Heredia, édition établie et annotée par Charles Desprats, préface de Jean-Marc Hovasse, collection « Bibliothèque des correspondances », Paris, Champion, 2004 [119 lettres s'échelonnant du 21 septembre 1863 au 22 février 1894].
  • Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Paris, Fayard, 2005 (ISBN 2-213-62352-X).
  • José-Maria de Heredia, poète du Parnasse, [sous la direction de] Yann Mortelette, collection « Colloques de la Sorbonne », Paris, PUPS, 2006 [actes du colloque qui s'est tenu à la Bibliothèque de l'Arsenal le 24 septembre 2005, à l'occasion du centième anniversaire du poète].
  • Christophe Carrère, Leconte de Lisle ou La passion du beau, Paris, Fayard, 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]