José Mármol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
José Mármol
Image dans Infobox.
José Mármol
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
Buenos AiresVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

José Mármol ( - ) est un écrivain et homme politique argentin, né et mort à Buenos Aires.

Biographie[modifier | modifier le code]

José Mármol naît à Buenos-Aires le . D'abord étudiant en droit à l'Université de Buenos Aires, il se tourne vers la politique. Arrêté en 1839 par la police de Juan Manuel de Rosas, il est relâché et se réfugie à Montevideo en Uruguay. Il écrit alors dans différentes revues, critiquant Rosas à travers ses œuvres. En 1845, il s'embarque pour le Chili mais une tempête l'oblige à rentrer à Rio de Janeiro où il séjournait. L'histoire lui inspire Le Voyageur (1847). En 1846, de retour à Montevideo, il rédige la première partie d'Amalia, premier roman de la littérature argentine, qu'il complétera d'une seconde partie quelques années plus tard[1].

Lorsqu'en 1852, après la chute de Rosas, il rentre en Argentine, Mármol est reçu comme un héros[2]. Il est élu sénateur, et prend part aux débats concernant la constitution de 1860. Il participe ensuite aux discussions avec le Brésil sur les questions frontalières[1].

Nommé en 1858 directeur de la Bibliothèque publique de Buenos Aires, il meurt presque aveugle le [1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • El peregrino (Le Voyageur) (1845)
  • El poeta (Le Poète) (1847)
  • Amalia (1851)
  • Armonías (Harmonies) (1851)
  • El cruzado (Le Croisé) (1851)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Claude Couffon, « Mármol », dans Le nouveau dictionnaire des auteurs : De tous les temps et de tous les pays, t. 2, Éditions Robert Laffont, (ISBN 2-221-07717-2), p. 2066
  2. Fiche sur le site de l'Encyclopædia Universalis

Article connexe[modifier | modifier le code]