José Desmarets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

José Desmarets
Fonctions
vice-Premier ministre
Ministère de la Défense nationale
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Schaerbeek, Bruxelles
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Uccle, Bruxelles
Nationalité Belge Drapeau : Belgique
Parti politique PSC

José Desmarets, né à Schaerbeek le et mort à Uccle le [1], est un homme politique belge. Il fut ministre pour le Parti social-chrétien (PSC).

Biographie[modifier | modifier le code]

José Desmarets est docteur en droit et licencié en sciences politiques et sociales.

1944-1945 : volontaire de guerre au 21° bataillon de Fusiliers et médaille de la résistance [2]

En 1982, il a été reconnu Juste parmi les Nations par le mémorial de Yad Vashem de Jérusalem , ayant cédé sa propre chambre d'étudiant à un enfant juif recherché par les nazis

- 1950-1953 : directeur du bureau d'études de la centrale chrétienne des métallurgistes

- 1953-1955 : conseiller économique de la CSC et membre du conseil central de l'économie

- 1955-1966 : directeur du journal quotidien de presse "La Cité" dont le tirage monte alors entre 18 000 et 25 000 exemplaires. C'est notamment la période de la question scolaire en Belgique, de l'indépendance du Congo et des grèves de 1960[3]. Il repère de grands noms du journalisme belge : Frédéric François, Colette Braeckman, Jacques Schepmans, André Buysse.

- à partir de 1966 : directeur au service des relations publiques de l'Union des Exploitations Électriques en Belgique (UEEB)

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Au sein du PSC, il appartenait à l'aile droite, le CEPIC (Centre politique des indépendants et cadres chrétiens) dissout en 1982. Son mot d'ordre "nous luttons pour une société toujours plus riche en supplément d'âme"[4],[5].

1959 - 1979 : Politique communale

  • 1959-1988 : Conseiller communal à Uccle
  • 1965-1979 : Échevin à Uccle des travaux publics et sports; ensuite des affaires sociales et de la famille [6]


  • 1971-1985 : député de la circonscription électorale de l'arrondissement de Bruxelles
  • 1971-1979 : membre belge de l'Association Atlantique Nord [6] (Assemblée parlementaire de l'OTAN)


1979-1981 : vice-Premier ministre de Belgique sous les différents gouvernements Martens II, III, IV et Eyskens [7] lors des problèmes institutionnels belges

  • 1979-1980 : ministre de la Défense nationale [8] , notamment coresponsable du dossier des euromissiles Pershing à l'époque où l'URSS vient d'envahir l'Afghanistan. Son plaidoyer "la paix par la défense".
  • 1980 : ministre du Plan et de la Politique scientifique
  • 1980-1981 : ministre des classes moyennes et du Plan

En 1980, un périodique[9], en réalisant des portraits des hommes politiques de l'époque, décrit José Desmarets comme "faux cynique, père de famille bien pensant, qui fait preuve de beaucoup de tolérance"


  • 1984 : président de l'Association Atlantique belge
  • 1985-1987 : sénateur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « José Desmarets, ancien ministre de la Défense, est décédé », sur lalibre.be, 9 août 2019
  2. Diplôme du 13 juillet 1945 de l'État-Major des Forces Alliées expéditionnaires et diplôme no 477 du 9 janvier 1952
  3. La Cité, 45 années de combat quotidien, CRISP - CARHOP, , 609 p. (ISBN 978-2-87075-107-7)
  4. "Hommage à la mémoire de José Desmarets", Royaume de Belgique, séance plénière de la chambre du 26 septembre 2019
  5. André Buysse, « Exit le ministre, l'échevin emblématique, mais avant tout le directeur du quotidien belge "La Cité" », Union Internationale Presse Francophone,‎ sept 2019 - n°19 (lire en ligne)
  6. a et b Legrain, Paul, 1923-, Le Dictionnaire des belges., P. Legrain, cop. 1981 (OCLC 935305667, lire en ligne)
  7. Lexique Politico-Biographique des ministres et secrétaires d'état belges 1960-1980, Editions René Malherbe
  8. José DESMARETS, Le bouclier, la paix par la défense, Vokaer actualités,
  9. Jacques Schepmans, « 36 portraits impertinents », Pourquoi Pas?,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]