José-Alain Sahel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José-Alain Sahel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

José-Alain Sahel est un médecin ophtalmologiste, universitaire et créateur d'entreprise français.

Il est membre de l'Académie des Sciences, lauréat de la médaille de l'innovation du CNRS 2012. Il dirige actuellement l'Institut de la vision, un centre de recherche associé à l'hôpital des Quinze-Vingts, à l'INSERM et à l'Université Pierre-et-Marie-Curie[1]. C'est un pionnier dans le domaine de la rétine artificielle et des thérapies régénératrices de l'œil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le professeur José-Alain Sahel est un clinicien-chercheur français qui a focalisé ses activités de recherche sur des maladies de la rétine encore incurables. Il est né à Tlemcen (Algérie) le . Il a fait ses études de médecine aux Hôpitaux de Strasbourg - Université Louis Pasteur et de Paris - Lariboisière, Saint-Louis : Doctorat de médecine en 1980 (Médaille de la faculté de Paris), spécialité d’Ophtalmologie en 1984. Après une vingtaine d’années aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, il a poursuivi son activité de praticien hospitalier en Ophtalmologie à Paris à l’Hôpital des Quinze-Vingts où il est devenu chef de service en 2001 et à la Fondation Adolphe de Rothschild où il est également Chef du service d'Ophtalmologie et de Pathologie Vitréo-Rétinienne. Durant cette période, il a effectué des séjours comme conférencier invité (Harvard Medical School, Boston, Massachusetts, États-Unis) et professeur invité (Département d'ophtalmologie et de sciences de la vision - Université du Wisconsin, Madison, États-Unis) où il a travaillé avec les grands spécialistes mondiaux de la discipline, les professeurs Daniel Albert et John Dowling. Actuellement José-Alain Sahel est professeur d'ophtalmologie à l’Université Pierre-et-Marie-Curie à Paris, Professeur en sciences biomédicales (Cumberlege Chair) à l’Institute of Ophthalmology-University College London, et Visiting Professor à l’Université Hébraique de Jérusalem, Israël.

José-Alain Sahel a contribué à des avancées de la recherche fondamentale et clinique dans le domaine de la vision. Il a fondé à Strasbourg, en 1992, le Laboratoire de Physiopathologie Cellulaire et Moléculaire de la Rétine, un site de recherche translationnelle sur les mécanismes de la dégénérescence des cellules de la rétine. Ce laboratoire est au cœur de l’Institut de la Vision[1],[2] qu’il a créé en 2008 à Paris sur le site de l'Hôpital des Quinze-Vingts. Cet institut est un des plus importants centres de recherche intégrée sur les maladies de la vision en Europe et associe une quinzaine d’équipes académiques et de nombreux industriels rassemblant plus de 250 chercheurs. Dans les laboratoires de l’Institut de la Vision sont poursuivies des recherches sur la biologie du développement, la génomique fonctionnelle, la physiologie et la thérapeutique (par exemple les cellules souches, la thérapie génique, la pharmacologie, la rétine artificielle), la recherche de biomarqueurs pertinents et de modèles de pathologie. Le fil conducteur est la compréhension et la prévention de la perte de vision centrale lors de la dégénérescence des cellules photoréceptrices à cônes, dans les rétinopathies pigmentaires d’origine génétique et liées à l’âge (DMLA). Une des découvertes majeures réalisées par José-Alain Sahel et ses collaborateurs (Thierry Léveillard et Saddek Mohand-Said) est que les photorécepteurs à bâtonnets produisent un facteur trophique (appelé facteur de viabilité des cônes ou RdCVF pour Rod-derived Cone Viability Factor) qui aide les photorécepteurs cônes à survivre[3],[4]. Cette découverte a fourni les bases biologiques pour des interactions paracrines entre cônes et bâtonnets montrant que ces interactions jouent un rôle clé dans le maintien de la viabilité des cellules photoréceptrices. Ce facteur RdCVF pourrait préserver la vision centrale dans certaines pathologies humaines cécitantes.

La recherche clinique dirigée par José-Alain Sahel est étroitement intriquée avec la recherche expérimentale : traitement de l’information, génétique, recherches thérapeutiques incluant la modélisation, preuves de concepts pré-cliniques, développements technologiques en imagerie et chirurgie, formant un site intégré de recherches sur les maladies de la vision. Dans cette recherche clinique est intégré le Centre National de Référence sur les Dystrophies Rétiniennes avec plus de 5 000 patients suivis. Parmi les recherches cliniques conduites, on peut citer les premiers essais cliniques de thérapie génique (Stargardt...) avec un centre nord-américain. José-Alain Sahel coordonne à grande échelle des programmes européens de recherche sur la rétine, la génomique fonctionnelle, la neuroprotection rétinienne, le vieillissement, et plus récemment la thérapie[5]. José-Alain Sahel est aussi coordonnateur d'un réseau de plus de 80 centres d'excellence Européens d'essais cliniques sur les maladies de la rétine.

La recherche de José-Alain Sahel est tournée vers les stratégies thérapeutiques permettant aux personnes malvoyantes et aveugles de retrouver la vue. Il est un des pionniers (avec le Groupe d’Étude sur l’implant rétinien Argus II) de la recherche sur les prothèses visuelles qui peuvent faire gagner de la vision utile à des patients très handicapés, et leur permettre de recouvrer une certaine autonomie avec la reconnaissance d’objets ou de mots, l’orientation et la mobilité[6],[7],[8] Les résultats obtenus et publiés dans le cadre d’un essai multicentrique international sur les prothèses rétiniennes ont abouti au label CE et à l’enregistrement par la Food and Drug Administration (États-Unis).

Avec l’équipe de chercheurs du Dr Botond Roska au Friedrich Miescher Institute for Biomedical Research (en) (Bâle, Suisse), le groupe de recherche de José-Alain Sahel et Serge Picaud a été parmi les premiers à transformer par optogénétique des cellules de la rétine en photorécepteurs artificiels connectés au circuit rétinien et à utiliser la thérapie génique pour restaurer la vision[9],[10]. Ils ont également réussi à démontrer que les patients auxquels cette thérapie est applicable peuvent être identifiés et sélectionnés par des méthodes non invasives d’imagerie rétinienne en haute résolution, permettant de faire bénéficier plus vite ces patients des découvertes du laboratoire. De nouveaux outils d’imagerie rétinienne à haute résolution sont également développés par José-Alain Sahel et ses collaborateurs (tomographie par cohérence optique, optique adaptative avec Michel Paques...), afin d’affiner la caractérisation des déficits fonctionnels et de disposer de marqueurs d’efficacité thérapeutique précis et reproductibles[11].

Actuellement, José-Alain Sahel est membre du Conseil Scientifique de plusieurs institutions publiques ou privées : Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie, Foundation Fighting Blindness(en), Steering Committee de l’European Vision Institute (EVI EEIG), Chairman du Steering Committee d’European Vision Institute - Clinical Trials – Sites of excellence (EVI-CR), Ville de Paris… Il siège dans plusieurs comités éditoriaux de journaux prestigieux tels que : the Journal of Clinical Investigation, Science Translational Medicine, JAMA - Ophthalmology, Progress in Retinal and Eye Research...

José-Alain Sahel a donné plus de 250 conférences sur invitation, notamment : la Wilmer lecture (Johns Hopkins, 2003), la Leopold lecture (Irvine, Ca, 2007), la Euretina lecture (Vienna, 2008), au ARVO (et pre-ARVO) symposia, la Leopoldina Academy (2009), au Collège de France, à l’Institut Pasteur, à l’Université Hadassah, devant les Sociétés Allemande, Française, Israélienne de Neuroscience, à l’ISOPT, l’ISOCB, l’ISER, l’ESF, Lecture Jules Gonin of the Retina Research Foundation, Reykjavik (2012)... Les travaux de José-Alain Sahel et de ses collaborateurs ont donné lieu à la publication de près de 300 articles scientifiques de la spécialité et de revues généralistes et une cinquantaine de chapitres dans des ouvrages spécialisés (en majorité nord-américains). José-Alain Sahel est aussi co-inventeur de plus d'une vingtaine de brevets.

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Sahel JA, Roska B. Gene therapy for blindness. Annu Rev Neurosci. 2013, 36
  • Jaillard C, Mouret A, Niepon ML, Clérin E, Yang Y, Lee-Rivera I, Aït-Ali N, Millet-Puel G, Cronin T, Sedmak T, Raffelsberger W, Kinzel B, Trembleau A, Poch O, Bennett J, Wolfrum U, Lledo PM, Sahel JA, Léveillard T. Nxnl2 splicing results in dual functions in neuronal cell survival and maintenance of cell integrity. Hum Mol Genet. 2012 May 15;21(10):2298-311.
  • Vignal-Clermont C, Audo I, Sahel JA, Paques M. Poppers-associated retinal toxicity. N Engl J Med. 2010 Oct 14;363(16):1583-5.
  • Busskamp V, Duebel J, Balya D, Fradot M, Viney TJ, Siegert S, Groner AC, Cabuy E, Forster V, Seeliger M, Biel M, Humphries P, Paques M, Mohand-Said S, Trono D, Deisseroth K, Sahel JA, Picaud S, Roska B. Genetic Reactivation of Cone Photoreceptors Restores Visual Responses in Retinitis pigmentosa. Science. 2010 329(5990):413-7.
  • Léveillard T, Sahel JA. Rod-derived cone viability factor for treating blinding diseases: from clinic to redox signaling. Sci Transl Med. 2010 Apr 7;2(26):26ps16.
  • Yang Y, Mohand-Said S, Danan A, Simonutti M, Fontaine V, Clerin E, Picaud S, Léveillard T, Sahel JA. Functional cone rescue by RdCVF protein in a dominant model of retinitis pigmentosa. Mol Ther. 2009 May;17(5):787-95.
  • Léveillard T, Mohand-Saïd S, Lorentz O, Hicks D, Fintz AC, Clérin E, Simonutti M, Forster V, Cavusoglu N, Chalmel F, Dollé P, Poch O, Lambrou G, Sahel JA. Identification and characterization of rod-derived cone viability factor. Nat Genet. 2004 Jul;36(7):755-9.
  • Mohand-Said S, Hicks D, Dreyfus H, Sahel JA. Selective transplantation of rods delays cone loss in a retinitis pigmentosa model. Arch Ophthalmol. 2000 Jun;118(6):807-11.
  • Frasson M, Sahel JA, Fabre M, Simonutti M, Dreyfus H, Picaud S. Retinitis pigmentosa: rod photoreceptor rescue by a calcium-channel blocker in the rd mouse. Nat Med. 1999 Oct;5(10):1183-7.
  • Mohand-Said S, Deudon-Combe A, Hicks D, Simonutti M, Forster V, Fintz AC, Léveillard T, Dreyfus H, Sahel JA*. Normal retina releases a diffusible factor stimulating cone survival in the retinal degeneration mouse. Proc Natl Acad Sci U S A. 1998 Jul 7;95(14):8357-62.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Médaille de thèse (1980)
  • Prix IPSEN de la recherche, Fondation IPSEN (1985)
  • Prix de la Fondation de la recherche thérapeutique (1986)
  • Research to Prevent Blindness International Scholar Award (1990)
  • Prix de la recherche, Société Française d'Ophtalmologie (1990)
  • Prix de parrainage, Fondation Alsace (1994)
  • Médaille d'Or du Mérite Typhlophile, Paris (2001)
  • Chevalier de l’Ordre national du mérite (2002)
  • Prix Coup d'élan de la Fondation Schuller-Bettencourt (2002)
  • Trustee Award (avec Thierry Léveillard), Foundation Fighting Blindness, États-Unis (2005)
  • Prix Emilia Valori, Académie des sciences (2005)
  • Membre de l’Académie européenne d’Ophtalmologie (2006)
  • Grand Prix scientifique de la Fondation NRJ, Institut de France (2006)
  • Alcon Research Institute Alumni Award for Excellence in Vision Research (2006)
  • Membre de l’International Academy of Ophtalmology (2007)
  • Prix des Bâtisseurs, Réseau de Recherche en Santé de la Vision, Québec (2007)
  • Prix Altran pour l’innovation, Fondation Altran (2007)
  • Médaille d’or, Université Pierre et Marie Curie (2008)
  • Chevalier de la Légion d’Honneur (2008)
  • Membre de l’Académie des Sciences, Institut de France (2007)
  • Membre d’honneur DOG (2008)
  • Doctorat Honoris Causa, Université de Genève (2010)
  • Coscas Medal, Retina 2012, Rome (2012)
  • Lecture Jules Gonin, Prix de la Retina Research Foundation, Reykjavik (2012)
  • Médaille de l'innovation du CNRS (2012)[12]
  • Officier de l’Ordre National du Mérite (2012)
  • ARVO Silver Fellow (2013)

Liste des entreprises créées[modifier | modifier le code]

  • Fovéa Pharmaceuticals (créée en 2005 et devenué Département Ophtalmologique de Sanofi Aventis depuis 2010[13],[14])
  • StreetLab (création en 2011) : la Caisse des Dépôts, l’Université Pierre et Marie Curie et la Fondation Voir et Entendre, ainsi que la Fédération des Aveugles de France, la Fondation Hospitalière Sainte Marie et BTP Consultants, se sont associés, avec le soutien de la Ville de Paris, de la Région Île-de-France et du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour créer Streetlab, société dédiée à l'évaluation et au développement de nouveaux produits permettant d'améliorer l'autonomie et la qualité de vie des déficients visuels
  • GenSight Biologics (création en 2012, dédiée au développement de traitements de maladies dégénératives de la rétine en se basant sur l'utilisation de la thérapie génique)
  • Pixium (création en 2012, Pixium développe une nouvelle génération de rétine artificielle destinée à être implantée dans l'œil des patients qui ont perdu la vue).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéographie, audiographie[modifier | modifier le code]

  • José-Alain Sahel (2016) Les nouveaux défis ; 6 juin 2016 09:15-09:30 Colloque Amphithéâtre Marguerite de Navarre - Marcelin Berthelot