Jorge Milchberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jorge Milchberg
Image dans Infobox.
Jorge Milchberg le 2 novembre 2014 à Buenos Aires
Biographie
Naissance
Pseudonyme
El IncaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant

Jorge Milchberg, ou El Inca[1], né le à Buenos Aires[2], est un compositeur et musicien argentin, membre du groupe de musique andine Los Incas[3], dont il assure la direction artistique depuis près de soixante ans[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jorge Milchberg est notamment célèbre pour la chanson El cóndor pasa[5],[6] : ce thème populaire de renommée mondiale, inspiré par les musiques traditionnelles des Andes, avait été composé pour orchestre classique par Daniel Alomía Robles en 1913 pour la zarzuela éponyme, et déposé par lui en 1933. Mais, après la version de Ricardo Galeazzi (un ancien membre fondateur de Los Incas) et son groupe Achalay en 1958, la réécriture et l'arrangement qu'en a proposés Jorge Milchberg en 1963 avec son groupe Los Incas, [pour un ensemble restreint d'instruments traditionnels andins ─duo de kenas, charango, harpe des Andes, guitare, tinya (es) (petit tambour andin précolombien)─ avec une légère modification de la mélodie et une introduction inédite au charango] a connu un regain de popularité tel qu'il a consacré le renouveau des musiques andines sur la scène internationale et qu'il a été comme le coup d'envoi d'un genre nouveau, la World Music. C'est d'ailleurs sous cette forme, avec des paroles écrites en anglais par Paul Simon pour son duo folk avec Art Garfunkel, et enregistré sur la bande originale du 45 tours de Los Incas, que la chanson a fait le tour du monde. Ce succès a permis en outre à Jorge Milchberg de poursuivre et d'approfondir une recherche musicale singulièrement originale.

Durant les années 1968 et 69, il est l'orchestrateur de Marie Laforêt et l’accompagne sur scène[7].

Tinya.

Pianiste de formation, il utilise notamment le charango comme instrument pour ses compositions.

Depuis 1985 son fils Olivier Milchberg l'accompagne musicalement au sein de Los Incas[3], et aussi en tant que producteur et technicien son[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

Il a composé les musiques des films Wild (2014), La Trêve (1968) et La Poupée (1962).

Livre[modifier | modifier le code]

Helena Gath et Philémon Le Guyader, Joue Maestro (poésie/gravure), RAZ éditions, coll. « GLG », 2019. 20 exemplaires numérotés et signés par les deux artistes. Livre en l'honneur de Jorge Milchberg.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « El Inca - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le ).
  2. (es) Tierra de vientos, por Edgardo Civallero y Sara Plaza Moreno, Madrid ISSN 2173-8696, « [compositores] Jorge Milchberg » [« Terre de vents, section compositeurs, Jorge Milchberg »], (consulté le ).
  3. a et b « Los Incas, précurseurs de la musique Andine en Europe - Olivier Milchberg », Olivier Milchberg,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Jorge Milchberg - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le )
  5. Exemple d'extrait d'une version récente (et non par Los Incas) d'El cóndor pasa, où Jorge Milchberg est seul crédité au générique, ici : « https://www.deezer.com/fr/track/78452326 »
  6. Version instrumentale originale (flûtes indiennes) d'El cóndor pasa par Los Incas, en 1963, arrangée par Jorge Milchberg où il tient le charango - Dailymotion [vidéo]
  7. « Marie Laforêt - Récital », sur Discogs (consulté le )
  8. « Présentation Musavida – Musavida » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]