Jordi Bonet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jordi Bonet
Jordi Bonet.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Père
Fratrie
Lluís Bonet i Armengol (d)
Narcís BonetVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Site web

Jordi Bonet () est un peintre, céramiste, muraliste et sculpteur québécois d'origine catalane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Barcelone (Espagne) le , il est privé de son bras droit par un accident à l'âge de 9 ans. Son enfance est marquée par la Guerre civile espagnole. Il étudie l'art à École des beaux-arts de Barcelone, puis prend des cours de dessin avec Antoni Prats, en 1950 longue période de dessins et de peintures à l'huile sur bois de 1949 à 1954. Séjour à Rome en 1951. Premier atelier (prêté par J Gudiol i Ricart) dans le grenier des archives Mas de Barcelone, en 1952. Il ouvre son propre atelier à Barcelone, rue Calvet en 1953. Exposition des peintures (du cercle Maillot) à l'institut Français de Barcelone, en 1953 en compagnie de Tharrats, Tapies, Modest Cuixart, etc.

Il s'établit au Québec en 1954. S'installe à la Baie-du-Febvre, puis à Trois-Rivières. Période des encres sur papier, de 1954 à 1956. Exposition particulière (organisée par M. Couture) en , à Trois-Rivières, sous la présidence du Premier Ministre du Québec. Il donne des cours de dessin et de peinture, et organise le Salon d'Automne, à Trois-Rivières avec M. Couture, en 1955.

Il déménage à Montréal en , il est accueilli chez le peintre Vilallonga, puis chez le Docteur Jutras, Nouvelle peinture à l'huile, sur papier. Période des « groupes de figures ». Étudie la céramique avec Jean Cartier, à l'atelier de celui-ci, et à l'institut des Arts-Appliqués de Montréal, 1956. L'exposition avec Cartier et Riopelle, en au Musée des beaux-arts de Montréal. Il se marie avec Huguette Bouchard en 1956. Exposition de groupe, Université de Montréal, , céramique. Nouvelle période de dessin (plume et mine de plomb) de à , dont les seize études de la série de l'amour et la trilogie Enlèvement d'Europe d'après le Titien. Exposition de groupe (35 peintres dans l'actualité) Musée de Montréal, . Premiers cartons pour murales de carreaux de céramique et premiers essais de réalisations, en été 1957. Exposition particulière de dessins et peintures à Montréal, en [1].

Départ pour Paris et Barcelone en . Séjour à la pedrera de Gaudi. Période de peintures à l'huile (pour la première fois sur toile), et de dessins. Rencontre avec Dali, à Port Lligat, en . Retour à Montréal en 1958. Au cours des prochains 20 ans, il crée plus de cent murales au Québec et partout au monde. La galerie l'Art français expose ses œuvres dans les années 1950[2],[3].

Sa murale au Grand Théâtre de Québec fait scandale en 1971 de par son inscription « Vous êtes pas écœurés de mourir bande de caves ! C’est assez ! », une citation du poète Claude Péloquin[4],[5],[6],[7],[8]. Parmi ses autres grandes œuvres, on compte la murale Citius, Altius, Fortius à la station Pie-IX du métro de Montréal; les sculptures murales Hommage à Gaudí à la Place des Arts de Montréal; et un cycle de vitraux et sculptures pour la chapelle Our Lady of the Skies[9] à l'aéroport international John F. Kennedy à New York, pour ne nommer que celles-ci. Il porte un intérêt spécial pour les œuvres liturgiques.

À 47 ans, il est parmi les artistes les plus importants du Québec lors de sa mort prématurée d'une leucémie le 25 décembre 1979.

Il a été « découvert » lors d'une exposition à Montréal, où ses tableaux figuraient sous le nom d'un autre peintre de l'époque, par Marcel Couture, alors critique d'art. Ce dernier deviendra plus tard directeur des relations publiques d'Hydro-Québec.

Citius, Altius, Fortius, station Pie-IX du métro de Montréal

Honneurs[modifier | modifier le code]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bonet, Jordi - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le 7 avril 2020)
  2. "Dans les galeries de..." dans Vie des arts, hiver 1962, no 28, p. 52, "Galerie L'Art français, 370 ouest, rue Laurier, en décembre: Les peintres de la Galerie. Canadiens: (...) E. Alleyn" http://www.erudit.org/feuilletage/index.html?va1081917.va1207448@64
  3. « Jordi Bonet », sur Art Public Montréal (consulté le 7 avril 2020)
  4. Instantanés, « L’œuvre de Jordi Bonet au Grand Théâtre de Québec », sur Instantanés, (consulté le 7 avril 2020)
  5. Zone radio- Radio-Canada.ca et Zone radio- Radio-Canada.ca, « Grand Théâtre de Québec : la murale de la controverse | Il était une voix : les archives de la radio sur le web », sur Grand Théâtre de Québec : la murale de la controverse | Il était une voix : les archives de la radio sur le web | ICI Radio-Canada Premi�re (consulté le 8 avril 2020)
  6. « Murale du grand théâtre de Québec | Armand Vaillancourt - sculpteur-peintre », sur www.armandvaillancourt.ca (consulté le 8 avril 2020)
  7. Cédric Bélanger, « Une murale à préserver », sur Le Journal de Québec (consulté le 8 avril 2020)
  8. « Hommage à la famille Bonet », sur La Presse+, (consulté le 8 avril 2020)
  9. Our Lady of the Skies Chapel
  10. « Au Musée des beaux-arts : Deux Montréalais remportent des prix au Salon du Printemps », La Presse,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  11. « Jordi Bonet | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le 8 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]