Jonquerets-de-Livet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Jonquerets-de-Livet
Ancien bâtiment contenant le pressoir
Ancien bâtiment contenant le pressoir
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement de Bernay
Canton Bernay
Intercommunalité Communauté de communes Bernay Terres de Normandie
Maire délégué Michèle Drappier
2016-2020
Code postal 27410
Code commune 27356
Démographie
Population 303 hab. (2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 20″ nord, 0° 36′ 33″ est
Altitude Min. 163 m – Max. 181 m
Superficie 10,28 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Mesnil-en-Ouche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Jonquerets-de-Livet

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Jonquerets-de-Livet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Jonquerets-de-Livet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Jonquerets-de-Livet

Jonquerets-de-Livet (également nommée Les Jonquerets-de-Livet non officiellement) est une ancienne commune française, située dans le département de l'Eure en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Mesnil-en-Ouche[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Villages du pays d'Ouche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune aurait dû être les Jonquerets-de-Livet avec l'article défini pluriel[2].

Nom formé par la réunion des deux anciennes communes : Les Jonquerets et Livet-en-Ouche en 1845, jadis Livet[3]. Le déterminant complémentaire -en-Ouche a été ajouté pour signifier sa localisation dans le pays d'Ouche et faire la distinction d'avec Livet-sur-Authou, autre commune de L'Eure.

  • les Junchereiz v. 1209 : lieu ou pousse des joncs, les « jonqueraies »[4].
  • Lived XIe siècle : lieu ou pousse des ifs, l'« ivaie »[3], avec agglutination de l'article défini. Les toponymes de ce type semblent être caractéristiques de l'ouest de la France, plusieurs exemples dans l'Eure, le Calvados, l'Orne, la Sarthe et la Mayenne.

Aujourd'hui, Livet n'est plus qu'un écart de la commune des Jonquerets-de-Livet.

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison de Livet[modifier | modifier le code]

De noblesse d'épée, la maison de Livet appartient aux familles éteintes de la noblesse française[5] et son patronyme est mentionné dans les premiers documents référencés en Normandie[6]. Tenants féodaux de la baronnie de la famille de Ferrières (possessionnée autour de Ferrières-Saint-Hilaire), les Livet étaient originaires de Livet-en-Ouche et portaient ordinairement : "d'azur, à trois molettes d'or, posées deux en chef et une en pointe."[7]

Une branche de cette maison, passée dès 1066 en Angleterre à la suite des Ferrières, tout comme les Curzon (de Notre-Dame-de-Courson) et les Baskerville (de Basqueville, c'est-à-dire Bacqueville-en-Caux)[8], a depuis vu son patronyme anglicisé sous les formes Levett, Levet, Lyvet, Livett, Leavett, delivett, etc. Pour sa part, la branche demeurée en Normandie a compté autant de chevaliers, dont Jean de Livet, chevalier banneret, porte-étendard du roi Philippe II en 1215, qui prit part aux premières croisades[9], que de membres du clergé, dont Guillaume de Livet, chanoine du chapitre de la cathédrale de Rouen et juge au procès de Jeanne d'Arc[10], et Robert de Livet, qui excommunia le Roi Henri V d'Angleterre pendant le siège de Rouen, ce qui lui valut d'être emprisonné en Angleterre pendant cinq ans[11]. De nombreux membres de la famille de Livet appartinrent à l'ordre des Hospitaliers, crée au Moyen Âge pour protéger les pèlerins partant pour la Terre sainte.

Louis-François de Livet, chevalier, marquis de Barville, inhumé en 1789 à Bazoques, 1766.

La branche normande des Livet s'est divisée en 3 rameaux distincts : 1°) le rameau des marquis de Barville[12],[13],[14], dont plusieurs membres furent immortalisés avec leurs armoiries au registre inférieur d'un tableau d'autel offert au XVIIe siècle à l'église paroissiale Notre-Dame de Barville, qui représente également saint François, saint Dominique et la Vierge intercédant auprès du Christ en leur faveur, et qui fut classé monument historique le 24 mai 1973 ; 2°) un rameau qui, possédant à titre héréditaire le contrôle des rivières et voies d'eau de Normandie dès le XIIIe siècle, porta en son blason une ancre marine ; 3°) le rameau des seigneurs d'Arentot, aujourd'hui Arantot près d'Ourville-en-Caux[15], illustrée par Georges de Livet, tué à la bataille d'Azincourt le 25 octobre 1415, et qui s'est éteinte en 1924 en ligne masculine, en la personne du comte Constantin Augustin Robert de Lyvet, maire d'Ourville[16].

La maison de Guiry[modifier | modifier le code]

D'extraction chevaleresque, et des plus anciennes de France[17], la maison de Guiry, aujourd'hui éteinte, fut maintenue noble le 20 février 1668. Outre les fiefs d’Acqueville, Chaumont et Roussières, elle posséda dans le Vexin Français, aux confins de l'Île-de-France et de la Picardie, les fiefs d'Aincourt, Guiry-en-Vexin, Le Perchay, Lèvremont, Liancourt et Monneville; en Évrecin les fiefs du Bois-Gencelin à Saint-Sébastien-de-Morsent en 1469, Navarre près d’Évreux en 1462, et Pithienville à Bernienville ; et enfin, aux confins du Lieuvin, du Pays d'Auge et du Pays d'Ouche, non seulement les fiefs de La Chapelle-Gauthier, Le Faÿ à Saint-Quentin-des-Isles en 1690, et Saint-Sébastien-de-Morsent, mais encore les fiefs de La Factière, La Buctière et La Hauticaire, tous trois sis aux Jonquerets.

Les Guiry portaient ordinairement : « d’argent, à trois quintefeuilles de sable posées deux en chef et une en pointe. » Toutefois, certains membres de cette famille brisèrent, certains par « une bordure componée d’argent et de sable de douze pièces »[18], d'autres seulement par les émaux, comme noble dame Marie, Antoinette de Guiry († en 1720), épouse depuis 1673 d’Adrien de Cacqueray, écuyer, sieur des Loges, laquelle fit enregistrer en l’Armorial général d’Alençon, dressé en vertu de l’arrêt du Conseil d’État rendu le 20 novembre 1696, en l’Élection de Conches suivant l’ordre du registre premier : « d’argent, à trois quintefeuilles de gueules posées deux en chef et une en pointe. »

Le premier membre de cette famille possessionné aux Jonquerets et plus précisément seigneur de La Factière en 1469, fut Mgr Richard II de Guiry († avant 1491), chevalier, par ailleurs seigneur de Guiry-en-Vexin, Chaumont, Le Perchay, Liancourt, Longuesse, maréchal héréditaire des Vexins Normand et Français le 29 mai 1475, marié vers 1460 à damoiselle Robine de Baignard. Les héritiers de son petit-fils Martin de Guiry († entre 1558 et 1562), chevalier, seigneur de La Factière en 1558 et d’Aincourt, furent en 1562 taxés pour l’arrière-ban du bailliage d’Évreux à 40 livres, à cause du fief de La Factière, relevant de la vicomté d’Orbec[19]. Petit-fils de ce dernier, Louis de Guiry († avant 1650), écuyer, seigneur de La Factière en 1616, et d’Aincourt, est mentionné dans l’aveu de la baronnie de Ferrières, rendu au Roi en 1604 par noble dame Charlotte Jouvenel des Ursins († en 1646) : « Item, noble homme Loys de Guiry, sieur de La Factière, tient par foy et hommaige de ma dicte baronnie un plain fief de haubert, nommey La Factière, du quel le chef est assis en la parroisse des Jonquerez, à laquelle il s'étend en autres parroisses des environs, au quel fief y a justice, jurisdiction, hommes, hommaiges, rentes en deniers, grains, oeufz, oiseaulz, relliefz, XIIImes et aultres droictures à fief de haubert appartenant. À cause du quel il m’est tenu en garde noble le cas offrant, et en quarante jours de garde en mon chasteau de Chambrais en temps d’ost, ainsy que les aultres tenant noblement de ma dicte baronnie, avecques rellief, XIIImes aydes feaulx et coustumières, quant ilz eschient et le cas s’offre, avec les aultres charges et subjections devant declarez. »[20] Il épousa damoiselle Marie Giffart, fille de damoiselle Anne Le Vicomte.

Leur fils François Ier de Guiry (1624-1684), écuyer, sieur de La Hauticaire, fut inhumé le dimanche 10 décembre 1684 en l’église paroissiale Notre-Dame des Jonquerets. De sa femme damoiselle Marie Haubert († après 1681), elle-même fille de noble dame Marie de La Poterie (ca 1605 - 1692 aux Jonquerets), il eut notamment noble homme François II de Guiry (ca 1657-1686 aux Jonquerets), écuyer, sieur de La Buctière puis de La Hauticaire en 1684. Marié le 14 mars 1682 aux Jonquerets à noble damoiselle Marie-Paule de Maurey (ca 1654-1738 Granchain), fille de maître Pierre Maurey († avant 1683), conseiller du roi et vicomte de Pacy, et de Blanche Le Musnier, sa femme, il en eut notamment noble damoiselle Marie-Paule de Guiry (ca 1683 - 1743 à Granchain), dame de La Buctière, qui épousa le 13 août 1705 à Granchain, noble homme François-Robert Ier de Liberge (ca 1682-1683 - après 1732), écuyer, seigneur et patron de Granchain. Leur fils Jacques V de Liberge (1711 à Granchain - après 1751), écuyer, seigneur de La Buctière, épousa peu après le 8 octobre 1743 noble damoiselle Françoise-Élisabeth d’Irlande de La Tréhardière († après 1770)[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Michèle Benard    
mars 2014 en cours Michèle Drappier DVD Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 303 habitants, en augmentation de 6,32 % par rapport à 2008 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441 407 499 474 504 438 422 519 468
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
454 408 418 398 376 360 333 317 317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
274 262 285 233 238 267 242 252 250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2013
278 225 213 220 221 264 284 291 303
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006 [25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les deux anciennes paroisses de Livet et des Jonquerets possédaient chacune leur église, mais l'église Saint-Martin de Livet a été détruite dans la première moitié du XIXe siècle. Seuls subsistent, à cet emplacement, une statue de saint Martin et à côté, l'if centenaire du cimetière.

Quant à l'église Notre-Dame, elle a subsisté aujourd'hui et présente les caractéristiques propre à un grand nombre de sanctuaires de Haute-Normandie, notamment du Pays d'Ouche : porche à colombage (XVIe siècle) à soubassement de cailloux de silex, nef en grès local avec un pignon-est en colombage, le tout datant du XVIe siècle et le remplage des baies appartient au gothique flamboyant. Seul le chœur est une réfection complète du XIXe siècle de style néogothique.

Le pressoir (voir photo ci-dessus) a appartenu à la famille Faguet, dont certains étaient seigneurs des Jonquerets. Il se trouvait depuis le XVIIIe siècle au lieu-dit La Factière (probablement *la Faguet-ière à l'origine), à environ un kilomètre du centre de la commune. À la fin du XXe siècle, il a été démonté pour être reconstruit au centre du village. L'édifice rénové a été inauguré en septembre 2000. Il est aujourd'hui utilisé pour des manifestations culturelles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs de l'Eure, voir page 23 » (consulté le 27 octobre 2015)
  2. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de L'Eure, éditions Picard 1981. p. 133.
  3. a et b François de Beaurepaire, op. cit. p. 136.
  4. François de Beaurepaire, op. cit. p. 133.
  5. Nicolas Viton de Saint-Allais (pub.), "Rôles Normands" in Nobiliaire universel de France ou Recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de ce royaume, tome 6e, Paris : Bachelin-Deflorenne, 1874
  6. Calendar of Documents Preserved in France, Calvados: Part 1, J. Horace Round (editor), 1899, Institute of Historical Research, British History Online
  7. Nobiliaire Universel de France, M. de Saint-Allais, Paris, 1815
  8. The Origins of Some Anglo-Norman Families, Lewis Christopher Loyd, The Harleian Society, Leeds, 1951, vol. 103
  9. Mansions and Country Seats of Staffordshire and Warwickshire, Alfred Williams, Walter Henry Mallett, F. Brown, 1889
  10. Juges, procès de Jeanne d'Arc
  11. Henry V (King of England), Charles Lethbridge Kingsford, G. P. Putnam's Sons, 1901
  12. Dictionnaire de la Noblesse, Contenant les généalogies, l'histoire, la Chronologie des Familles Nobles de France, Francois Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1786
  13. The Norman People and Their Existing Descendants in the British Dominions and the United States of America, Henry S. King & Co., London, 1874
  14. Notes pour Servir à la Topographie et à l'Histoire du département de l'Eure, Auguste Le Prévost, Evreux : A. Hérissey, 1849
  15. Mémoires, Société des antiquaires de Normandie, 1859
  16. Histoire de quelques patronymes
  17. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois (1699-1783) et Jacques Badier, Dictionnaire de la Noblesse contenant les généalogies, l’histoire et la chronologie…, tome VIIe (1774), Paris : Antoine Boudet, p. 572-574.
  18. Pierre-Paul Dubuisson, Armorial des principales maisons et familles du royaume, Paris : chez l'auteur, 1757.
  19. Abbé Pierre-François Lebeurier, Rôle des taxes de l’arrière-ban du bailliage d’Évreux en 1562, Rouen : Lebrument, 1861, p. 94, no 221.
  20. Auguste Le Prévost (1787-1859), Mémoires et notes pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Léopold Delisle et Louis Passy (pub.), Évreux : Auguste Hérissey, tome IInd (1864), p. 98, IInde colonne.
  21. Abbé Léopold Piel, Inventaire historique des actes transmis aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien diocèse de Lisieux ou Documents officiels analysés pour servir à l’histoire du personnel de l’évêché, de la cathédrale, des collégiales, des abbayes et prieurés, des paroisses et chapelles ainsi que de toutes les familles notables de ce diocèse (1692-1790), Lisieux : E. Lerebourg, tome IIIe (1892), p. 619.
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :