Jonghi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Jonghi 125 ACT ex-Beltoise. Représentée ici après majeures modifications par Max Coueille : culasse 2ACT et boîte 6 vitesses.

Les Constructions mécaniques Jonghi, située à Choisy-le-Roi, en Seine-et-Oise (1930-1959) constructeur de motos français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jonghi est une marque française, fondée dans le courant 1930 en Seine-et-Oise par l'ingénieur italien Giuseppe Remondini et le docteur argentin Tito Rodolfo Jonghi (né en 1891).

Giuseppe travailla et prit le contrôle de la marque Nagas e Ray en Italie à la fin des années 1920 mais les temps sont durs et Tito propose le renflouement moyennant le départ pour la France.

Le docteur est un dentiste mais c'est en fait une façade qui cache un intermédiaire efficace et bien rémunéré dans l'immense marche des armes de l'entre-guerre tant aux USA qu'en France.

Il semble avoir aussi un faible pour le moteur à combustion interne et il a déposé quelques brevets de tronçonneuses à moteur 2 temps dans les années 1920.

Giuseppe s'occupe donc de la partie technique et Tito finance la mise sur pied de la société sous le nom "Les Constructions Mécaniques Jongh".

Quelques motos Nagas e Ray, latérales et culbutées, sont du voyage transalpin et se sont écoulées durant 1930 et 1931 avec des modifications superficielles en attendant que la nouvelle et moderne Jonghi TJ 4 voie le jour dans l'été 1931. Elle est présentée en version latérale en Septembre dans le périodique Moto Revue et sa sœur culbutée fait un début remarquable en course lors du Championnat de France à Montlhery le même mois.

1930 à 1932 : Les Constructions mécaniques Jonghi, le propriétaire Tito Jonghi, finances, et Giuseppe Remondini est l'ingénieur/concepteur.

Début 1933 et 1934 : Tito Jonghi s'éloigne de la société. Giuseppe fait appel à son père, professeur à Turin en Italie, pour renflouer les finances, une nouvelle société est créée : Les Constructions Mécaniques Remondini, Père et Fils.

Les célèbres double arbres de compétition en 250 cm3 et 350 cm3 sont créés dans cette période malgré le manque de finances et de stabilité. On note aussi un record du monde impressionnant en Mars 1933 de 116km/h sur 24 heures réalisé par une 350 cm3 latérale sur l'anneau de Montlhéry, pilotée par Jeannin, Perrin et Andreino.

1935 à 194? : Rachat de la société par les frères Prester. Les motos porteront le sigle Prester-Jonghi. Continuation des TJ 4 latérales et culbutées avec une nouvelle boîte 4 vitesses au pied. Création d'une 175 cm3 2 temps qui restera à l'état de prototype et création d'une BMA, bicyclette à moteur auxiliaire de 100 cm3, une réduction à l'échelle du 175 cm3 et équipée d'une boîte très compacte à sélection par billes.

194? à 194? : Les frères Prester semblent avoir été déportés en Allemagne. La société passe sous le contrôle de la SATAM, une entreprise bien connue pour ses pompes à essence.

194? à 1959: La Nouvelle Société Jonghi prend le contrôle de Jonghi, peu de succès jusqu'au décès de Giuseppe en 1959. Son fils, Arrigo, mécano de Beltoise durant sa période moto, passe chez Matra où il travailla sur le V12 de Formule 1.

Nombreux records du monde après guerre grâce à la belle 125 ACT qui fut aussi choisie par des pilotes de premier plan (Pierre Michel, Roger Gayral, Jean-Pierre Beltoise, etc). La moto bleue qui est sur la photo à droite fut construite par Pierre Michel, qui l'avait vendue à Jean-Pierre Beltoise, la partie cycle a été récupérée en 1963 par le fils aîné de Pierre Michel (Claude Michel) et confiée à Max Coueille qui retrouva un moteur 125 simple ACT, pour lequel il conçoit une culasse double ACT (il a donc réalisé ce qu'avait souhaité Pierre Michel).

Production et succès d'estime sans plus du scooter à grande roues Polo, et des 125 cm3 et 250 cm3 à moteur 2 temps utilitaires après guerre.

Malgré l'aspect plus utilitaire de ces productions d'après guerre, elles gardent toute la profonde personnalité de Giuseppe.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Jonghi utilisent des moteurs maison.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]