Jonathan Spence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jonathan D. Spence (né en 1936) est un historien d'origine anglaise et enseignant à l'université Yale aux États-Unis. Spécialiste de la Chine depuis le XVIIe siècle, et en particulier de la dynastie Qing, il a écrit des livres qui ont connu un vif succès.

Éducation[modifier | modifier le code]

Jonathan Spence entre à treize ans au Winchester College, une célèbre public school. À partir de 1954, il effectue un service militaire de deux ans en Allemagne puis effectue un bachelor au Clare College de Cambridge jusqu'en 1959. Il part ensuite pour Yale grâce une bourse de la fondation Carnegie Mellon. C'est là que s'éveille son intérêt pour la Chine[1]. Il passe son doctorat en 1965, avec une thèse sur Kangxi et Cao Yin[2] et rejoint l'année suivante le corps enseignant de Yale.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Ts’ao Yin and the K’ang-hsi Emperor: Bondservant and Master, 1966
  • Emperor of China: Self-Portrait of K'ang-Hsi , 1974
  • The Death of Woman Wang, 1978
  • To Change China: Western Advisers in China, 1620-1960, 1980
  • The Memory Palace of Matteo Ricci, 1984
  • The Question of Hu, 1987
  • Chinese Roundabout: Essays on History and Culture
  • The Gate of Heavenly Peace: The Chinese and Their Revolution 1895-1980
  • The Chan's Great Continent: China in Western Minds
  • The Search for Modern China, 1990
  • God's Chinese Son, 1996
  • Century in Crisis Modernity and Tradition in the Art of Twentieth-Century China, avec Julia Andrews, 1998
  • Mao Zedong, 1999
  • Treason by the Book, 2006
  • Return to Dragon Mountain: Memories of a Late Ming Man, 2007

Traduit en français[modifier | modifier le code]

  • Le palais de mémoire de Matteo Ricci, Payot, 1986.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frederic E. Wakeman Jr., « Notice biographique de Spence », sur historians.org (consulté le 16 janvier 2010) : site de l’American Historical Association.
  2. Publiée l'année suivante : Ts’ao Yin and the K’ang-hsi Emperor: Bondservant and Master, Yale University Press, 1966