Jonathan Paredes (cyclisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jonathan Paredes et Paredes.
Paredes Hernández est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Paredes ; le second, maternel, souvent omis, est Hernández.
Jonathan Paredes
Tour de l'Ain 2014 - Stage 4 - Jonathan Paredes.jpg
Jonathan Paredes au Tour de l'Ain 2014.
Informations
Nom de naissance
Jonathan Felipe Paredes HernándezVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (30 ans)
DuitamaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
EBSA-Indeportes Boyacá
Équipes non-UCI
2010Lotería de Boyacá
2011Empresa de energía de Boyacá (EBSA)
2012Boyacá Orgullo de América-Sentimiento nacional
2013Supergiros-Blanco del Valle-Redetrans
2016-2017EBSA-Indeportes Boyacá
Équipes UCI
2014-2015Colombia
Principales victoires

Jonathan Felipe Paredes Hernández est un coureur cycliste colombien des années 2010, né le , à Duitama (département de Boyacá), où il réside encore actuellement[1]. Sa victoire la plus importante, il l'obtient, début mai 2013, en devenant champion panaméricain de la course en ligne.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Pendant quatre ans, Paredes côtoie régulièrement les meilleurs espoirs du cyclisme metense comme Omar Mendoza ou Fernando Orjuela, avec lesquels, il partage des sorties d'entraînement, sous la houlette du directeur technique de la ligue cycliste du Meta, Argemiro Flórez, dont les coureurs effectuent toutes leurs concentrations et leurs préparations sur le territoire boyacense[2]. Ne recevant aucune aide dans son département natal, d'une densité exceptionnelle de jeunes coureurs, il décide de changer de ligue. Grâce à ses affinités avec Flórez et ses coureurs, il intègre celle du Meta[3].

N'ayant jamais représenté le département de Boyacá dans des compétitions nationales[2], il dispute, cependant, les courses du calendrier national colombien dans des équipes de son département. En 2011, par exemple, il participe aux deux épreuves les plus importantes de l'année, le Tour de Colombie[4] et le Clásico RCN[5] au sein de la formation EBSA, dirigée par Rafael Antonio Niño, sans résultats remarquables. L'année suivante, il court son Tour national dans l'équipe Boyacá Orgullo de América, sous la direction d'Ángel Yesid Camargo[6]. Il le termine cent-vingtième[7]. Lors de cette saison, se détache, tout au plus, sa quinzième place à l'arrivée de la Clásica de Fusagasugá[8].

Sous la direction de Chepe González, il court le Clásico RCN 2012 pour les Forces armées colombiennes (l'équipe Fuerzas Armadas - Ejército Nacional)[9]. Pendant celui-ci, il trouve un accord avec le directeur sportif de l'équipe de la Valle del Cauca, Supergiros - Blanco del Valle - Redetrans, pour disputer la saison suivante avec elle[3]. Sous ses nouvelles couleurs, il domine en début de saison, la Clásica de Cómbita, en s'imposant dans le contre-la-montre en côte de la première étape[10]. Trois semaines plus tard, la saison cycliste colombienne commence véritablement par la Vuelta al Valle. Dans une course autrement relevée, il termine néanmoins à la dixième place[11].

De l'ombre à la lumière[modifier | modifier le code]

Un mois après, il réalise son premier grand résultat sportif. Sous les couleurs de la ligue cycliste du Meta, il décroche la deuxième place à l'arrivée de la course en ligne des Championnats de Colombie. Dix-huit prétendants restent en liste pour le titre, en vue de la ligne d'arrivée, en légère ascension. Félix Cárdenas lance le sprint, trop tôt. Aidé par la poursuite menée par les EPM - UNE, Paredes est le premier à le remonter à deux cent mètres du but. Seul Walter Pedraza réussira à le déborder dans les cinquante derniers mètres[12].

Quinze jours plus tard, après maintes tergiversations[13], la fédération colombienne de cyclisme décide finalement d'envoyer une délégation aux Championnats panaméricains de Zacatecas, au Mexique. En remplacement de Carlos Ospina, malade, Paredes est convié, aux côtés d'hommes expérimentés comme Cárdenas ou Pedraza[14]. Il profite du marquage strict exercé sur ses compatriotes, donnés comme favoris, pour remporter le Championnat[3]. Sur un circuit exigeant, à parcourir dix-huit fois, sur l'injonction de Cárdenas[3], il se lance à la poursuite du Mexicain Ignacio Sarabia, en compagnie de l'Équatorien Segundo Navarrete. À deux tours de l'arrivée, ils ont six minutes d'avance sur le peloton[15]. Attaqué par ses compagnons d'échappée, il choisit de s'isoler, à un tour et demi de la fin[3]. Malgré les tentatives de rapproché de différents protagonistes (et notamment des coureurs locaux), le Colombien accroît son avance, pour arriver en solitaire, avec min 40 s d'avance sur Sarabia[16]. Il devient le douzième cafetero à s'imposer dans l'épreuve de course en ligne des Championnats panaméricains[17], quatorze minutes devant le peloton[18].

Suite et fin de la saison 2013[modifier | modifier le code]

Il arrive ainsi au départ du Tour de Colombie, auréolé de cette victoire et avec la confiance de son directeur sportif pour jouer un rôle au classement général[19]. Mais il ne confirme pas ces attentes et doit abandonner lors de la huitième étape[20], sans avoir pesé sur la course.

Il réapparait, seulement trois mois plus tard, dans le haut d'un classement. Il termine sixième de la Vuelta a Boyacá[21], épreuve préparatoire au Clásico RCN, grâce à deux troisième place aux arrivées d'étape, notamment lors du contre-la-montre[22].

Paredes est contacté, après le Tour de Colombie, par Oliverio Rincón, directeur sportif adjoint de l'équipe continentale professionnelle Colombia, qui lui demande de passer des examens médicaux. Il signe, début octobre, avec la formation. Il déclare être très content, courir en Europe étant un rêve pour beaucoup de coureurs colombiens. Il veut apporter le plus possible à son équipe, profiter de cette opportunité au maximum et participer au Tour d'Italie, si sa nouvelle équipe y était de nouveau invitée[1].

Saisons 2014-2015 : Team Colombia[modifier | modifier le code]

Jonathan Paredes débute avec sa nouvelle formation lors de l'Étoile de Bessèges[23]. Attardé dans la première étape, sur un problème mécanique[24], victime d'une élongation, les médecins lui conseillent d'abandonner lors de la deuxième[25]. Fin 2014 il prolonge son contrat avec la formation Colombia[26].

Saison 2016-2017[modifier | modifier le code]

De retour en Colombie après la fin de l'équipe continentale professionnelle, dans un premier temps, il ne trouve pas d'équipes pour l'accueillir. Près très tôt dans la saison, en février 2016, il termine septième du contre-la-montre des championnats de Colombie puis sur le podium de la Clásica de Combita. Avant de participer à son Tour national avec l'équipe "EBSA" de Rafael Antonio Niño, où seule la dernière étape (il est membre de l'échappée victorieuse) est à relever. En février 2017, sous les couleurs de la ligue cycliste du Meta, il se classe cinquième du contre-la-montre des championnats nationaux[27]. En août, Paredes se classe troisième de la sixième étape du Tour de Colombie[28]. En novembre, l'Union cycliste internationale notifie à Jonathan Paredes un résultat analytique anormal au CERA, sur des échantillons prélevés lors du précédent Tour de Colombie[29]. Il est suspendu 4 ans, jusqu'au 31 juillet 2021[30].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2013 2014 2015 2016 2017
UCI America Tour 12e[31] 474e[32] 266e[33]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « “El objetivo es aprovechar esta gran oportunidad de correr en el Team Colombia”: Jonathan Paredes », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 15 octobre 2013)
  2. a et b (es) « Ciclista del Meta, oro en Panamericano de Ruta », sur www.eltiempo.com, (consulté le 10 mai 2013)
  3. a b c d et e (es) « “Tocó a la brava” Jonathan Paredes », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 26 mai 2013)
  4. (es) « La pré-liste officielle des 146 engagés du Tour de Colombie 2011 », sur docs.google.com (consulté le 9 mai 2013)
  5. (es) « Présentation des équipes du Clásico RCN 2011 », sur sal.rcn.com.co (consulté le 9 mai 2013)
  6. (es) « La liste officielle des 200 engagés du Tour de Colombie 2012 », sur docs.google.com (consulté le 9 mai 2013)
  7. (es) « Le classement de la onzième étape et les différents classements finals du Tour de Colombie 2012 », sur docs.google.com (consulté le 9 mai 2013)
  8. (es) « Les classements officiels de la Clásica de Fusagasugá 2012 », sur docs.google.com (consulté le 9 mai 2013)
  9. (es) « Présentation des équipes du Clásico RCN 2012 », sur especiales.rcn.com.co (consulté le 16 mai 2013)
  10. (es) « primero fue Samacá, ahora en Cómbita, Jhonatan Paredes campeón », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 9 mai 2013)
  11. (es) « Les classements officiels de la Vuelta al Valle del Cauca 2013 », sur docs.google.com (consulté le 9 mai 2013)
  12. (es) « Campeonatos Nacionales de Ruta: Walter Pedraza es el nuevo Rey de la Élite », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 8 mai 2013)
  13. (es) « 6 campeones nacionales que no estarán en México », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 20 mars 2016)
  14. (es) « Colombia, si volará a los Panamericanos », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 20 mars 2016)
  15. (es) « Sarabia se viste de plata », sur www.oem.com.mx, (consulté le 10 mai 2013)
  16. (es) « Panamericano de Ruta: Oro para Colombia », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 10 mai 2013)
  17. (es) « Jonathan Paredes campeón panamericano de Gran Fondo », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 10 mai 2013)
  18. (es) « Les résultats officiels de la course en ligne masculine des championnats panaméricains de cyclisme sur route 2013 », sur www.federacionmexicanadeciclismo.com.mx (consulté le 10 mai 2013)
  19. (es) « Reportajes Vuelta a Colombia 2013. “Se consolidó una escuadra que va a hacer presencia y honrar la carrera”: Carlos ‘Ramillete’ Pérez », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 6 janvier 2014)
  20. (es) « Les différents classements de la huitième étape du Tour de Colombie 2013, cf p.11 », sur docs.google.com (consulté le 6 janvier 2014)
  21. (es) « Vuelta a Boyacá: El primer gran título de Jahir Pérez y en su tierra », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 23 mars 2018)
  22. (es) « Les classements officiels de la troisième étape de la Vuelta a Boyacá 2013 », sur www.nuestrociclismo.com (consulté le 6 janvier 2014)
  23. (es) « El Team Colombia sale con nuevos rostros en la Etoile de Bessèges (Francia) », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 6 février 2014)
  24. (es) « Bessèges: el Team Colombia evita las trampas en la primera etapa », sur www.colombiacyclingpro.com, (consulté le 6 février 2014)
  25. (es) « Bessèges: Romero y Torres destacaron en el final de etapa » [archive du ], sur www.colombiacyclingpro.com, (consulté le 6 février 2014)
  26. « Le journal des transferts », sur velo101, (consulté le 30 octobre 2014)
  27. (es) « Meta busca ser protagonista en el campeonato nacional de ruta », sur www.noticiasdevillavicencio.com, (consulté le 10 décembre 2017)
  28. Maurice Helman, « Tour de Colombie - G. Easter l'étape, A. Cala reste en tête », sur cyclismactu.net, (consulté le 7 août 2017)
  29. (es) « Ocho ciclistas dieron positivo en control antidopaje en Vuelta a Colombia 2017 », sur www.elespectador.com, (consulté le 10 décembre 2017)
  30. Dopaje: Sanciones para Soliz, López, Díaz, Ramos y Matzka
  31. (en) « UCI America Tour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  32. (en) « UCI America Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  33. (en) « UCI America Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 30 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :