Jonathan Kerr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kerr.
Jonathan Kerr
Jonathan Kerr.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Georges QuerVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Jonathan Kerr
Jonatan QuerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Acteur, chanteur, compositeur, metteur en scène, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata

Jonathan Kerr, nom de scène de Georges Quer, né le [1] à Saint-Malo, est un chanteur, acteur, compositeur, metteur en scène et écrivain français. Il est considéré comme l'une des figures emblématiques du spectacle musical[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jonathan Kerr est l'un des six enfants de Georges Quer, chef comptable, et de son épouse, Hélène.

Né et élevé dans la ville portuaire de la côte nord de Bretagne, il pensait à lier la future profession à la mer, comme ses ancêtres et comme son père avant d'avoir été  grièvement blessé en 1944. Mais très vite il dévoile aussi un don certain pour la musique.

À l'âge de 13 ans, quand son oncle lui offre une guitare, Jonathan Kerr écrit sa première chanson sur le texte du poète humaniste Georges Monde.

« C'est un soir de Noël à bord d'un chalutier où j'ai chanté pour l'équipage et tous les bateaux avoisinants qu'on m'a conseillé de monter à Paris tenter ma chance. »

— Jonathan Kerr[3]

Il fait des études pour devenir capitaine au long cours mais décide de suivre sa vocation et, à l'âge de 17 ans, il vient avec ses parents à Paris.

Formation[modifier | modifier le code]

Il commence à apprendre la guitare et le solfege au Conservatoire du 13e arrondissement de Paris, ensuite il étudie le chant classique, le piano et découvre parallèlement la composition musicale. Il prend des cours particuliers et travaille beaucoup tout seul.

Après son service militaire où il a officié en tant que musicien-chanteur Jonathan Kerr revient à Paris. Dans la capitale, il effectue divers travaux jusqu'à ce qu'il entende parler de l'audition pour la comédie musicale Mayflower.

Cet événement semblait être écrit dans sa destinée :

« Ce qui est drôle, c'est que mon grand père, qui était cap hornier et avait navigué à bord de multiples trois mats pendant toute sa vie, s'était mis à faire des bateaux en bouteilles à la fin de son existence. Il m'avait offert un de ses bateaux miniatures embouteillés, je devais avoir sept ans. Le nom du bateau était : FLEUR DE MAI ! »

— Jonathan Kerr[3]

En 1974, Jonathan Kerr entre dans la troupe de Mayflower avec lequel, en 1975. il part à Washington afin de présenter le spectacle devant le Congrès américain en vue du bicentenaire de l'indépendance des États-Unis. Puis, pendant deux saisons réussies, il joue dans cette comédie musicale au Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris[4].

Ses débuts au théâtre musical constituent une bonne pratique du chant, de la danse, du jeu d'acteur pour lui et laissent une impression forte et significative pour la vie professionnelle ultérieure du jeune musicien[5].

En 1976, il participe au show du Big Bazar, un ensemble célèbre de Michel Fugain, et foule pour la première fois la scène de l'Olympia[4].

Débuts d'acteur[modifier | modifier le code]

Jonathan Kerr ne manque pas l'occasion de s'essayer dans les autres types d'arts du spectacle.

Au cours des répétitions du Big Bazar, il apprend que Ariane Mnouchkine cherche de jeunes acteurs pour le tournage de Molière. Ainsi, en 1977, il fait de la figuration dans son premier film.

Sa particularité, assez rare à ce moment-là, — l'acteur qui chante professionnellement — lui permet d'obtenir, en 1978, le rôle dans la pièce de théâtre avec des chansons Aucassin et Nicolette mise en scène par Éric Laborey.

Carrière solo[modifier | modifier le code]

En 1979, grâce à un ami, Jonathan Kerr rencontre Laurent Thierry Mieg qui s'avère aussi être un grand amateur de navigation et devient ensuite son compagnon pour des sorties en mer. C'est alors que Laurent Thierry, directeur artistique d'EMI (à l'époque encore Pathé-Marconi), propose à Jonathan d'enregistrer un 45 tours avec ses chansons. Le single intitulé L’Gribouille de l’amour paraît en 1981.

Jonatan Quer en 1981

Georges Quer, homonyme de son père, change son prénom pour Jonatan afin, quelques années plus tard, à l'initiative de la production de l'un de ses premiers films de devenir Jonathan Kerr, à la manière anglo-saxonne.

Chez EMI et Carrère il enregistrera quelques disques, en tant que chanteur et le compositeur, mais aussi en tant que l'auteur des textes de presque toutes les chansons[6] et fera de nombreux récitals.

Tournant vers le théâtre[modifier | modifier le code]

« J'ai aimé cette période auteur-compositeur-interprète mais je trouvais déjà un peu fastidieux le passage entre les chansons, lors des récitals. Et c'est une des raisons qui m'a conduit à écrire ce polar musical (puisqu'il y avait du texte joué entre les chansons-là) qui était à l'origine un one man show musical (ensuite, il y a eu des danseurs des musiciens tout une machinerie, etc). »

— Jonathan Kerr[3]

Cette comédie musicale Le mat peut servir en quelque sorte de métaphore de son existence créative : auteur, compositeur, metteur en scène, chanteur, acteur et producteur. Le spectacle avec la référence au fameux mythe d'Orphée et d'Eurydice mais conçu dans l'esprit d'un thriller futuriste est monté en 1984 au Cithéa, il sera présenté en version élargie en 1994 et joué plus de 400 fois[4].

Après avoir participé aux ateliers que dirigeait Andréas Voutsinas au théâtre des Bouffes du Nord il se tourne résolument vers le théâtre, sans toutefois quitter la composition, l'écriture, et le chant[7]

Il travaille avec Kai Johnsen sur des textes de Jon Fosse (Le Nom, Variations sur la Mort), avec Robert Cantarella sur des textes de Noëlle Renaude, avec Philippe Adrien sur le répertoire contemporain[7].

Il collabore en tant que comédien avec de nombreux metteurs en scène : Didier Flamand, Blanche Salant, Georges Vitaly ( Les patients), de nouveau avec Robert Cantarella (Le voyage), Agnès Delume (Lysistrata et Les Acharniens d’Aristophane), Jean-Pierre Volmer (L’Idiot, L’Exclu), Patrice Lecadre (Les derniers hommes et Le Chandelier), Patricia Giros (David Copperfield — Les années d'enfance). Pendant la saison 20002001, il joue sous la direction de Bernard Bloch dans Les Paravents de Jean Genet au Théâtre des Amandiers de Nanterre et en tournée. En 2007, il obtient un rôle dans la pièce N'ayez pas peur ! Jean-Paul II de   Robert Hossein.

Et pourtant, Jonathan Kerr ne quitte jamais la comédie musicale. Dans Cabaret de Jérôme Savary, il décroche le premier rôle masculin au théâtre. En 2002, il interprète le sombre personnage d'Eddy Clark, producteur machiavélique de L’Ombre d’un géant au Théâtre Mogador. Il monte sur la scène de l'Olympia en 2003 pour le spectacle Belles belles belles, premier jukebox musical français qui rend hommage aux titres de Claude François. En 20092011, il part en tournée asiatique de Mozart, l’opéra rock.

Le Bateleur Théâtre[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, Jonathan Kerr crée Le Bateleur Théâtre, sa propre compagnie de production et de distribution, et met en scène la plupart de ses pièces théâtrales et musicales : Éternel tango (Avignon en 1992) d'après des textes de tango originaux des années 1930, Je ne serai pas héros et Comme un saxo (Théâtre Jean Vilar). Sur le modèle de Lysistrata, il monte Le Chippendale ou l'homme de leur vie (Théâtre Montmartre-Galabru en 1993). Il écrit son premier roman que finalement il oriente vers la première pièce de théâtre pour Le Boiteux (Théâtre Clavel en 1995). Il écrit également Deni de noce (Théâtre du Muselet, scène nationale Châlons-en-Champagne en 1997) et Le Scrabble. Et enfin, Le Couple sur la piste et Je veux parler à Dieu, pièces qui ont fait l'objet de lecture en espace à la Métaphore de Lille (à l'époque dirigé par Daniel Mesguich), à la Minoterie de Marseille, et dernièrement par Jacques Vincey à la SACD. Le scrabble est produit et diffusé par France Culture dans une réalisation de Myron Meerson avec Maurice Barrier, Annick Alane et Frank Lorrain en mai 2003[4].

Mais c'est en 2000 que Jonathan Kerr lie vraiment son goût du théâtre à l'aspect lyrique qu'il défend avec l'écriture d'un drame musical : Camille C. sur la relation entre Camille Claudel et Auguste Rodin en général et sur les problèmes de créativité en particulier dans laquelle il incarne également le légendaire sculpteur. Jonathan Kerr a mis en scène une première mouture de la pièce intitulée Camille Rodin en 2003 dans le bâtiment de la mairie de Nogent-sur-Seine (maintenant un musée Camille Claudel) qui a produit le spectacle. La première de Camille C. dans une mise en scène de Jean-Luc Moreau a eu lieu en 2005 au Théâtre de L’Œuvre[8].

Camille C. obtient le Molière Inattendu 2005, le Prix de la meilleure création au festival Les Musicals 2006 de Béziers et le Prix Claude Michel Schonberg de la meilleure partition musicale. Le texte de Camille C. est édité à L'Avant-Scène Théâtre. La variante symphonique de Camille C. est créée le au Festival de Carcassone.

En 2008, il propose une version très libre sur la légende de Jeanne d'Arc, une œuvre sarcastique et débridée, qui obtient le prix SACD[9].

En 2010, il transpose sur la scène et en musique le roman mythique d’Herman Melville Moby Dick repensé dans le sens de la quête existentielle qui se joue au Théâtre Le Petit Chien durant le Festival Off dAvignon 2010 [10]

En 2012, dans le cadre du Festival Off d'Avignon, il présente le spectacle musical Mutation – Funambulation poétique dans les pas de Nougaro inspiré par les chansons de Claude Nougaro et dédié à la mémoire du chanteur-poète[11].

Jonathan Kerr met en scène aussi deux grands œuvres de l'art lyrique dont la base est la musique classique. En 2011, sur l'invitation de l’AEM (Les Amis de l'École de Musique) de Deuil-la-Barre il présente au théâtre Silvia Monfort de Saint-Brice-sous-Forêt une lecture originale de l'opéra Carmen de Georges Bizet avec la participation d'un chœur amateur. En 2016, l’association collabore à nouveau avec Jonathan Kerr afin de proposer Carmina Burana, cantate scénique de Carl Orff dans une version totalement inédite (publié ensuite aux Éditions Le Solitaire). Ses spectacles passent par plusieurs villes du Val d’Oise et ont un franc succès[12].

Son interprétation de la pièce Onze voies de fait de Bernard Noël il décide dans l'esthétique du théâtre de l'avant-garde[13].

Activité aux multiples facettes[modifier | modifier le code]

Jonathan Kerr participe à travers le monde à de nombreuses manifestations, récitals, performances, sans oublier le cinéma et la télévision. En 1998, Il réalise le court-métrage Au suivant pour lequel il également compose la musique[14]. Depuis 2011, il interprète le rôle de Jérôme Hédiard, un personnage secondaire du feuilleton Plus belle la vie diffusé sur France 3.

Dans le même temps, il dirige des ateliers d'écritures et des masters classes, écrit pour la radio ou le cinéma.

Engagé au sein des EAT (Écrivains Associés du Théâtre) dont il est membre du conseil d’administration et de la Fédération des Musicals, Jonathan Kerr poursuit son rêve d’une comédie musicale et d’un théâtre chanté qui misent sur l’authenticité et le renouveau[15].

En 2009, il signe en collaboration avec Jean-Luc Annaix un Manifeste pour un Théâtre Musical Populaire[16] (éditeur "l'Œil du Souffleur"). Les deux auteurs défendent le genre tout en interpellant les lecteurs-spectateurs et les pouvoirs publics sur la nécessité d'une "ouverture à Paris et en région d'un lieu dédié au répertoire d'un Théâtre Musical Populaire"[17].

En 2011, sa pièce de théâtre La véranda : Tragédie domestique obtient la Bourse Beaumarchais[18] et est éditée aux Éditions Le Solitaire en 2013.

En 2013, il publie son roman Les yeux crevés, le ciel offert chez Éditions Le Solitaire.

En 2017, Jonathan Kerr reçoit le bourse d'écriture de l'Association Beaumarchais dans la catégorie « Lyrique/Spectacle musical » pour Belles de Nuit[19] dont le livret est co-écrit avec Bénédicte Charpiat.

Famille[modifier | modifier le code]

Jonathan Kerr est marié pour la seconde fois et père de trois enfants. Du premier mariage il a une fille, Bérengère, qui est formatrice de métier et conjointement très active dans le milieu du théâtre amateur. Du second mariage avec la danseuse Bénédicte Charpiat il a deux fils. Son fils aîné, Jérémy-Loup, est danseur du ballet de l’Opéra national de Paris; son dernier enfant, Augustin, tourne dans le cinéma depuis l'enfance[20] et veut devenir réalisateur[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]
Téléfilms[modifier | modifier le code]
  • Lunettes frites de Zanazarro
  • 1985 : Grand Hôtel de Yvan Audouard : sous le nom de Jonatan Quer
  • 1991 : Eurocity 99 de Philippe Ory
  • 1996 : Le mat de Bernard Villiot
  • 2002 : Le grand avoir de Elise Griffon et Sébastien Marnier (court métrage)
  • 2004 : Le Mystère de la dame blanche de Laurent Thomas (court métrage)
  • 2006 : The Real Rameau de Reiner Moritz : Remeau's Nephew
  • 2013 : Crime d'état de Pierre Aknine : le maître Cour
  • 2013 : Moustache from the Moon de Sélim Atmane (court métrage) : Mr. Bathroom
  • 2014 : Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils de Pierre Aknine : Stéphane Dufoix
Séries[modifier | modifier le code]

— épisode : Je te vengerai mon fils (2005) de Frédéric Demont : Monsieur Aymard

— épisode : Que justice soit faite! (2006) de Frédéric Demont : Monsieur Aymard

Réalisateur[modifier | modifier le code]

 Compositeur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Dramaturge / Librettiste[modifier | modifier le code]

  • 19841986 : Le Mat
  • 1991 : Comme un saxo, Théâtre Jean Vilar
  • 1993 : Eternel Tango, Avignon, Théâtre Montmartre Galabru (Paris)
  • 1993 : Le Chippendale ou l’homme de leur vie, Théâtre Montmartre Galabru (Paris)
  • 1994 : Le Mat (2e version), Le Lucernaire (Paris), Théâtre Neuilly, Théâtre Jean Vilard, Cithéa et tournée
  • 1995 : Le Boiteux, Théâtre Clavel
  • 1997 : Déni de Noce, Théâtre des Songes, Scène National de Chalons en Champagne
  • 2003 : Le Scrabble, diffusée sur France Culture
  • 20032005 : Camille C., Théâtre de L’œuvre (Paris), Théâtre de l’Œuvre, création expo Camille Claudel, Théâtre Municipal de Nogent sur Seine, Festival d'Avignon 2005
  • 2008 : Lady blue chanteuse de blues, Vingtième Théâtre (Paris) : le garde du corps
  • 2008 : Jean d'Arc, la véritable histoire, Vingtième Théâtre (Paris)
  • 2011 : Moby Dick: le chant du monstre, adopt. de Jonathan Kerr, m.e.s. Erwan Daouphars, Vingtième Théâtre (Paris)
  • 2011 : Carmina Burana : impératrice du monde, cantate scénique de Carl Orff
  • 20122013 : Mutation — Funambulation  poétique dans les pas de Nougaro, Théâtre du Petit Louvre ( Festival d'Avignon, 2012), Vingtieme Théâtre 
  • 2014 : Pourquoi les femmes veulent-elles mourir... d'amour ? écrit par Jonathan Kerr et co-mis en scène par Jonathan Kerr et Sandra Honoré
  • Dieu et les comiques
  • Le Couple sur la Piste
  • Je veux parler à Dieu
  • Je ne serai pas héros

Compositeur[modifier | modifier le code]

  • 19841986 : Le Mat
  • 1994 : Le Mat (2e version), Le Lucernaire (Paris), Théâtre Neuilly, Théâtre Jean Vilard (Cithéa) et tournée
  • 2005 : Camille C., Théâtre de L’œuvre (Paris), Théâtre de l’Œuvre, création expo Camille Claudel, Théâtre Municipal de Nogent sur Seine, Festival d'Avignon 2005
  • 2008 : Lady Blue chanteuse de blues, Vingtième Théâtre (Paris) : le garde du corps
  • 2008 : Jean d'Arc, la véritable histoire, Vingtième Théâtre (Paris)
  • 2011 : Moby Dick: le chant du monstre, adopt. de Jonathan Kerr, m.e.s. Erwan Daouphars, Le Vingtième Théâtre (Paris)
  • 2014 : Pourquoi les femmes veulent-elles mourir... d'amour ? écrit par Jonathan Kerr et co-mis en scène par Jonathan Kerr et Sandra Honoré, arr. de Jean Louis Quer

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Théâtre / Théâtre musical[modifier | modifier le code]
Comédie musicale[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Jonathan Kerr, Camille C., Paris, Avant-Scène Théâtre, (ISBN 978-2900130896).
  • Jonathan Kerr et Jean-Luc Annaix, Manifeste pour un théâtre musical populaire, Paris, Œil du souffleur, (ISBN 978-2-2274-8672-0).
  • Jonathan Kerr, La véranda : Tragédie domestique, Tarbes, Le Solitaire, coll. « Jeune théâtre », , 114 p. (ISBN 978-2364070660).
  • Jonathan Kerr, Les yeux crevés, le ciel offert, Tarbes, Le Solitaire, (ISBN 978-2-36407-086-8).
  • Jonathan Kerr, Carmina Burana : impératrice du monde, Tarbes, Le Solitaire, (ISBN 978-2-364071018).
  • Gérard Levoyer et Jonathan Kerr, Plus vivants, tu meurs !, Editions L'Harmattan, coll. « Théâtres », , 80 p. (ISBN 978-2-343-12978-5).

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1981 : L’Gribouille de l’amour, SP Pathé-Marconi / EMI / Pathé ref. 2 C 008-72322 (sous le nom de « Jonatan Quer »)
  • 1981 : Foutu romantique, SP  Pathé / EMI / Pathé-Marconi ref. 2C008-72431 (sous le nom de « Jonatan Quer »)
  • 1982 : Tu me tiens chaud au cœur, SP  Pathé / Pathé-Marconi / EMI ef. 2 C 008-72495 (sous le nom de « Jonatan Quer »)
  • 1982 : Tu m’donnes la fièvre, SP  EMI / Pathé-Marconi ref. 2 C 008-72666 (sous le nom de « Jonatan Quer »)
  • 1984 : Tu seras femme, SP Carrère / Zone Music ref. 13 420 (sous le nom de « Jonatan Quer »)
  • 1984 : Terre salée, tu seras femme…, LP Carrère ref. 66.105 (sous le nom de « Jonatan Quer »)
  • 1985 : Changer d’horizon, SP  Zone Music / Pathé-Marconi / EMI ref. 2005897 (sous le nom de « Jonatan Quer »)
  • 1989 : Voleur de nuit, SP Carrère ref. 14626 (sous le nom de « Jonathan Kerr »)
  • 1993 : Le Mat, CD Le Bateleur (album tiré du polar musical Le Mat)
  • 2005 : Camille C., Studio Paradiso (album tiré du drame musical Camille C.)
  • 2013 : L'ile aux tresors, Mediaspectacles (album tiré de la comédie musicale L'ile aux tresors)
  • 2015 : Saint-Malo, Jonathan kerr

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF14685653)
  2. Sheila Louinet, « Quelle voix/e pour un « Manifeste » ? » (consulté le 2 août 2017)
  3. a b c et d Dina Kovalska, « Jonathan Kerr parle de lui-même dans l'interview exclu pour Wikipédia » (consulté le 17 septembre 2017)
  4. a b c et d L'Oeil du Souffleur, « Fiche Manifeste pour un théâtre musical populaire - L'Oeil du Souffleur » [PDF] (consulté le 29 août 2017)
  5. Stéphane Ly-Cuong, « Jonathan Kerr », l'interview, (consulté le 7 octobre 2017)
  6. encyclopedisque.fr, « Discographie — Jonatan Quer » (consulté le 19 février 2017)
  7. a et b lebilletdesauteursdetheatre.com, « Auteur dramatique — Jonathan Kerr » (consulté le 10 octobre 2017)
  8. THEATREonline.com, « Camille C. » (consulté le 18 février 2017)
  9. docs.google.com, « Fiche Manifeste pour un théâtre musical populaire » (consulté le 12 février 2017)
  10. Amandine Sroussi, « L’odyssée musicale d’un monstre » (consulté le 18 février 2017)
  11. Frédéric Marty, « Le fil spirituel » (consulté le 19 février 2017).
  12. Bulb in Town, « Carmina Burana : impératrice du monde » (consulté le 18 février 2017)
  13. aaem.fr, « Jonathan Kerr » (consulté le 12 février 2017)
  14. a b et c unifrance.org, « Au suivant » (consulté le 10 octobre 2017)
  15. oeildusouffleur.com, « Jonathan Kerr » (consulté le 12 février 2017)
  16. Sheila Louinet, « Quelle voix/e pour un « Manifeste » ? » (consulté le 12 février 2017)
  17. oeildusouffleur.com, « Manifeste pour un théâtre musical populaire de Jonathan Kerr et Jean-Luc Annaix » (consulté le 9 octobre 2017)
  18. eatheatre.fr, « Catalogue-2014.indd 1 03/12/13 01:08 - Ecrivains Associés du Théâtre » (consulté le 18 février 2017)
  19. SACD, « L'Association Beaumarchais-SACD dévoile les lauréats de ses bourses d'écriture », (consulté le 30 août 2017)
  20. « Augustin Quer », Fichier d'Augustin Quer sur le site de l'Agence Artistique Jean-Pierre Noël (consulté le 18 juillet 2018)
  21. lesmolieres.com
  22. a et b Lyon Communiqués, « MC Productions consacré par ses pères aux musicals de Béziers » (consulté le 12 février 2017)
  23. SACD, « Six Prix SACD au Musicals à Paris », (consulté en 12 février
    2017
    )
  24. lesmolieres.com

Liens externes[modifier | modifier le code]