Jonathan Haidt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jonathan Haidt
Portrait de Jonathan Haidt
Jonathan Haidt (2013).
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
à New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université de Pennsylvanie et université YaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychologue, professeur d'université (d) et écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université de New York et université de VirginieVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie américaine des arts et des sciencesVoir et modifier les données sur Wikidata

Jonathan David Haidt (né en 1963 à New York) est un psychologue social et un professeur d'éthique américain. Ses études portent sur la morale. Assistant professeur à l'université de Virginie de 1995 à 2011, il enseigne par la suite à la Stern School of Business de l'université de New York[1].

Il a publié deux livres : The Happiness Hypothesis (2006) et The Righteous Mind (2012), qui est devenu un best-seller du New York Times[2]. Il est considéré comme l'un des plus grands « penseurs globaux » (top global thinkers) par Foreign Policy[3] et l'un des plus grands intellectuels de la planète par Prospect magazine[4]. Ses trois conférences TED ont été visionnées plusieurs millions de fois[5],[6],[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Haidt naît à New York et grandit à Scarsdale. En 1985, il obtient un baccalauréat en philosophie à l'université Yale, puis un PhD en psychologie de l'université de Pennsylvanie en 1992. Par la suite, il fait un postdoctorat sur la psychologie culturelle (en) à l'université de Chicago sous la supervision de Jonathan Baron (en), Alan Fiske (en) et Richard Shweder (en). Il remporte une bourse Fulbright afin d'effectuer trois mois de recherches sur la moralité à Odisha, en Inde.

En 1995, Haidt est engagé comme assistant professeur (en) à l'université de Virginie. Il remporte quatre prix liés à son enseignement[8].

En 1999, Haidt s'intéresse à la toute nouvelle psychologie positive. Ses recherches mènent à la publication de Flourishing, en 2003, puis à The Happiness Hypothesis en 2006.

À partir de 2004, il applique la psychologie morale à la politique, effectuant des recherches sur les fondements psychologiques de l'idéologie. Cela l'amène à la publication de The Righteous Mind en 2012.

En 2007-2008, il est professeur invité à l'université de Princeton.

Depuis 2011, Haidt travaille à Leonard N. Stern School of Business. Ses recherches actuelles concernent la psychologie morale de l'éthique des affaires. Il est également engagé dans les efforts visant à favoriser une plus grande civilité politique et d'accroître la diversité idéologique de la psychologie sociale et d'autres sciences sociales.

La métaphore de l'éléphant et du cavalier[modifier | modifier le code]

Les observations de l'intuitionnisme social, que les intuitions viennent en premier et la rationalisation en second, ont conduit à la métaphore de l'éléphant et du cavalier. Le cavalier représente les processus contrôlés et conscients et l'éléphant représente tous les processus automatiques. Cette métaphore reprend la pensée de Daniel Kahneman résumée dans Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée. Cette métaphore est largement utilisée dans ses deux livres The Happiness Hypothesis (2006) et The Righteous Mind (2012).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jonathan Haidt » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]