Jollywood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jollywood est le nom donné à l'industrie du cinéma en langue assamaise basé à Assam en Inde .

L'industrie naît en 1935 lorsque Jyoti Prasad Agarwala réalise le film Joymoti. Depuis, le cinéma assamais a été développé un style sensible et lent, en particulier avec les films de Bhabendra Nath Saikia et Jahnu Barua[1]. Jollywood est également le nom donné plus précisément au Jyoti Chitraban Film Studio d'Agarwala, principal studio de cinéma de la région[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

La première image assamaise, Joymati (1935)

Malgré sa longue histoire et ses succès au National Awards, le cinéma assamais n'a jamais vraiment réussi à percer sur la scène nationale. Bien que le début du XXIe siècle ait vu des films assamais de style bollywoodien apparaître sur l'écran, l'industrie n'a pas été en mesure de rivaliser sur le marché, éclipsée de manière significative par les grandes industries telles que Bollywood[3].

Les origines du cinéma assamais remontent à Rupkonwar Jyotiprasad Agarwala, également poète, dramaturge, compositeur et combattant de la liberté . Il a joué un rôle déterminant dans la production du premier film assamais Joymati en 1935 [1] sous la bannière de Chitralekha Movietone. En raison du manque de techniciens qualifiés, Jyotiprasad, tout en réalisant son premier film, a assumé les responsabilités supplémentaires de scénariste, producteur, réalisateur, chorégraphe, monteur, scénographe et costumier, parolier et directeur musical[4]. Le film, achevé avec un budget de 60000 roupies, est sorti le 10 mars 1935. Le film rencontre un échec commercial. Comme tant de premiers films indiens, les négatifs et les copies complètes de Joymati n'ont pas été conservés. Un effort a été fait en privé par Altaf Mazid pour restaurer et sous-titrer tout ce qui reste des impressions. Malgré la perte financière importante de Joymati, un deuxième film Indramalati est produit entre 1937 et 1938 et finalement diffusé en 1939. Pramathesh Barua sort une version assamaise de Devdas en 1937. Il s'agit la troisième version après celle en bengali et celle en hindi.

Années 1940[modifier | modifier le code]

Agarwala réalise un autre film après un laps de deux ans intitulé Indramalati. Il s'agit de son deuxième et dernier film. Le célèbre compositeur et chanteur assamais Bhupen Hazarika joue un des premiers rôles. Après le décès de Jyotiprasad, la scène cinématographique assamaise connaît un vide temporaire pendant environ deux ans[4]. Mais les choses changent avec le début de la Seconde Guerre mondiale. Rohini Kr. Baruah réalise un film sur un sujet historique appelé Manomati en 1941. Il est suivi de films comme Rupahi de Parvati Prasad Baruwa (1946), Badan Barphukan de Kamal Narayan Choudhury (1947), Siraj de Phani Sharma, Biplabi d'Asit Sen, Parghat de Prabin Phukan et Runumi de Suresh Goswami .

Années 1950[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, Piyali Phukan remporte un prix au National Awards. Le film a été produit par Gama Prasad Agarwalla sous l'égide de Rup Jyoti Productions. Le film a été réalisé par Phani Sharma et la musique a été composée par Bhupen Hazarika . Le film raconte la vie du combattant de la liberté Piyali Phukan, opposé à la domination britannique. Il a été exécuté par les Britanniques pour trahison. Ce film est techniquement avancé pour l'époque.

En 1955, Nip Barua, fait ses débuts de réalisateur avec Smrit Paras . Ses films ultérieurs, Mak Aaru Moram et Ranga Police remportent de nombreux prix d'État et la médaille d'argent au niveau national. Bhupen Hazarika produit et réalise également son premier film Era Bator Sur. Prabhat Mukherjee réalise un film sur l'universalité de la maternité, Puberun (1959) qui a été projeté au Festival de Berlin .

Années 1960[modifier | modifier le code]

La production cinématographique notable du début des années 1960 est Lachit Borphukan de Sarbeswar Chakraborty. Bhupen Hazarika réalise une comédie musicale Shakuntala en 1961, qui a eu autant de succès auprès des critiques et de la presse, remportant la médaille d'argent du président. Par la suite, un grand nombre de films entre en production régulière : Narakasur, Anil Matri de Choudhury Swarga, Itu de Brojen Barua Situ Bahuto Nip Barua et Mukta et Tejimala de Anwar Hussain.

Vers le milieu des années 1960, l'industrie connaît un essor. Entre 1935 et 1970, 62 films au total auront été produits. Outre les cinéastes déjà mentionnés, de nombreux autres réalisateurs exeercent au cours de la période parmi lesquels Pravin Sharma, Saila Barua, Amar Pathak, Indukalpa Hazarika, Brajen Barua, Dibon Barua, Debkumar Basu, Amulya Manna, Gauri Barman, Atul Bardoloi, Sujit Singha, Nalin Duara et Prafulla Barua[4] .

Années 1970[modifier | modifier le code]

Au cours de la période 1970-1982, 57 films assamais au total sont tournés. De nouveaux réalisateurs ont alors commencé à émerger : Samarendra Narayan Dev avec Aranya (1970), Kamal Choudhury avec Bhaity (1972, le premier film couleur d'Assam), Manoranjan Sur avec Uttaran (1973), Prabin Bora avec Parinam (1974), Deuti Barua avec Bristi (1974), Pulok Gogoi avec Khoj (1974), Gonga Silonir Pakhi de Padum Barua (1976), Sandhya Raag de Bhabendranath Saikia (1977) et Kollol (1978) d'Atul Bordoloi[4].

Années 1980[modifier | modifier le code]

Les réalisateurs notables du cinéma assamais dans les années 1980 sont : Jahnu Barua (qui a réalusé Aparoopa, Papori, Halodhia Choraye Baodhan Khai, Bonani, Firingoti et Xagoroloi Bohu Door ), Sanjeev Hazarika ( Haladhar, Meemanxa ) et Bhabendra Nath Saikia qui a réaslié Sandhya Raag, Anirbaan, Agnisnaan, Sarothi, Kolahol, Abartan, Itihaas et Kaal Sandhya ). Santwana Bordoloi qui a réalisé Adajya etBidyut Chakraborty qui a réalisé Rag Birag ont tous deux remporté des prix nationaux et internationaux. Enfin les films de Manju Borah sont primés de multiples dois tels que Baibhab, Akashitarar Kathare et Laaz[5].

Halodhia Choraye Baodhan Khai est devenu le premier film assamais à remporter le National Film Award du meilleur long métrage en 1988 et a également remporté plusieurs prix au Festival international du film de Locarno en 1988[6].

Années 1990 et 2000[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, le trio réalisateur-acteur-musicien Munin Barua, Jatin Bora et Zubeen Garg réalise de nombreux films à succès populaires comme Hiya Diya Niya et Nayak .

Années 2010[modifier | modifier le code]

Longs métrages assamais certifiés et sortis en 2010 [7]
Année Agréé Sorti
2010 4 3
2011 7 6
2012 11 dix
2013 15 14
2014 21 18
2015 19 8
2016 20 17
2017 16 24
2018 18 22

Au cours des années 2010, quatre superproductions assamaises remportent des succès : Raamdhenu, Mission China, Kanchanjangha et Ratnakar, chacune collectant plus de 2 crore de livres au box-office. Tumi Aahibane et Priyaar Priyo ont également rapporté plus d'1 crore.

Les années 2010 ont également vu la montée de jeunes voix indépendantes dans le cinéma assamais, avec des films tels que Local Kung Fu de Kenny Basumatary, Kothanodi et Aamis de Bhaskar Hazarika, Village Rockstars et Bulbul Can Sing de Rima Das qui ont reçu des distinctions tant au niveau national qu'international. Le court métrage culte underground Muktir Mohakabyo est également produit à cette époque[8].

Au cours de la décennie, de nombreuses personnalités qui ont joué un rôle important dans la formation du cinéma assamais décèdent, comme le réalisateur Munin Baruah, l'acteur Biju Phukan ou le musicien Bhupen Hazarika[9].

Box-office[modifier | modifier le code]

Rang Meilleur classement Film Année Studio (s) Bénéfice Réf.
1 1 Ratnakar 2019 JB Production ₹ 9,25 crore [10]
2 1 Mission Chine 2017 i Création Production ₹ 6 crore
3 2 Kanchanjangha 2019 ₹₹ 5,12 [11]
4 1 Raamdhenu 2011 Pride East Entertainment ₹ 2,04 crore
5 3 Tumi Aahibane 2017 Créations Prerana ₹₹ 2,04 crore [réf. nécessaire]
6 4 Priyaar Priyo 2017 Azaan Films ₹₹ 1,94 crore [12]
7 1 Joymoti 1935 Chitralekha Movietone ₹₹ 1,80 crore (estimé et ajusté en fonction de l'inflation)
8 1 Hiya Diya Niya 2000 Pooja Motion Pictures ₹₹ 1 crore (ajusté en fonction de l'inflation)
9 2 Doordarshan Eti Jantra 2016 AM Television ₹₹ 90 lakh
10 Basundhara 2010 Surabhi Enterprise ₹ 87 lakh
11 8 Village Rockstars 2018 ₹ 80 lakh
12 5 Bahniman 2016 Santoshi Maa Production ₹ 65 lakh
13 2 Nayak 2001 Pooja Motion Pictures ₹ 57 lakh (ajusté en fonction de l'inflation)
14 3 Kanyadaan 2002 ₹₹ (ajusté en fonction de l'inflation)
15 8 Ruff & Tuff 2017 Norman Studio Works ₹₹ 45 lakh
16 4 Jeevan Baator Logori 2009 Hills Motion Picture Association ₹₹ 41 lakh

Récompenses assamaises[modifier | modifier le code]

Assam State Film Awards[modifier | modifier le code]

Assam State Film Award est une cérémonie de remise de prix pour les films assamais qui se tient à Guwahati

Prag Cine Awards[modifier | modifier le code]

Les Prag Cine Awards [13] sont décernés chaque année par Prag News. L'objectif de ce prix est de soutenir, de reconnaître et d'inspirer l'industrie cinématographique assamaise et d'honorer certaines des personnalités éminentes du cinéma qui ont contribué à la cause du cinéma assamais. Le prix a été institué pour la première fois en 2003. À partir de 2015, des films produits dans d'autres États du Nord-Est ont également été honorés lors de cette cérémonie.

Festival du film de la vallée de Brahmapoutre[modifier | modifier le code]

Le Brahmaputra Valley Film Festival (Festival du film de la vallée de Brahmapoutre) est un hommage à la riche culture du nord-est de l'Inde. Le festival est dédié à la fraternité cinématographique de la région nord-est de l'Inde, en particulier de l'Assam. Il s'agit d'une initiative prises par de jeunes cinéastes autour de Tattva Creations de se réunir et de redécouvrir divers aspects de la réalisation cinématographique. Le festival du film se tient à Guwahati chaque année depuis 2013.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Assam General Knowledge, Bright Publications, 109– p. (ISBN 978-81-7199-451-9, lire en ligne)
  2. « The Telegraph - Calcutta : Northeast », www.telegraphindia.com (consulté le 16 février 2018)
  3. Lakshmi B. Ghosh, "A rare peep into world of Assamese cinema", The Hindu, 2006
  4. a b c et d « ASSAMESE FILM INDUSTRY: GROWTH, CHALLENGES AND FUTURE PROSPECTS » (consulté le 9 février 2020)
  5. « Manju Borah – Assamese Filmmaker » (consulté le 28 juin 2012)
  6. « The Sunday Tribune - Spectrum - Lead Article », www.tribuneindia.com (consulté le 11 mai 2018)
  7. « Indian Feature Films certified during the year » (consulté le 7 janvier 2016)
  8. « Muktir Mohakabyo »
  9. (en) « Nation mourns death of legendary singer Bhupen Hazarika », India Today (consulté le 11 mai 2018)
  10. « Asomiya Pratidin ePaper : 17-11-2019 | অসমীয়া-প্রতিদিন ই-বাতৰিকাকত Page: 4 », epaper.asomiyapratidin.in (consulté le 23 novembre 2019)
  11. (en-US) « Zubeen's Kanchanjangha becomes highest grosser ever in Northeast, collects Rs 5.12 crore », The News Mill, (consulté le 11 octobre 2019)
  12. « Priyaar Priyo Assamese movie » [archive du ], moviesfyi (consulté le 3 mars 2018)
  13. « Nominations of Prag Cine Award 2014 » [archive du ] (consulté le 1er mars 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]