Joko Widodo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joko Widodo
Illustration.
Portrait officiel de Joko Widodo.
Fonctions
Président de la République d'Indonésie
En fonction depuis le
(4 ans, 11 mois et 1 jour)
Élection 9 juillet 2014
Réélection 17 avril 2019
Vice-président Jusuf Kalla
Ma'ruf Amin (élu)
Gouvernement Cabinet de Travail
Prédécesseur Susilo Bambang Yudhoyono
Gouverneur de Jakarta (en)

(2 ans et 1 jour)
Prédécesseur Fauzi Bowo
Successeur Basuki Tjahaja Purnama
Maire de Surakarta

(7 ans, 2 mois et 3 jours)
Successeur Hadi Rudyatmo
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Surakarta (Indonésie)
Nationalité indonésienne
Parti politique Parti démocratique indonésien de lutte
Conjoint Iriana (1986-présent)
Enfants Gibran Rakabuming
Raka (1987)[1]
Kahiyang Ayu (1991)[2]
Kaesang Pangarep (1994)[2]
Diplômé de université Gadjah Mada
Profession homme d'affaires
Religion islam
Résidence Palais Merdeka (Jakarta)

Signature de Joko Widodo

Joko Widodo
Présidents de la République d'Indonésie

Joko Widodo, surnommé Jokowi, né le à Surakarta (Indonésie), est un homme d'État indonésien, président de la République d'Indonésie depuis le 20 octobre 2014. Il est réélu pour un second mandat de cinq ans lors de l'élection présidentielle de 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Iriana Joko Widodo, son épouse.

Membre du Parti démocratique indonésien de lutte[3] (PDI-P), il est maire de Surakarta, sa ville natale, de 2005 à 2012 et gouverneur de Jakarta de 2012 à 2014[4].

Joko Widodo est connu pour s'affirmer publiquement comme amateur de musique métal[5] et notamment de la scène métal indonésienne[6]. Cette passion a été remarquée par les médias étant donné le penchant culturel conservateur de son pays[6]. Cette communication et sa défense de cette musique populaire est aussi parfois interprétée comme une façon de se montrer plus proche du peuple[7],[6].

Présidence de la République[modifier | modifier le code]

Investiture de Joko Widodo par l'Assemblée délibérative du peuple, le parlement indonésien, le 20 octobre 2014.

Le 22 juillet 2014, Joko Widodo est officiellement déclaré vainqueur de l'élection présidentielle[8] comme successeur de Susilo Bambang Yudhoyono à la présidence de la République, face à Prabowo Subianto, ex-commandant du Kopassus (les forces spéciales de l'armée de terre indonésienne) et ex-gendre de l'ancien dictateur Soeharto. Il est investi le 20 octobre 2014.

Politique intérieure[modifier | modifier le code]

Il fait dissoudre certaines organisations islamistes présentant une menace terroriste comme le Hizb ut-Tahrir. En retour, ces groupes dénoncent ce qu'ils perçoivent comme « l'influence croissante du communisme » en Indonésie[9].

Il permet pour la première fois un débat public sur les massacres anticommunistes qui ont suivi le coup d’État militaire de 1965, faisant des centaines de milliers de morts. L’initiative a déclenché des protestations de la part de l’armée et de la police[10].

Politique économique et sociale[modifier | modifier le code]

Indépendant des milieux liés à l'ancien régime Suharto et minoritaire au Parlement, sa marge de manœuvre est étroite et l'expose aux pressions. Ses nombreuses compromissions avec l'opposition conservatrice atténuent nettement sa popularité auprès des militants de gauche et syndicats indonésiens[11].

S'il interdit peu après son arrivée à la présidence les importations de minerai brut afin d'obliger les multinationales à développer l'industrie en Indonésie, cette interdiction est finalement levée sous la pression de l'armée et des grands groupes, dont les intérêts sont souvent liés. Il fait en revanche racheter par l’État 51 % des parts de la filiale indonésienne de la multinationale américaine Freeport-McMoRan, qui détient d'immenses gisements d'or et de cuivre mais dont les revenus ne profitent pas à l'Indonésie. Celle-ci, dénonçant une « spoliation », mobilise pour défendre ses intérêts nombre d'hommes d'affaires et politiciens américains, dont le vice-président Mike Pence qui critiqua ouvertement Joko Widodo[11].

Quelques mesures sociales sont développées par le gouvernement, telles que l'élargissement du système d’assurance-maladie et de retraites. Les aides à la consommation, qui absorbaient 20 % des dépenses budgétaires tout en bénéficiant essentiellement aux plus aisés, sont pour certaines réduites. Le prix de l'électricité est réévalué à la hausse mais des bas tarifs sont instaurés pour les plus modestes[11]. Il relance les investissements dans les infrastructures et favorise la démocratisation de l'enseignement supérieur[12].

Politique sur l'environnement[modifier | modifier le code]

Il prend la décision de faire transférer la capitale en dehors de Jakarta — sans toutefois annoncer le lieu de la la future implantation — la ville étant menacée par la montée du niveau de la mer sous l'effet du réchauffement climatique et par le pompage excessif des eaux souterraines. D'après le responsable associatif Nicolas Heeren : « Les autorités indonésiennes ont pris conscience du problème en s’engageant dans un vaste programme de protection et d’aménagement de l’espace métropolitain et de la baie de Jakarta, pour faire barrage à la montée de la mer. Sauf que la croissance démographique et économique perdure. En témoigne le projet de construction de polders (étendues artificielles de terre gagnées sur l’eau), qui doit permettre de poursuivre la croissance urbaine des prochaines décennies. C’est un projet urbanistique gigantesque, mais qui se fait au détriment des petits pêcheurs. Et de l’environnement[13]. »

Il décrète un moratoire sur l’extension des plantations de palmiers à huile, qui ont provoqué une très grande déforestation[13].

Élection présidentielle de 2019[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection présidentielle d'avril 2019, Joko Widodo est opposé, comme lors de la précédente, à Prabowo Subianto, général à la retraite. Il remporte le scrutin avec 55,5 % des suffrages contre 44,5 % pour son adversaire. Ce résultat est analysé comme un choix par les électeurs de la démocratie contre la pression islamiste[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jokowi di mata anak sulungnya Gibran Rakabuming Raka », Merdeka, (consulté le 30 mars 2014).
  2. a et b « Jokowi Diunggulkan Jadi Presiden, Ini Kata Anak Bungsunya », DetikCom (en), (consulté le 30 mars 2014).
  3. « Présidentielles en Indonésie : Joko Widodo, candidat venu du peuple », RFI, 8 juillet 2014.
  4. « En Indonésie, Joko Widodo, candidat providentiel de l'opposition », Le Monde, 9 avril 2014.
  5. « Il écoute du hard-rock et porte des baskets : Joko Widodo, le nouveau président cool de l'Indonésie », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2017).
  6. a b et c (en-GB) Dom Lawson, « Joko 'Jokowi' Widodo's metal manifesto », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 19 avril 2019)
  7. « Un fan de metal élu président de l'Indonésie », sur Konbini - All Pop Everything! (consulté le 19 avril 2019)
  8. « Fin du suspense dans la présidentielle en Indonésie », Le Monde, 22 juillet 2014.
  9. « Indonésie : les islamistes agitent le « péril rouge » », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2017).
  10. « La "peur des rouges" relancée en Indonésie avant les élections », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  11. a b et c Marie Beyer, Martine Bulard, « Menaces sur l’islam à l’indonésienne », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juillet 2018)
  12. Olivier Ubertalli, « Jokowi, « l'Obama indonésien », face à l'oligarchie et à l'intolérance religieuse », sur Le Point,
  13. a et b « Urbanisme. Jakarta, une métropole loin d’être sauvée des eaux », sur L'Humanité, (consulté le 18 mai 2019)
  14. Rémy Madinier, « L'Indonésie choisit la démocratie », Le Monde diplomatique,‎ , p. 9

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]