John Stuart de Darnley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Stuart de Derneley
Naissance 1365
Décès
Bataille des Harengs
Mort au combat
Origine Royal Arms of the Kingdom of Scotland.svg Royaume d'Écosse
Allégeance Blason France moderne.svg Royaume de France
Royal Arms of the Kingdom of Scotland.svg Royaume d'Écosse
Grade Connétable d'Écosse
Conflits Guerre de Cent Ans
Faits d'armes Bataille de Baugé
Bataille de Cravant
Siège de Montargis
Bataille des Harengs
Autres fonctions Comte de Derneley
Seigneur de Concressault en 1421
Seigneur d'Aubigny-sur-Nère en 1423
Comte d'Évreux en 1427

Emblème

Jean Stuart de Derneley ou John Stewart of Darnley (1365), noble écossais, baron de Derneley/de Darnley et comte d'Évreux, connétable de l'armée d'Écosse durant la guerre de Cent Ans (ne pas le confondre avec John Stuart, comte de Buchan, connétable de France, fils de Robert, duc d'Albany, et petit-fils du roi Robert II).

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Jean Stuart[1] (issu d'Alexandre, 1214-83) était le fils d'Alexandre Stuart de Derneley († 1404) et de sa première femme Marguerite (? ; ou Jeannette Keith). Il épousa en 1391 Elizabeth, fille cadette du comte Duncan de Lennox (décapité en 1425). Ils eurent trois enfants :

Seigneur d'Aubigny sur Nère[modifier | modifier le code]

En 1421, Jean Stuart fait partie des 5 000 à 6 000 Écossais qui ont débarqué à La Rochelle pour prêter main-forte aux Français lors de la guerre de Cent Ans.

Jean Stuart participe à la bataille de Baugé puis à celle de Cravant au cours de laquelle il perd un œil et est fait prisonnier.

En 1422, Charles VII offre la seigneurie de Concressault près de Sancerre, et en 1423 la seigneurie d'Aubigny (avec La Verrerie à Oizon) par charte datée de Bourges, le . Dans cette lettre patente[4], le roi écrivait :

« Nostre cher et amé cousin Jean Stuart, seigneur de Darnelé et de Concressault, cosnestable de l'armée écossaise, à nostre prière et requeste, est venu dudit pays d'Écosse, et a amené avec lui grande compagnie de gendarmes, et de trait, en intention et mettant à effet les anciennes alliances des royaumes de France et d'Écosse et à nostre très grand besoin, affaire et nécessité... »

Il donne également 38 mille livres en six mois à Jean Stuart, pour ses bons et loyaux services en faveur de la couronne de France.

La Journée des Harengs[modifier | modifier le code]

Une dispute éclate entre Jean Stuart et Jean de Dunois. Chacun avait son avis sur l'opportunité de livrer bataille aux Anglais. Jean Stuart voulait combattre à cheval mais le comte de Longueville préférait se battre à pied. Pour finir, chacun a engagé le combat selon sa propre idée. Charles de Bourbon, comte de Clermont, arrive au moment où la dispute éclatait, mais ne broncha pas. Les Anglais sont sortis de leur retranchement et ont mis en déroute les Français[5]. Beaucoup de capitaines, dont Jean Stuart, son frère Guillaume Stuart, sont morts lors de cette Journée des Harengs à Rouvray-Saint-Denis, le .

Postérité[modifier | modifier le code]

Il est enterré avec son épouse dans la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans où une plaque commémorative a été apposée par l'Alliance France-Écosse en 1996[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]