John Stewart Bell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

John Stewart Bell (, Belfast - , Genève) est un physicien nord-irlandais, connu principalement pour son théorème et la mise en évidence des inégalités qui en découlent. Ce résultat est considéré comme l'un des plus importants en physique quantique au XXe siècle, notamment en ce qui concerne les théories dites « à variables cachées (locales et non locales) » .

En conséquence, Bell estimait qu'il fallait redonner une plus juste place à la théorie de De Broglie-Bohm (David Joseph Bohm), par rapport à l'interprétation de Copenhague.[pas clair]

En 1989, il fut lauréat de la médaille Hughes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès l'âge de 11 ans, John Bell voulait devenir chercheur. Il obtint son doctorat de physique dans les années 1950. C'est le paradoxe EPR qui le conduisit à ses travaux les plus célèbres.

Il mourut en 1990 des suites d'un AVC[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]