John Shirley Wood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant américain image illustrant les forces armées des États-Unis
Cet article est une ébauche concernant une personnalité américaine et les forces armées des États-Unis.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wood.
John Shirley Wood
Image illustrative de l'article John Shirley Wood

Naissance 11 janvier 1888
Décès 2 juillet 1966
Origine Américain
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme United States Army
Grade Major-général
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Libération de Rennes
Libération de Nancy
Hommages square à Rennes

John Shirley Wood (né le à Monticello dans l'Arkansas et mort le à Reno dans le Nevada), est un militaire américain qui major-général de l'armée des États-Unis.

Il participe à la Première et Seconde Guerre mondiale (libérations de Rennes et de Nancy).

John S. Wood est considéré comme un proche ami du général George Patton avec lequel il discute de tactique et de stratégie militaires.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

À l’Université de l’Arkansas, où il est capitaine de l’équipe de football américain, John Shirley Wood fait de brillantes études de chimie.

En 1908, il entre à l’Académie militaire de West Point, le Saint-Cyr américain, où il brille particulièrement dans le domaine des sciences. Il est d'ailleurs surnommé "le Professeur" par ses camarades.

En 1912, il sort sous-lieutenant de l’École Militaire et est affecté dans l’artillerie.

En 1917, il est envoyé en France comme commandant de l’artillerie de la 3e Division américaine. Il se trouve à Château-Thierry, puis à Langres (Haute-Marne), à l'école d’État-Major en compagnie de son ami le futur Général George S. Patton, École d'état major que les Français et Britanniques avaient organisée pour leurs amis américains.

Ensuite officier d'État-Major au sein de la 90e Division, à Saint-Mihiel (Meuse), John S. Wood, en novembre 1918, peu de temps avant l’armistice, rejoint les États-Unis pour être nommé chef du 4e Bureau de la 18e Division qui est en cours de formation.

De 1929 à 1932, il revient en France pour suivre des cours à l’École supérieure de guerre à Paris, il fait alors un stage au 35e Régiment d’artillerie à Vannes, ville qu'il libère quinze ans plus tard.

En 1939, le lieutenant-colonel John S. Wood est chef d’État Major de la 3e Armée à Atlanta. À la suite de l'attaque japonaise de la base navale américaine de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, les États-Unis entrent dans le conflit de la seconde guerre mondiale.

En 1942, il commande la 4e Division blindée U.S. qui est en train de se former dans l’État de New-York.

En 1943, les troupes américaines sont transférées en Angleterre.

Le 6 juin 1944, le débarquement des alliés en Normandie vient de commencer et la libération de l’Europe est en marche. La 4e division blindée de Wood qui en a reçu le commandement en janvier 1944 de la 3e armée, débarque du 14 au 16 juillet, sur la plage d'Omaha. Elle comprend 11 000 hommes et 263 tanks répartis en 3 régiments d'infanterie motorisés, une unité de génie, 3 unités d'artillerie, un régiment de blindés légers de reconnaissance, plus des services techniques, médicaux, transmission, police militaire, etc.

Le 31 juillet 1944, la 3e Armée du général Patton, avec à sa tête la 4e Division blindée du général John S. Wood, après avoir libéré Coutances, perce les lignes allemandes pour s’emparer d’Avranches. Le général Patton donne alors l’ordre de foncer sur Rennes. La journée du lendemain les troupes franchissent Antrain, puis Saint-Aubin d'Aubigné.

Arrivés, le même jour, à l’entrée de Rennes, à Maison-Blanche en Saint-Grégoire, malgré les avertissements donnés par des habitants, les chars américains se heurtent aux canons de 88 mm d'une batterie mixte allemande, située au nord de la ferme des Fontenelles. La 4e D.B. perd plusieurs dizaines d’hommes dans le combat. Le 3 août un combat a lieu dans le secteur des Gantelles. Une douzaine de ses chars a été anéantie.

Le 4 août, le 13e régiment d'infanterie détaché de la 8e division fait son entrée, sans coup férir, dans une ville de Rennes que l’arrière-garde allemande a fortement endommagée la nuit précédente, faisant sauter un certain nombre d’immeubles importants et surtout les principaux ponts sur la Vilaine.

Les troupes vont ensuite libérer, Vannes, Auray, Hennebont et Nantes avant de foncer vers l’est en passant par Orléans, Sens, Montargis, Troyes et Nancy.

Le Général John S. Wood est père de deux enfants dont l'un, John S. Wood Jr. sorti également de West Point, va traverser les lignes allemandes en Normandie pour servir d'officier de liaison auprès de la Résistance, dans le Morbihan, en particulier dans le région de Vannes, Auray et Quiberon.

Le général John S. Wood est considéré comme le Rommel des forces blindées américaines, il est craint des Allemands qui le surnomme « Tiger Jack - Jack le Tigre » (Jack étant le diminutif de John).

En décembre 1944, il quitte sa division qui est la première à recevoir la décoration suprême « Presidential unit citation » et va superviser aux États-Unis la création de nouvelles unités blindées.

Après la Seconde Guerre Mondiale, de 1946 à 1952, il effectue en Allemagne et en Autriche de nombreuses missions pour le compte des Comités internationaux de réfugiés.

Il participe ensuite à la reconstruction de la Corée et exerce différentes missions à Tokyo et à Genève.

Hommage[modifier | modifier le code]

  • Un square de Rennes, fort modeste au demeurant, perpétue son souvenir.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir l'article qui lui est consacré sur Wiki-Rennes, en renvoi.