John Rudolphus Booth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Booth.
John Rudolphus Booth
John Rudolphus Booth.jpg

John Rudolphus Booth

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
OttawaVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière Beechwood (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

John Rudolphus Booth (né près de Waterloo en Montérégie – mort à Ottawa) est un entrepreneur célébré, homme d'affaires et industriel canadien.

En Amérique du Nord aux XIX et XX siècles, il fut dit « roi du Bois d´œuvre » [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Booth commença sa carrière en tant que menuisier, et à ce titre, participa en 1854 à la construction d'une scierie pour Andrew Leamy, qui l'engagea par la suite pour l'administrer.

Édifice original du Parlement en construction, août - septembre 1863.

Par la suite, Booth fut engagé par Alonzo Wright pour administrer une de ses fabriques de bardeaux à Hull en Québec ; de nos jours on y se trouve le musée canadien de l'histoire. En 1859, il obtint le contrat pour l'approvisionnement de bois pour la construction des édifices du Parlement[2]. Ce fut ce contrat lucratif qui fut le point de départ pour lui en tant qu'hommes d'affaires et industriel.

Les profits permit d'acquérir de nouvelles propriétés, des scieries, des concessions forestières[3].

Booth construisit plusieurs tronçons de voie ferrée pour acheminer son bois aux endroits requis ; il préférait le transport par voie ferrée au flottage du bois.

Ses travailleurs aux chaudières firent la grève à plusieurs reprises (1891-1918-1921) afin d'obtenir de meilleurs salaires, mais Booth préférait faire appel aux policiers plutôt que de négocier. C'est cependant lui qui en 1911 introduisit la journée de travail de huit heures pour ses employés de l'Outaouais[4].

Il fit un procès à son ami E. B. Eddy qui se rendit jusqu'en Cour suprême sur la question de la propriété du lit de la rivière Outaouais, à la hauteur des Chaudières, îles Victoria, et Albert[5].

Famille[modifier | modifier le code]

D'ascendance de l'ancienne famille Booth anglo-irlandaise[6], il est fils de John Booth, originaire du comté de Roscommon[7] et d'Eleanor Rowley[8].

Il épouse le 7 janvier 1853, au canton de Kingsey, Rosalinda Cooke (décédée en 1886) ; ils eurent cinq filles et trois fils[9], dont sa petite-fille Lois Frances Booth (née le à Ottawa et décédée le à Copenhague) épousa le prince Erik du Danemark (1890-1950), avec issu. Ce mariage a été célébré le à Ottawa[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Armes d alliance de Lois comtesse de Rosenborg.svg

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]