John Rodgers (1772-1838)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Rodgers.
John Rodgers
John Rodgers vers 1813
John Rodgers vers 1813

Naissance
Havre de Grace, États-Unis
Décès (à 66 ans)
Philadelphie, États-Unis
Origine Américaine
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Grade Commodore
Années de service 1798-1837
Commandement USS John Adams
USS President
USS Constitution
USS Insurgent
USS Maryland
USS Guerriere
Mediterranean Squadron
Conflits Quasi-guerre
Guerre de Tripoli
Guerre anglo-américaine de 1812
Faits d'armes Combat de l'USS Constellation et de l'Insurgente
Second combat naval de Tripoli
Hommages USS John Rodgers
USS Rodgers
Autres fonctions Secrétaire à la Marine (1823)
Famille John Rodgers (en) (fils)
William Ledyard Rodgers (en) (petit-fils)
John Rodgers (arrière-petit-fils)

John Rodgers, né le et mort le , est un officier de l'United States Navy qui sert sous six présidents différents et dédie presque quarante ans de sa vie à son pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

John Rodgers passe sa jeunesse en apprentissage sur des navires marchands naviguant vers l'Europe[1]. Lorsque la quasi-guerre commence, il est nommé second lieutenant sur l'USS Constellation, participant ainsi à la capture de l'Insurgente. Durant la guerre de Tripoli, il commande l'USS John Adams, battant les flottes Barbares au large de l'Afrique du Nord à la tête de l'escadre de la Méditerranée[2],[3]. Il tire le premier coup de canon de la guerre anglo-américaine de 1812 à bord de son navire amiral l'USS President, jouant un rôle important dans la recapture de Washington après que les Britanniques avaient brûlé le Capitole.

Après la guerre, Rodgers participe à la vie politique de son pays, fort de son expérience. Il est nommé à la tête de la commission navale par le président James Madison, avant d'être nommé secrétaire à la Marine par intérim brièvement, en 1823[4].

En 1837, sa santé déclinant, il démissionne avec l'accord du président Andrew Jackson et du secrétaire à la marine Mahlon Dickerson. Il s'éteint finalement l'année suivante dans les bras de son majordome.

Ses enfants et petits-enfants, continuant la tradition familiale, seront eux aussi commodores, voire amiraux dans l'US Navy[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kenneth J. Hagan, This People's Navy: The Making of American Sea Power, New York, The Free Press, , 468 p. (ISBN 0-02-913471-4, présentation en ligne)
  • (en) Charles Oscar Paullin, Commodore John Rodgers: Captain ..., Cleveland, Ohio, The Arthur H. Clark Company, , 434 p. (présentation en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paullin 1910, p. 20-21
  2. Paullin 1910, p. 9
  3. Hagan 1992, p. 60-61
  4. Paullin 1910, p. 325
  5. Paullin 1910, p. 74, 382, 402-403

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]