John Miles (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Miles.
John Miles
Description de cette image, également commentée ci-après
John Miles en concert en 2013 à Francfort-sur-le-Main
Informations générales
Nom de naissance John Ashford Miles
Naissance (68 ans)
Drapeau du Royaume-Uni Jarrow, Angleterre, Royaume-Uni
Activité principale Musicien, auteur-compositeur-interprète
Genre musical Rock progressif
Instruments Clavier, orgue Hammond, guitare
Années actives depuis 1970
Site officiel site

John Miles (né John Errington) est un chanteur et musicien britannique né le à Jarrow, dans le South Tyneside. Il est guitariste et claviériste, et a été connu principalement pour son titre Music de 1976.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les débuts (les années 1960-1974)[1][modifier | modifier le code]

Il a été membre de groupes semi-professionnels tels que « The Influence » dans lequel jouaient également Paul Thompson, futur batteur de Roxy Music, et Vic Malcolm, futur guitariste avec Geordie, et de « The John Miles Set » en parallèle d'une carrière solo débutée en septembre 1970.

En 1972, John Miles passe sous contrat d'Orange Records dirigé par Cliff Cooper (fondateur des amplis Orange) ce qui lui permet de rester à Londres et de bénéficier de l'aide du label. Il sortira sept singles de février 1972 à novembre 1974, mais aucun ne se classe dans les charts nationaux. Cependant, il continue de bâtir sa carrière.

Rebel (1975-1976)[1][modifier | modifier le code]

Miles signe chez Decca Records après que des représentants du label ont vu le groupe de John Miles jouer à l'Hammersmith Odeon de Londres.

L'album est produit par Alan Parsons, qui a collaboré à l'album The Dark Side of the Moon de Pink Floyd. Le premier single Highly se classe à la dix-huitième place dans les charts britanniques le 18 octobre 1975 et y reste durant six semaines. Il se hissera à la soixante-huitième place dans le Billboard charts américain.

La réalisation de l'album se poursuit de novembre à décembre 1975 et est salué par la critique en mars 1976.

Le single Music grimpe à la troisième place des charts anglais le 20 mars 1976 et y demeure neuf semaines. Ce titre rentre dans le US Top 100.

L'album reste dix semaines dans le classement des albums britanniques culminant à la neuvième position. L'album figure également dans le Top 20 en Allemagne et aux Pays-Bas.

Une tournée européenne et nord-américaine visant à promouvoir l'album, se déroule du printemps à l'été 1976, en compagnie de Jethro Tull, The Rolling Stones, Elton John, Peter Frampton et Aerosmith.

À cette époque le groupe commence à écrire le deuxième album de John Miles. Le 10 septembre 1976 sort le single Remember Yesterday qui entre dans le Top 50 pour cinq semaines et atteint la trente-deuxième place.

Stranger In The City (1976-1977)[1][modifier | modifier le code]

L'album est élaboré en octobre 1976 sous la supervision de Rupert Holmes.

Le 21 septembre 1977, le titre Manhattan Skyline sort en single, mais ne parvient pas à entrer dans le Top 50 au Royaume-Uni ni aux États-Unis.

L'album se classe néanmoins pendant trois semaines dans le British LP charts jusqu'à la trente-septième place. Stranger In The City se hisse dans le Top 20 en Suède et en Norvège.

La chanson Slow Down aux accents funk et disco devient numéro 10 au Royaume-Uni et restera dix semaines dans le Top 50. Le titre entre dans le Top 40 aux États-Unis et culmine à la deuxième place du US Dance Music Charts.

La majeure partie de l'année est passée à jouer l'album au Royaume-Uni et en Amérique. Le groupe fait même une apparition au prestigieux Festival de Reading.

Zaragon (1977-1978)[1][modifier | modifier le code]

Entre octobre et décembre 1977 le groupe enregistre le troisième album à New York. John Miles supervise toutes les parties de claviers et de guitares, décidant de ne pas employer d'orchestre pour cet album, afin qu'il soit plus facilement jouable sur scène.

Une tournée anglaise se déroule du 7 au 26 mars 1978.

L'album se classe quarante-troisième en Grande-Bretagne pendant cinq semaines. L'album atteint la troisième place en Norvège et en Suède mais est un échec aux États-Unis en restant à la deux-cent-dixième place.

MMPH (More Miles Per Hour) (1978-1979)[1][modifier | modifier le code]

Pour son quatrième album, John Miles décide à nouveau de faire appel au producteur Alan Parsons et aux arrangements orchestraux d'Andrew Powel.

Les sessions débutent sur la Côte-d'Azur en novembre 1978. L'enregistrement se termine à Munich, en Allemagne, au début de l'année 1979.

Une tournée britannique de trente-deux dates est organisée.

L'album atteint la quarante-sixième place dans le classement des albums britanniques le 21 avril 1979 et y reste pendant cinq semaines. L'album se classe à nouveau très bien dans les charts scandinaves, puisqu'il est numéro 6 en Norvège et numéro 10 en Suède.

Sympathy (1980)[1][modifier | modifier le code]

Cinq titres de l'album MMPH sont adossés à trois autres compositions réalisées ultérieurement et sortent ensemble dans l'album hybride nommé Sympathy, sous le label Arista Records.

Miles High (1981), Play On (1983) et Transition (1985)[1][modifier | modifier le code]

John Miles quitte Decca Records pour EMI. L'album se classe quatre-vingt-seizième dans les charts britanniques.

S'ensuit Play On sorti en 1983, réalisé avec de nombreux musiciens de studio, puis Transition en 1985 sorti sous Valentino Records.

Collaborations diverses[modifier | modifier le code]

Miles s'est produit avec Tina Turner, remplaçant au pied levé Bryan Adams lorsque ce dernier ne pouvait la rejoindre pour leurs duos. Miles est également souvent présent vocalement sur les albums d'Alan Parsons Project.

Durant les années 1980, il a continué d'enregistrer des disques et de se produire sur scène.

De la fin des années 1980 jusqu'au milieu des années 1990, John Miles a été le directeur musical de Tina Turner sur différentes tournées et a joué sur quelques-uns de ses albums. Il a également joué de l'orgue Hammond sur l'album Night Calls de Joe Cocker sorti en 1992. Aujourd'hui, il continue de composer de la musique qu'il considère toujours comme son « premier amour ».

En 2002, il a sorti un DVD intitulé John Miles - Live In Concert.

Concerts radio et télédiffusés[1][modifier | modifier le code]

En mars 1976, un concert a été enregistré au Golders Green Hippodrome durant la tournée de l'album Rebel.

Le groupe se produit au Sight And Sound In Concert le 5 février 1977, concert retransmit simultanément en stéréo à la radio et à la télévision par la BBC.

Le 11 mars 1978, une performance de l'album Zaragon est filmé par la BBC au Queen Mary College de Londres dans le cadre de l'émission Sight And Sound In Concert.

De retour à Londres le 19 décembre 1979, John Miles prend part à un concert de charité organisé par le Daily Mirror Pop Club au Théâtre Royal. Le concert est diffusé le jour de Noël.

Groupe (1975-1985)[1][modifier | modifier le code]

Barry Black : batterie.

Brian Chatton (1981) : claviers.

Bob Marshall : bassiste, coauteur.

John Miles : auteur, compositeur, interprète, chant, guitares, claviers.

Gary Moberley (1977) : claviers.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) HENDRICKS Phil, The Decca Albums, John Miles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Phil Hendricks, The Decca Albums, John Miles, avril 2016, livret du coffret Decca Records cinq albums (600753698990)

Liens externes[modifier | modifier le code]