John Miles (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John Miles
Image dans Infobox.
John Miles lors de la Night of the Proms 2017.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
John ErringtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Autres informations
Instruments
Guitare, chant, clavier électronique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Labels
Genres artistiques
Site web
Discographie
Discographie de John Miles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

John Miles, nom de scène de John Errington, est un chanteur et musicien britannique né le à Jarrow (South Tyneside) et mort le à Newcastle. Il est guitariste et claviériste. Il a été révélé par sa chanson Music en 1976.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts (les années 1960-1974)[1][modifier | modifier le code]

John Miles a été membre de groupes semi-professionnels tels que The Influence dans lequel jouaient également Paul Thompson (en), futur batteur de Roxy Music, et Vic Malcolm, futur guitariste avec Geordie, et du John Miles Set en parallèle d’une carrière solo commencée en .

En 1972, John Miles passe sous contrat d'Orange Records dirigé par Cliff Cooper (fondateur des amplificateurs Orange), ce qui lui permet de rester à Londres et de bénéficier de l'aide du label. Il sortira sept 45 tours de à , mais aucun ne se classe dans les palmarès nationaux. Cependant, il continue de bâtir sa carrière.

Rebel (1975-1976)[1][modifier | modifier le code]

John Miles signe chez Decca Records après que des représentants du label ont vu le groupe de John Miles jouer au Hammersmith Odeon de Londres. L'album est produit par Alan Parsons. Le premier 45 tours, Highly, se classe à la dix-huitième place dans les classements britanniques le et y reste durant six semaines. Il se hisse à la soixante-huitième place dans les charts du Billboard américain. La réalisation de l'album se poursuit de à , il est salué par la critique en .

Le 45 tours Music grimpe à la troisième place des classements anglais le et y demeure neuf semaines. Ce titre entre dans le US Top 100. L'album reste dix semaines dans le classement des albums britanniques, culminant à la neuvième position. Il figure également dans le Top 20 en Allemagne et aux Pays-Bas.

Une tournée européenne et nord-américaine visant à promouvoir l'album se déroule du printemps à l'été 1976, en compagnie de Jethro Tull, The Rolling Stones, Elton John, Peter Frampton et Aerosmith. À cette époque, le groupe commence à écrire le deuxième album de John Miles. Le sort le 45 tours Remember Yesterday qui entre dans le Top 50 pour cinq semaines et atteint la trente-deuxième place.

Stranger In The City (1976-1977)[1][modifier | modifier le code]

L'album est élaboré en octobre 1976 sous la supervision de Rupert Holmes. Le , le titre Manhattan Skyline sort en single, mais ne parvient pas à entrer dans le Top 50 au Royaume-Uni ni aux États-Unis. L’album se classe néanmoins pendant trois semaines dans le British LP charts jusqu'à la trente-septième place. Stranger In The City se hisse dans le Top 20 en Suède et en Norvège.

La chanson Slow Down aux accents funk et disco devient numéro 10 au Royaume-Uni et reste dix semaines dans le Top 50. Le titre entre dans le Top 40 aux États-Unis et culmine à la deuxième place de l'US Dance Music Charts. La majeure partie de l’année est passée à jouer l’album au Royaume-Uni et en Amérique. Le groupe fait même une apparition au prestigieux Festival de Reading.

Zaragon (1977-1978)[1][modifier | modifier le code]

Entre et , le groupe enregistre le troisième album à New York. John Miles supervise toutes les parties de claviers et de guitares, décidant de ne pas employer d'orchestre pour cet album afin qu'il soit plus facilement jouable sur scène.

Une tournée anglaise se déroule du au .

L'album se classe quarante-troisième en Grande-Bretagne pendant cinq semaines. Il atteint la troisième place en Norvège et en Suède mais est un échec aux États-Unis en restant à la deux-cent-dixième place.

MMPH (More Miles Per Hour) (1978-1979)[1][modifier | modifier le code]

Pour son quatrième album, John Miles décide à nouveau de faire appel au producteur Alan Parsons et aux arrangements orchestraux d'Andrew Powel. Les sessions commencent sur la Côte d'Azur en . L'enregistrement se termine à Munich, en Allemagne, au début de l'année 1979. Une tournée britannique de trente-deux dates est organisée.

L'album atteint la quarante-sixième place dans le classement des albums britanniques le et y reste pendant cinq semaines. L'album se classe à nouveau très bien dans les palmarès scandinaves puisqu'il est numéro six en Norvège et numéro dix en Suède.

Sympathy (1980)[1][modifier | modifier le code]

Cinq titres de l'album MMPH sont adossés à trois autres compositions réalisées ultérieurement et sortent ensemble dans l'album hybride nommé Sympathy, sous le label Arista Records.

Miles High (1981), Play On (1983) et Transition (1985)[1][modifier | modifier le code]

John Miles quitte Decca Records pour EMI. L'album se classe quatre-vingt-seizième dans les charts britanniques.

S'ensuit Play On sorti en 1983, réalisé avec de nombreux musiciens de studio, puis Transition en 1985 sorti sous Valentino Records.

Collaborations diverses[modifier | modifier le code]

John Miles a participé à quatre albums studios du groupe The Alan Parsons Project, Tales of Mystery and Imagination (album) en 1976, Pyramid en 1978, Stereotomy en 1986 et Gaudi en 1987, en tant que chanteur.

De 1987 à 1988, il collabore à l’écriture de deux titres (Wasting My Time et Wanna Make Love) de l'album solo de l'ex-guitariste du groupe Led Zeppelin, Jimmy Page, intitulé Outrider. Il participera à la tournée promouvant l'album.

Il est musicien sur la tournée de Tina Turner en 1988 (Tina Live in Europe), en tant que guitariste, claviériste et chanteur.

En 1991, il participe à l'album Night Calls de Joe Cocker, sur lequel il joue de la guitare, des claviers, de l'orgue, du tambourin et participe aux chœurs. Il est présent sur la tournée de Joe Cocker en 1992, comme organiste et choriste.

En 1997, il collabore de nouveau avec Tina Turner pour la tournée suivant son album Wildest Dreams — sur lequel il ne joue pas — en tant que guitariste et choriste et, en 2000 et 2009, il rejoint à nouveau la chanteuse en concerts.

Depuis 1985, John Miles participe aux concerts Night of the Proms. En 2017, en récompense des plus de huit cents représentations effectuées avec cette formation, il reçoit un Progressive Music Award pour Oustanding Musical Achievement[2].

Concerts radio et télédiffusés[1][modifier | modifier le code]

En , un concert a été enregistré au Golders Green Hippodrome (en) durant la tournée de l'album Rebel.

Le groupe se produit au Sight and Sound in Concert le , concert retransmis simultanément en stéréo à la radio et à la télévision par la BBC.

Le , une performance de l'album Zaragon est filmée par la BBC à l'université de Londres dans le cadre de l'émission Sight and Sound in Concert.

De retour à Londres le , John Miles prend part à un concert de charité organisé par le Daily Mirror Pop Club au Théâtre Royal. Le concert est diffusé le jour de Noël.

Vie privée[modifier | modifier le code]

John Miles est marié à Eileen depuis quarante-neuf ans ; ensemble ils ont eu deux enfants (John Junior et Tanya) et deux petits-enfants.

Mort[modifier | modifier le code]

John Miles meurt chez lui à Newcastle le [3] des « suites d’une courte maladie »[4],[5]. La nouvelle est annoncée le 6 vers midi par sa famille sur son compte Facebook[6].

Alan Parsons a déclaré, sur son site[7] et sa page Facebook[8] :

« Je suis extrêmement attristé par la nouvelle de la disparition de mon bon ami et génie musical John. Je suis très fier d’avoir travaillé avec lui sur certaines des plus grandes performances vocales jamais enregistrées, y compris bien sûr Music qui, en plus d'être un grand succès international, est devenu un hymne pour les concerts extrêmement populaires de Night of the Proms. Chaque fois que j’invitais John à chanter sur les albums d’Alan Parsons Project, il livrait toujours des interprétations magiques et sensibles. Il manquera beaucoup non seulement à ses nombreux amis et associés, mais aussi aux millions de fans qui reconnaissent son incroyable talent. Tu vas nous manquer. »

Groupe (1973-1981)[1][modifier | modifier le code]

  • John Miles : auteur, compositeur, interprète, chant, guitares, claviers
  • Gary Moberley (1977-1979) : claviers
  • Brian Chatton (en) (1979-1981) : claviers
  • Bob Marshall : basse, coauteur
  • Barry Black : batterie

Discographie[modifier | modifier le code]

Solo[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Rebel
  • 1976 : Stranger In The City
  • 1978 : Zaragon
  • 1978 : BBC In Concert (March 1978)
  • 1979 : More Miles Per Hour
  • 1980 : Sympathy
  • 1981 : Miles High
  • 1982 : John Miles' Music
  • 1983 : Play On
  • 1985 : Transition
  • 1992 : John Miles Live In Concert
  • 1993 : Anthology
  • 1993 : Upfront
  • 1998 : Master Series
  • 1999 : Tom and Catherine
  • 1999 : Millennium Edition
  • 2013 : Angel (Single)

Collaborations[modifier | modifier le code]

The Alan Parsons Project[modifier | modifier le code]

Autres collaborations[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Outrider de Jimmy Page : chant sur deux titres auxquels il a collaboré en écrivant les paroles.
  • 1991 : Night Calls de Joe Cocker : guitare, claviers, orgue, tambourin, chœurs sur trois chansons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (en) Phil Hendricks, The Decca Albums, John Miles.
  2. (en) John Miles Live In Concert DVD. A collection of eleven live performances from John Miles, filmed at Ohne Filter studio, Baden-Baden, Germany, in 1993. Biography section. (Night of the proms website - 15 septembre 2017).
  3. « Le musicien et compositeur britannique John Miles est décédé », sur rtbf.be, (consulté le ).
  4. « Le musicien britannique John Miles, connu pour son tube «Music», est décédé », sur metrotime.be, (consulté le ).
  5. Mark Savage, « John Miles, best known for his rock ballad Music, has died », sur bbc.com, (consulté le ).
  6. « John Miles' Music - Official », .
  7. « John Miles », sur alanparsons.com, (consulté le ) : “I am hugely saddened by the news that my good friend and musical genius John has passed. I am so very proud to have worked with him on some of the greatest vocal performances ever recorded, including of course Music, which as well as being a big hit internationally, became an anthem for the hugely popular Night of the Proms concerts. Whenever I invited John to sing on the Alan Parsons Project albums he always delivered magical and sensitive renditions. He will be greatly missed not only by his many friends and associates but also by the millions of fans who recognize his amazing talent. You will be missed.”
  8. « Alan Parsons », sur facebook.com, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Phil Hendricks, The Decca Albums, John Miles, , livret du coffret Decca Records cinq albums (600753698990)

Liens externes[modifier | modifier le code]