John McGahern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
John McGahern
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Mater Private Hospital (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
SeanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Maddie Green (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Œuvres principales
The Barracks (d), The Dark (d), Amongst Women (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
The Grave of John McGahern and his mother Susan.jpg
Vue de la sépulture.

John McGahern est un écrivain irlandais ( - ). Né à Dublin, il grandit dans l'ouest de l'Irlande et fut diplômé de l'University College de Dublin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Knockanroe à environ un kilomètre de Ballinamore, comté de Leitrim, John McGahern est l'aîné de sept enfants. La mère de McGahern dirige la ferme (avec une aide locale) et élève MacGahern avec ses six jeunes frères et sœurs dans une petite ferme à Knockanroe, tout en conservant un emploi d'enseignante du primaire à l'école locale. Son père, un sergent de la Garda Síochána, vit à Cootehall dans le comté de Roscommon, assez éloigné de sa famille à l'époque. La mère de McGahern meurt à la suite d'un cancer en 1944, alors que le jeune John McGahern a dix ans. Les enfants McGahern sont alors emmenés dans leur nouvelle maison avec leur père, dans la caserne de Cootehall[1].

Dans les années qui suivent la mort de sa mère, McGahern achève ses études primaires à l'école locale et bénéficie d'une bourse pour le collège des Presentation Brothers de Carrick-on-Shannon. Voyageant quotidiennement pour terminer ses études secondaires, McGahern continue à accumuler les éloges et obtient la bourse du comté ce qui lui permet d'accéder aux études universitaires[1].

McGahern se voit ensuite offrir l'entrée à St Patrick (Drumcondra)[2] où il suit une formation d’enseignant. Après avoir terminé ses études de troisième cycle, McGahern débute sa carrière d'instituteur à l'école primaire Scoil Eoin Báiste (Belgrove) à Clontarf où il enseigne à celui qui deviendra l'éminent universitaire Declan Kiberd. Il reprend ensuite les études à l'University College de Dublin où il obtient son diplôme en 1957[2].

Il est publié pour la première fois par le London literary and arts review, magazine X[3], qui a déjà publié en 1961 un extrait de son premier roman abandonné - The End or Beginning of Love.

Il est renvoyé de Scoil Eoin Báiste sur ordre de l'archevêque de Dublin, John Charles McQuaid[4]. McGahern épouse, Annikki Laaksi, née en Finlande, en 1965. Il publie la même année son deuxième roman, The Dark , interdite par la censure irlandaise pour son contenu pornographique présumé et les abus sexuels implicites commis par le père du protagoniste. En raison de la controverse suscitée par la publication du livre, McGahern est licencié de son poste d'enseignant. Il est contraint de s'installer en Angleterre où il occupe divers emplois (y compris sur des chantiers de construction) avant de retourner en Irlande pour vivre et travailler dans une petite ferme près de Fenagh dans le comté de Leitrim[5].

Il divorce en 1969 et se remarie en avec Madeline Green en 1973[6].

Il décède des suites d'un cancer à l'hôpital universitaire Mater Misericordiae de Dublin le , à l'âge de 71 ans. Il est enterré à l'église St Patrick d'Aughawillan, aux côtés de sa mère[7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les romans et nouvelles de John McGahern sont peuplés de personnages désenchantés par le nationalisme irlandais après l'indépendance de l'île. Leur amertume n'a d'égal que la sensation d'étouffement qu'ils expriment à travers la prose soignée de l'auteur. Le romancier apporte ainsi une large contribution au révisionnisme culturel irlandais et à la littérature irlandaise.

En 1990, John McGahern a reçu le prix littéraire Irish Times-Aer Lingus de la fiction pour son roman Amongst Women. Il a longtemps été considéré comme le maître contemporain de la nouvelle. La publication de The Collected Stories lui valut le qualificatif de prose leader en Irlande.

Romans[modifier | modifier le code]

  • The Barracks (1963)
  • The Dark (1965)
  • The Leavetaking (1974)
  • The Pornographer (1979)
  • Amongst Women (1990)
  • That They May Face the Rising Sun (2001)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Nightlines (1970)
  • Getting Through (1978)
  • High Ground (1985)
  • Collected Stories (1992)

Pièce de théâtre[modifier | modifier le code]

  • The Power of Darkness

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) John McGahern, All Will Be Well, New York, Knopf, .
  2. a et b (en) « Guide de P71 - The John McGahern Papers », sur archives.library.nuigalway.ie (consulté le 11 décembre 2018)
  3. (en) "The End or the Beginning of Love", X, Vol. II, No. I (March 1961). An extract from McGahern's first novel, The End or the Beginning of Love . The novel was never published. After his visit to London McGahern decided to re-work the novel into two novels: The Barracks (1963) and The Dark (1965). See Young John McGahern: Becoming a Novelist, Denis Sampson (OUP, 2012); "The extract in X attracted interest from a number of publishers. Fabers, among other publishers, wrote to me. T. S. Eliot was working at the firm then.” – McGahern in an interview organized by Linda Collinge and Emmanuel Vernadakis for the JSSE 20th, anniversary celebration, 24 May 2003 [1]
  4. (en) « Parent leaves board against policy ».
  5. (en) « John McGahern », sur Glenview Folk Museum (consulté le 3 février 2016)
  6. (en) Nicolas Wroe, « Ireland's Rural Elegist », The Guardian (consulté le 17 août 2013).
  7. (en) « McGAHERN: Death notice », sur Irish Times (consulté le 3 février 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]